1.         Le Caire historique (Égypte) (C 89)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (i)(v)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/89/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1979-1999)
Montant total approuvé : 398 900 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/89/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Août 2002, mars 2005: missions de suivi réactif de l'ICOMOS ; avril et décembre 2007: missions du Centre du patrimoine mondial concernant le «Cairo Financial Centre».

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/89/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Le 25 janvier 2008, l'Etat partie a transmis au Centre du patrimoine mondial une lettre résumant les activités menées dans quatre biens égyptiens du Patrimoine mondial. En ce qui concerne le Caire historique, la lettre a signalé le changement de nom qui a été approuvé par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 31e session (Christchurch, 2007), mais n'a fait aucune référence à la demande de mise en œuvre des recommandations faites par le symposium de 2002, à savoir:

a) désigner le Caire historique en tant que District de planification spéciale, et

b) préparer un Plan complet d'urbanisme pour la conservation et le développement de la vieille ville, plan qui permettrait que la conservation des bâtiments historiques soit accompagnée de règles de développement appropriées.

En ce qui concerne la construction du complexe immobilier du "Cairo Financial Centre" près de la Citadelle, le rapport remis par l'Etat partie signale que "les plans, les maquettes et un rapport ont été envoyés à l'UNESCO et que la décision de celle-ci sur le projet de la Citadelle est en attente". Le rapport de la mission, qui s'est déroulée du 9 au 12 décembre 2007 à la demande du Conseil suprême des antiquités, a été officiellement transmis aux autorités égyptiennes le 11 janvier 2008. Le but de cette mission était d'évaluer l'évolution du projet et de faire des recommandations complémentaires afin d'atténuer son impact sur le paysage urbain, a la lumière du nouveau projet établi par le promoteur suite à la décision du Comité du patrimoine mondial prise lors sa 31e session (Christchurch, 2007).

Malgré la réduction de la hauteur maximum des bâtiments, la mission a considéré que le nouveau projet aurait encore un impact défavorable important sur l'intégrité visuelle de la Citadelle et de son cadre urbain. La mission a considéré que, à cette étape du projet, la seule action envisageable était de faire des modifications complémentaires au projet afin de rendre moins importantes les menaces sérieuses pesant sur l'intégrité visuelle de la Citadelle et sur le paysage urbain.

La mission a donc recommandé que les mesures suivantes soient prises en compte, celles-ci constituant les conditions minimum requises afin que les valeurs de la Citadelle ne soient pas mises en danger:

a) La hauteur du complexe immobilier devrait être encore réduite, et sa forme redessinée de façon à ce que le bâtiment s'élève progressivement du niveau de l'autoroute Salah Salem jusqu'à une hauteur d’approximativement 31 mètres dans la partie est du site (à 500 mètres de distance du mur de la Citadelle). Ainsi, cela réduirait l'impact visuel des nouveaux bâtiments sur la Citadelle.

b) Le volume du complexe immobilier, semblable actuellement à une énorme masse de bâtiments de grande hauteur, devrait être divisé en plusieurs parties qui s'harmoniseraient mieux avec la forme urbaine et les volumes de la Citadelle.

c) Les élévations des bâtiments, actuellement conçus comme des barres homogènes et continues de verre, devraient être revues afin de s'harmoniser avec les environs et de minimiser la gêne visuelle.

Le 24 avril 2008, le Centre du patrimoine mondial a reçu une lettre du Conseil suprême des antiquités l’informant que les ministres de la Culture et de la Construction étaient convenus de demander des orientations et une solution définitives à l’UNESCO concernant le projet, qui seraient suivies par le propriétaire.

 

Par ailleurs, en réponse à la demande exprimée dans le cadre de l'Inventaire rétrospectif, l'Etat partie a remis au Centre du patrimoine mondial une carte topographique et un plan cadastral représentant les cinq parties constituantes du bien. Il est à noter que l'Etat partie a accompli un travail cartographique considérable afin de répondre aux demandes de l'Inventaire rétrospectif, et ce, pour tous ses biens du patrimoine mondial.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.58

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.56, adoptée lors de sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Prend note de l'engagement de l'État partie à réviser le projet du «Cairo Financial Centre», afin d'atténuer son impact sur le paysage urbain de la Citadelle et demande qu'un projet alternatif soit adopté et remis dès que possible, au Centre du patrimoine mondial et à l'ICOMOS pour examen ;

4. Considère que les mesures suivantes devraient être prises en compte dans le projet alternatif, celles-ci constituant les conditions minimum requises afin que la valeur universelle exceptionnelle du bien ne soit pas mise en danger :

a) La hauteur du complexe immobilier devrait être encore réduite, et sa forme redessinée de façon à ce que le bâtiment s'élève progressivement du niveau de l'autoroute Salah Salem jusqu'à une hauteur d'approximativement 31 mètres dans la partie est du site (à 500 mètres de distance du mur de la Citadelle). Ainsi, cela réduirait l'impact visuel des nouveaux bâtiments sur la Citadelle ;

b) Le volume du complexe immobilier, semblable actuellement à une énorme masse de bâtiments de grande hauteur, devrait être divisé en plusieurs parties qui s'harmoniseraient mieux avec la forme urbaine et les volumes de la Citadelle ;

c) Les élévations des bâtiments, actuellement conçus comme des barres homogènes et continues de verre, devraient être revues afin de s'harmoniser avec les environs et de minimiser la gêne visuelle ;

5. Prie instamment l'État partie de mettre en oeuvre les principales recommandations du rapport du symposium de 2002, approuvé par le Comité du patrimoine mondial, en particulier de préparer un Plan complet d'urbanisme pour la conservation et le développement de la vieille ville, plan qui permettrait que la conservation des bâtiments historiques soit accompagnée de règles de développement appropriées ;

6. Demande à l'Etat partie d'inviter une mission de haut niveau dirigée par le Directeur du Centre du patrimoine mondial pour discuter de ces questions avec les autorités de l'Etat partie ;

7. Demande également à l'État partie de remettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport sur la mise en oeuvre des recommandations évoquées ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009.

Décision adoptée: 32 COM 8D

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le Document WHC-08/32.COM/8D,

2. Rappelant les décisions 30 COM 11A.2 et 31 COM 11A.2, adoptées respectivement lors de ses 30e (Vilnius, 2006) et 31e (Christchurch, 2007) sessions,

3. Rappelle que, comme il a été décidé lors de sa 31e session (Christchurch, 2007) par la décision 31 COM 11A.2, le Centre du patrimoine mondial ainsi que les organisations consultatives ne seront pas en mesure d'examiner des propositions de modifications mineures ou importantes des limites pour les biens du patrimoine mondial dont les limites à l'époque de l'inscription ne sont pas claires ;

4. Félicite les Etats parties dans la région de l'Europe ainsi que les Etats parties de l'Egypte, du Maroc et de la Tunisie pour l'excellent travail accompli dans la clarification de la délimitation de leurs biens du patrimoine mondial et les remercie pour leurs efforts visant à améliorer la crédibilité de la Liste du patrimoine mondial ;

5. Prend note des clarifications des limites et des superficies de biens fournies par les Etats parties suivants dans les régions européenne et arabe en réponse à l'Inventaire rétrospectif, telles que présentées dans l'annexe du document WHC-08/32.COM/8D :

6. Demande aux Etats parties européens et arabes n'ayant pas encore répondu aux questions soulevées en 2005, 2006 et 2007 dans le cadre de l'Inventaire rétrospectif de bien vouloir fournir toutes les clarifications ainsi que la documentation demandées le plus rapidement possible et avant le 1er décembre 2008 au plus tard.