1.         Île de Mozambique (Mozambique) (C 599)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1991

Critères  (iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/599/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1994-2001)
Montant total approuvé : 134 880 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/599/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : Fonds-en-dépôt japonais : 1 108 078 dollars EU ; UCCLA : 526 015 dollars EU et Portugal/IPAD : 102 900 dollars EU.

Missions de suivi antérieures

2005 : missions du Centre du patrimoine mondial ; 2006 : missions du Centre du patrimoine mondial ; février 2007 : mission ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Retard dans la mise en œuvre de la réhabilitation de la Forteresse de Saint-Sébastien ;

b) Plan de gestion pas encore finalisé ;

c) Bâtiments menacés d’effondrement ;

d) Absence de contrôle du développement et menaces sur l’authenticité ;

e) Absence de réseau d’égouts adéquat.

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/599/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Dans son rapport soumis au Centre du patrimoine mondial le 1er février 2008, l’État partie a présenté l’avancement de la mise en œuvre des décisions du Comité du patrimoine mondial:

Plan d’action d’urgence

Un plan d’urgence a été établi pour le Cabinet de Conservation de l’Île de Mozambique et il inclut les activités essentielles suivantes :

a) Un inventaire des biens immeubles actuels de l’Île indiquant qu’il existe 1 192 biens immeubles à Macuti, 557 dans la Ville de Pierre et 42 vestiges en ruine ;

b) Une lettre adressée aux propriétaires des ruines pour les sensibiliser à leurs obligations de les restaurer et de les utiliser.

Grâce à cela, le rapport indique que de nombreuses ruines sont maintenant mieux entretenues et ont une meilleure apparence. Aucun autre détail n’est fourni sur le plan ni sur des mesures palliatives à court terme.

 

Plan de gestion

L’aide du Programme Africa 2009 a été demandée pour l’établissement d’un plan de conservation et de gestion. Cette demande sera étudiée par le Comité de pilotage d’Africa 2009 à sa prochaine réunion.

L’État partie a aussi signalé qu’en 2007, le gouvernement portugais avait alloué 250 000 dollars EU à la Banque africaine de développement pour la préparation d’un plan directeur à partir de 2008. Aucune autre information n’a été reçue sur cette allocation. Il est clair, si ce projet aboutit, que le plan directeur doit être étroitement lié au projet de plan de gestion.

 

Calendrier de restauration de la Forteresse de Saint-Sébastien

À partir d’une étude architecturale, une stratégie de mise en œuvre a été définie pour 2007-2008 pour un budget d’1 million de dollars EU. Cela inclut :

a) La suppression de toute la végétation envahissante ;

b) Consolidation et réparations structurales ;

c) Réhabilitation du réseau originel de collecte et de réserve d’eau ;

d) Construction d’une nouvelle citerne pour assurer une source d’approvisionnement en eau pour la population locale ;

e) Fourniture de services et d’installations d’infrastructure de base ;

f) Restauration d’un bâtiment pour abriter les installations, appliquer les normes de restauration et organiser de la formation sur chantier aux artisans locaux ;

g) Nomination d’un gestionnaire de site en janvier 2008, attribution d’un important contrat en janvier 2008 et levées de fonds pour la phase II qui suivra. La phase I devrait s’achever en décembre 2008.

 

Sensibilisation aux valeurs du patrimoine mondial

Aucun progrès n’a été réalisé à cet égard mais un projet de sensibilisation des parties prenantes concernées à la valeur et à l’importance de l’Île de Mozambique et de la Convention a été inclus dans la demande d’assistance internationale.

L’État partie signale aussi l’achèvement du projet de restauration de la Casa Girassol, l’un des principaux monuments de l’île. Cela a été réalisé grâce au concours de la Ville de Bergen et va servir d’exemple pour les travaux de conservation sur l’île.

On note un progrès général en matière de conservation de la Forteresse de Saint-Sébastien et de demande d’assistance pour finaliser le plan de conservation et de gestion. Cela, ainsi que les travaux accomplis à la Casa Girassol, mérite d’être reconnu.

À sa 31e session (Christchurch, 2007), le Comité du patrimoine mondial a réaffirmé sa vive inquiétude « quant au fait que l’Île de Mozambique reste menacée par une sérieuse dégradation des monuments historiques et structures urbaines, et risque de perdre son authenticité ». le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives s’inquiètent du peu de progrès accompli dans le traitement des problèmes fondamentaux qui affectent la valeur universelle exceptionnelle du bien. Ils considèrent qu’il faudrait faire mieux connaître ce bien pour mobiliser le soutien en vue d’une action coordonnée de la communauté internationale. Ils recommandent l’envoi d’une mission de suivi réactif du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives pour évaluer l’étendue de la dégradation du bien et les menaces qui en affectent la valeur universelle exceptionnelle. La mission définirait aussi, en consultation avec les autorités compétentes, un état de conservation souhaité, les mesures correctives nécessaires et le calendrier de mise en œuvre.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.51

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.48, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Note l'avancement réalisé lors de la phase I d'un projet de réhabilitation de la Forteresse de Saint-Sébastien, et l'achèvement de la restauration de la Casa Girassol ;

4. Exprime son inquiétude quant au fait qu'aucun progrès n'a été accompli en matière de plan de conservation et de gestion, mais prend acte qu'une demande d'aide pour finaliser le plan de gestion a été soumise au Programme Africa 2009 pour favoriser une meilleure compréhension des valeurs du patrimoine mondial ;

5. Exprime également sa vive inquiétude quant au fait qu'on ne note quasiment aucun progrès dans le traitement de la sérieuse dégradation des monuments historiques et des structures urbaines, ce qui menace la valeur universelle exceptionnelle du bien ;

6. Prie instamment l'État partie de traiter la dégradation la plus sérieuse, et de mettre en place des actions palliatives à court terme, notamment un renforcement des capacités, en collaboration avec toutes les parties prenantes ;

7. Fait appelle à la communauté internationale, en collaboration avec l'UNESCO, pour soutenir la création de partenariats pour permettre une approche intégrée, en vue du développement durable du bien ;

8. Demande à l'Etat partie, en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS, de développer un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle comprenant les conditions d'intégrité et d'authenticité, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

9. Demande également à l'État partie d'inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS / ICCROM pour étudier l'état de conservation du bien et déterminer s'il est confronté à des périls prouvés ou potentiels, conformément au paragraphe 179 des Orientations ;

10. Demande en outre à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport d'avancement sur la mise en oeuvre du Plan d'Action d'urgence et les mesures d'urgence engagées et sur l'élaboration d'un plan de conservation et de gestion, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session, en 2009, afin d'envisager, en l'absence de progrès substantiel, l'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.