1.         Rennell Est (Îles Salomon) (N 854)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1998

Critères  (ix)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/854/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2006-2006)
Montant total approuvé : 26 350 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/854/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mission commune UNESCO/UICN, du 25 mars au 12 avril 2005.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/854/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2007

En mars 2007, l'Etat partie a remis un rapport et une copie du plan de gestion. Le rapport donne des informations sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations faites par le Comité lors de sa 29e session (Durban, 2005) :

a) Mise au point de la loi sur la protection du patrimoine mondial

Rennell Est est actuellement protégé par le doit coutumier en tant que zone de conservation sur une terre coutumière. Rennell Est n'est pas protégé par le droit national car il n'existe pas de législation nationale pour désigner des zones protégées. Lors de l'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial, les grandes lignes d'un projet de loi sur la protection du patrimoine mondial ont été présentées par un consultant international. Dans son rapport, l'Etat partie a signalé que par manque de moyens et d'expertise, il ne pouvait mener à bonne fin le projet de loi et passer à l'étape de son adoption en tant que loi.

b) Préparation du plan de gestion

En 2006, l'Etat partie a reçu une aide du Fond du patrimoine mondial pour développer un plan de gestion, ce qui comprenait la tenue d'ateliers à Rennell Est. Des représentants nationaux et provinciaux, ainsi que des communautés locales dont des propriétaires terriens et des chefs traditionnels ont approuvé le plan de gestion. Cependant, au cours du processus d'approbation, l'Etat partie a identifié deux manques, l'un concerne une législation de protection appropriée, l'autre une capacité au sein du gouvernement de gérer durablement le bien. Il a été proposé de recruter des conseillers techniques mais l'Etat partie n'a pas encore obtenu le financement extérieur nécessaire à ce recrutement. Le plan de gestion identifie plusieurs menaces potentielles pesant sur le bien, dont l'exploitation minière, l'exploitation forestière, l'exploitation excessive du crabe de cocotier et des ressources maritimes, et, les espèces envahissantes. Bien que ces menaces restent potentielles dans le parc, le bien pourrait devoir en supporter les conséquences. Concernant cet aspect, le plan de gestion préparé par l'Etat partie ne semble pas prévoir de dispositions pour affronter ces problèmes.

c) Aider les propriétaires coutumiers dans la gestion du bien:

L'Etat partie a donné à l'Organisme d'administration du bien du patrimoine mondial de Rennell Est (ERWHTB) la mission d'exploiter et de gérer le bien. Cet organisme élargit son champ d'action en vue d'inclure le soutien au programmes générateurs de revenus, et a accepté de nommer des femmes à des postes de direction afin de rendre l'Organisme plus représentatif.

d) Menaces

Les efforts de l'Etat partie dans l'amélioration de la gestion du bien devraient être reconnus. Cependant, les manques de financement et d'expertise technique nécessaires à la mise en œuvre du plan de gestion, ainsi que le manque de législation visant à protéger le bien devraient être examinés dès que possible. Il est proposé à l'Etat partie d'établir un budget et un calendrier pour la mise en place du plan de gestion et du cadre législatif approprié. Il est aussi proposé à l'Etat partie de faire une demande d'assistance internationale complémentaire afin de financer la mise en œuvre de ces recommandations

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 31 COM 7B.21

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-07/31.COM/7B,

2. Rappelant la décision 29 COM 7B.10, adoptée à sa 29e session (Durban, 2005),

3. Se félicite de ce que l'État partie ait établi un plan de gestion et créé une organisation locale chargée de l'administration et de la gestion du bien;

4. Note avec inquiétude que le projet de loi sur la protection du patrimoine mondial, visant à soutenir la protection du bien et des autres biens potentiels du patrimoine mondial, n'a pas encore été adopté et que des capacités financières et techniques supplémentaires sont nécessaires;

5. Demande à l'État partie de voter dès que possible la loi sur la protection du patrimoine mondial et de poursuivre le développement le plan de gestion en prévoyant:

     a) des stratégies de gestion plus ciblées pour faire face à des menaces telles que l'exploitation minière, le déboisement illégal, la surexploitation du crabe de cocotier, la surexploitation des ressources marines et les espèces envahissantes; et

     b) un budget et un calendrier de mise en œuvre;

6. Appelle la communauté internationale des bailleurs de fonds à accorder une aide financière et technique supplémentaire à la conservation et à la gestion du bien;

7. Recommande à l'État partie d'envisager de faire une demande d'assistance internationale auprès du Fonds du patrimoine mondial pour mettre en œuvre les mesures susmentionnées;

8. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2009 un rapport sur l'état de conservation du bien et sur les progrès réalisés dans la mise en œuvre des recommandations de la mission de 2005 adoptées par le Comité à sa 29e session (Durban, 2005), y compris le calendrier et le budget du plan de gestion, ainsi qu'un exemplaire de la loi sur la protection du patrimoine mondial, pour examen par le Comité à sa 33e session en 2009.