1.         Samarkand – carrefour de cultures (Ouzbékistan) (C 603rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2001

Critères  (i)(ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/603/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1999-1999)
Montant total approuvé : 15 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/603/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Mars 2006 : mission de suivi réactif UNESCO / ICOMOS ; avril 2005 :; mission d’expert ; octobre 2006 : mission UNESCO/ICOMOS ; décembre 2007 : mission de suivi réactif UNESCO/ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Impact sérieux d’un projet de restauration de grande envergure;

b) Impacts d’un programme d’aménagements paysagers urbains sur l’authenticité et l’intégrité du bien;

c) Impact négatif des nouvelles routes;

d) Démolition d’habitations urbaines traditionnelles.

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/603/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Dans son rapport, reçu par le Centre du patrimoine mondial le 18 février 2008, l’État partie a confirmé sa volonté de poursuivre l’élaboration du plan de gestion, de clarifier les plans routiers et d’élaborer un zonage qui tienne compte des recommandations du Comité du patrimoine mondial et de la mission de 2007. Le rapport précise qu’un Comité de coordination a été établi en 2001 pour le bien sous l’appellation de « Commission interservices pour la coordination de la sauvegarde et de l’utilisation des monuments culturels de Samarkand ».

La mission UNESCO / ICOMOS de décembre 2007 a noté ce qui suit :

a) Coordination renforcée

Les recommandations des missions précédentes ont été suivies d’effets et il y a une meilleure coordination entre les divers organismes responsables de l’ensemble de la zone urbaine. Toutefois, la mission considère qu’une coordination plus officielle et un renforcement du système décisionnel général s’imposent. Elle a fait remarquer, en particulier, qu’il faudrait renforcer la Commission interservices pour Samarkand et solliciter l’avis d’experts internationaux sur les principes de restauration, la documentation des biens historiques et la réhabilitation des quartiers historiques.

b) Nouveaux aménagements

La mission a noté que les constructions récentes à la périphérie de la nouvelle route (entre les quartiers historiques d’Afrasiab et les quartiers timourides), à savoir un centre commercial, un restaurant, un arrêt de bus et une station-service, sont inopportunes à cet endroit et ont un impact négatif sur Shah i-Zinda. La mission a insisté sur la nécessité de mettre en place de toute urgence des règles de zonage qui respectent les quartiers fragiles de la ville.

c) Projets de reconstruction proposés

La mission a également exprimé son inquiétude à propos d’un projet de grande envergure concernant la reconstruction des remparts timourides et d’un projet de construction d’un hôtel à proximité de ces remparts. Elle estime que cela nuirait beaucoup à la vue générale de la partie timouride de la ville et serait contraire aux principes internationaux de conservation. Un aménagement plus judicieux, basé sur des études archéologiques, et la démolition des bâtiments modernes incriminés s’impose pour ce quartier.

d) Habitations traditionnelles

La mission a souligné de nouveau la nécessité de progresser dans la documentation des habitations traditionnelles dans les quartiers d’habitation qui entourent les principaux monuments et de cesser tous travaux de démolition jusqu’à ce qu’une étude soit effectuée qui servira de base à l’élaboration d’une stratégie intégrée de conservation.

e) Plans routiers

S’agissant des plans routiers, la mission a été informée par l’État partie que le nouveau Plan urbain d’aménagement de Samarkand pour 2004 – 2025 (Plan général) était en cours de révision sur la base des recommandations de la mission effectuée en octobre 2006 par le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS. Après approbation de ce Plan général, un plan plus détaillé sera élaboré et soumis au Centre du patrimoine mondial. Le calendrier d’élaboration des nouveaux plans routiers n’a pas encore été arrêté. Mais il a été dit à la mission qu’elle interviendrait lors de la première phase de réalisation du projet de plan de gestion : 2007- 2010.

Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS se félicitent des progrès accomplis, mais font observer toutefois qu’il faut maintenir la dynamique et aborder les points mis en évidence par la mission, afin qu’une approche claire soit mise en place dans un délai raisonnable pour la gestion, la conservation et l’aménagement du bien. Il faudrait que l’État partie soumette toutes les propositions de projets de grande envergure au Centre du patrimoine mondial et à l’ICOMOS pour considération, conformément au paragraphe 172 des Orientations

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.79

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.74, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Note les progrès accomplis par l'État partie et sa volonté de mettre en place un comité de coordination pour le bien ;

4. Note avec inquiétude les nouveaux projets d'aménagement inopportuns entre le site d'Afrosiab et la cité timouride pour recréer les remparts de la cité timouride et édifier un hôtel aux « façades historiques » près de ces remparts ;

5. Prie instamment l'État partie de poursuivre l'élaboration du plan de gestion ainsi que du zonage approprié et des autres aspects évoqués à sa 31e session (Christchurch, 2007) ;

6. Prie aussi instamment l'État partie d'élaborer une approche stratégique globale de la conservation du bien qui devra être approuvée par les parties prenantes concernées à travers l'adoption du plan de gestion, et de soumettre au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 des Orientations, toute information relative à des projets de grande envergure ;

7. Décide d'appliquer le mécanisme de suivi renforcé au bien et demande, en particulier, que le Comité soit informé des résultats obtenus au niveau des informations pertinentes pour la conservation de la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

8. Demande aussi à l'État partie de soumettre avant le 1er février 2009 au Centre du patrimoine mondial un rapport sur l'état de conservation du bien, faisant état de l'avancement relatif à :

a) La finalisation du plan de gestion,

b) L'élaboration du plan de conservation,

c) La documentation des caractéristiques historiques (inventaires et études),

d) Le renforcement du Comité de coordination,

e) L'élaboration des plans de zonage et de route proposés, y compris les propositions suggérant d'interdire la circulation sur la nouvelle route entre le site d'Afrosiab et la cité timouride,

pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.