1.         Ville de Quito (Équateur) (C 2)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1978

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/2/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-1999)
Montant total approuvé : 391 800 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/2/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/2/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

En mars 2007, le Comité équatorien de l'ICOMOS a fait état au Directeur du bureau de l'UNESCO de Quito de ses préoccupations quant à deux projets dans le centre historique de Quito. Ils concernent la "reconstruction" de la tour de l'Eglise de la Compagnie de Jésus (Iglesia de la Compañía de Jesús) qui s'est effondrée suite à un tremblement de terre au milieu du XIXème siècle et qui prévoit la construction d'un panorama accessible par un ascenseur, et, la "réhabilitation complète" et l'extension du Palacio Legislativo et du Centro Cívico, suite à un grave incendie qui s'est déroulé il y a quelques années. Les préoccupations du Comité équatorien de l'ICOMOS concernaient aussi la révision de grande envergure du Plan spécial du centre historique de Quito datant de 2003, avec la crainte que la valeur universelle exceptionnelle pour laquelle le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1978 ne s'en trouve menacée.

L'ICOMOS a étudié les documents détaillés remis par l'Etat partie et par son Comité national, et estime que le projet de reconstruction de la tour de l'Eglise des Jésuites (Iglesia de la Compañía de Jesús) est inacceptable, car il a de graves conséquences sur l'authenticité du monument et de l'ensemble historique et ne tient pas compte de sa possible réversibilité. Ce projet devrait donc être reconsidéré et réexaminé à la lumière de ces commentaires avant toute reprise des travaux.

Selon l'ICOMOS, le Palacio Legislativo est un exemple exceptionnel d'architecture moderne latino-américaine. Le projet de réhabilitation prévoit la construction de deux tours de chaque coté du palais qui auraient un impact considérable sur l'ensemble des bâtiments. L'ICOMOS recommande que le projet, dans sa forme actuelle, soit abandonné.

L'ICOMOS soutient la proposition faite par son Comité national afin qu'une révision de grande envergure du Plan spécial du centre historique de Quito datant de 2003 soit menée afin que la valeur universelle exceptionnelle pour laquelle le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en 1978 ne soit menacée.

Le 2 avril 2008, le Centre du patrimoine mondial a reçu un courrier officiel de l'Institut national du patrimoine culturel (INPC) précisant que la Municipalité de Quito avait décidé d'interrompre les travaux sur la tour. Un rapport d'inspection établi le 28 avril 2008 par l'INPC et reçu le 12 mai par le Centre du patrimoine mondial précise, au moyen de données graphiques, l'état actuel d'interruption des travaux de la tour.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.121

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B.Add,

2. Se déclare vivement préoccupé de l'impact de la reconstruction de la tour de l'Église de la Compañía de Jesús sur la valeur universelle exceptionnelle du bien;

3. Demande à l'État partie de s'engager de façon claire et sans équivoqueà arrêter la reconstruction de la tour de l'Église de la Compañía de Jesús afin de conserver l'authenticité du bien ;

4. Prie instamment l'État partie d'interrompre les travaux de réhabilitation du Palacio Legislativo y Centro Cívico et de réviser le projet afin que soit éliminé tout impact négatif potentiel sur la valeur universelle exceptionnelle et l'authenticité du bien ;

5. Demande également à l'État partie, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, de développer un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle incluant les conditions d'intégrité et d'authenticité, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

6. Demande en outre à l'État partie d'inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS à Quito pour réévaluer les interventions architecturales ci-dessus mentionnées dans le cadre de l'actualisation du plan spécial de 2003 du centre de Quito ;

7. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport sur l'état de conservation du bien, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.