1.         Pyrénées - Mont Perdu (France,Espagne) (C/N 773bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1997

Critères  (iii)(iv)(v)(vii)(viii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/773/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/773/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1998 : Visite de l’UNESCO ; Juillet 2007 : Mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/UICN 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Impacts du Festival de Gavarnie (France) et demande de son transfert définitif ;

b) Coopération transfrontalière insuffisante pour les activités pastorales

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/773/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Selon la demande du Comité du patrimoine mondial (décision 31 COM 7B.44), l’État partie a invité une mission commune de suivi réactif UNESCO / ICOMOS / UICN en juillet 2007 pour assister au Festival de Gavarnie et discuter de manière approfondie des menaces sur ce bien. La mission commune de suivi réactif (dont le rapport complet figure à https://whc.unesco.org/archive/2008) visait à traiter les problèmes discutés depuis l’inscription afin de pouvoir centrer les efforts sur le maintien des valeurs et la gestion transfrontalière globale du bien. La mission a défini plusieurs problèmes menaçant l’intégrité du bien et associés au manque d’efficacité de la gestion, à des problèmes précis liés au transfert du Festival de Gavarnie, à l’accès aux routes et au parking du Col de Boucharo sur la route du Cirque de Troumouse. En février 2008, l’État partie de la France a soumis un rapport d’avancement en 9 volets : Festival de Gavarnie, plan de gestion, création d’une structure de gestion, statut du bien (paysage culturel et naturel), route de Troumouse, zones tampons, activités pastorales, réponse aux recommandations et conclusions de la mission, et statut de la coopération transfrontalière. Le rapport a répondu à plusieurs recommandations essentielles de la mission de 2007.

a) Festival de Gavarnie

Les problèmes liés au Festival de Gavarnie – routes, accès et parking – perdurent depuis l’évaluation du bien en 1997. Lors de l’inscription, la France a indiqué que le Festival serait transféré à l’extérieur du bien, selon les recommandations de l’évaluation menée sur le terrain par l’UICN, qui avait jugé le Festival incompatible avec la valeur universelle exceptionnelle du site. Le Festival de Gavarnie continue cependant à se tenir dans le périmètre du bien malgré des débats répétés lors de missions (1997, 1999, et 2007) et plusieurs précédentes décisions du Comité du patrimoine mondial demandant son transfert (2004, 2005, 2006, et 2007).

Le rapport de mission précise que le Cirque de Gavarnie se trouve au cœur du bien du patrimoine mondial et constitue une caractéristique emblématique du site inscrit. L’emplacement du Festival dans les limites du bien est donc clairement incompatible avec la justification de l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial ; ce point est également reconnu dans le dernier rapport périodique présenté par l’État partie, qui le décrit comme une « désacralisation inacceptable » et une « réelle provocation contre le paysage culturel du bien ». Bien que les impacts soient temporaires, le transfert du Festival peut cependant permettre de les éviter totalement. L’État partie a indiqué plusieurs mesures potentielles qui pourraient être prises pour réduire les impacts du Festival, mais elles ne vont pas jusqu’au transfert et ne traitent donc pas le motif essentiel de préoccupation lié à la valeur universelle exceptionnelle du bien.

Le maintien du Festival de Gavarnie dans la zone centrale du bien constitue donc pour lui un péril prouvé – tel que défini au paragraphe 180 des Orientations et répondant aux conditions définies au paragraphe 181. Tout cela permet d’inscrire le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Si tel était le souhait du Comité, la situation permet aussi d’envisager d’appliquer le paragraphe 192b des Orientations car cette menace était connue lors de l’inscription et l’État partie n’a pas pris de mesure dans les temps qui lui avaient alors été impartis.

b) Gestion

On note un certaine amélioration de la gestion du bien, mais il reste du travail à faire. Les États parties de la France et de l’Espagne n’ont pas actuellement de vision commune de la gestion du bien sur 5 à 10 ans. Une telle vision devrait être définie à partir d’une déclaration commune de valeur universelle exceptionnelle précisant les valeurs du bien par rapport à son inscription en tant que paysage culturel modelé par le pastoralisme, et en tant que site naturel pour sa géologie et sa beauté naturelle ; cette déclaration devrait aussi mentionner les critères concernés, les conditions d’authenticité et d’intégrité, et les exigences de gestion. Il reste à créer une structure de gestion bien définie pour le côté français du bien et à l’intégrer dans les structures de gestion du Parc national de Pyrénées ; et à établir des niveaux appropriés de coordination de la gestion avec l’État partie de l’Espagne. Il conviendra de prévoir dans ces dispositions des mécanismes d’échanges réguliers et d’harmonisation des activités transfrontalières. Priorité devra être donnée à la facilitation du pacage transfrontalier et à la mise en place d’un plan d’action commun engageant la participation des partenaires concernés en France et en Espagne (Parcs nationaux, communes, syndicats mixtes, comarca et autres). Objectif : fixer les priorités de gestion pour les 2-3 ans à venir et soutenir et valoriser les systèmes d’exploitation agricole de plus en plus fragiles. Bien que le Comité du patrimoine mondial se soit précédemment plutôt axé sur le Festival de Gavarnie, les menaces qui mettent en danger les systèmes d’exploitation agricole et de pastoralisme pourraient bien avoir un impact beaucoup plus important sur la valeur universelle exceptionnelle du bien. Il conviendrait que le site bénéficie d’une planification intégrée et coordonnée avec mise en œuvre et suivi aboutissant à la présentation de rapports en commun. Il est proposé que les États parties de la France et de l’Espagne envisagent aussi une identité institutionnelle pour ce bien transfrontalier, pour promouvoir les valeurs qui ont justifié son inscription, car celles-ci sont à peine reconnues par de nombreux visiteurs.

c) Routes et parking

L’État partie a pris des mesures pour fermer des routes et le parking, mais il reste à mener à bien plusieurs mesures en cours. La route de Boucharo a été fermée et la commune de Gèdre a accepté de fermer le dernier tronçon de celle de Troumouse. La route du col des Tentes doit être complètement fermée en été et l’on utilisera un téléphérique à la place. Le parking doit aussi être réduit.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent qu’il est regrettable que l’État partie de la France n’ait pas rempli tous ses engagements en matière de questions d’intégrité et de gestion du bien. Afin d’assurer la conservation à long terme de sa valeur universelle exceptionnelle et tout spécialement de ses conditions d’intégrité, il est essentiel que les États parties améliorent leur collaboration et que l’État partie de la France honore ses engagements d’appliquer les recommandations de la mission de suivi de 2007 et des précédentes décisions du Comité – dont le transfert du Festival de Gavarnie. Il est également jugé essentiel de recentrer le festival de Gavarnie sur un renforcement des valeurs du bien et de le restructurer pour qu’il profite à la communauté locale.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives proposent la tenue d’un atelier pour traiter ces questions et seraient disposés à travailler avec les États parties à la préparation d’une Déclaration de valeur universelle exceptionnelle, à la mise en place d’un système de gestion coordonnée et de plans de gestion harmonisés, et à soutenir un processus participatif en favorisant les moyens de soutenir le pastoralisme transfrontalier. Cela pourrait donner lieu à un dialogue sur un autre emplacement possible pour le Festival de Gavarnie, et sur la manière dont il pourrait soutenir l’économie agricole.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7B.42

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.44, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Félicite l'Etat partie espagnol pour ses efforts déployés pour répondre aux problèmes de conservation affectant le bien;

4. Note les progrès accomplis dans la mise en oeuvre de certaines des recommandations de la mission de suivi réactif de 2007 et engage à poursuivre le travail pour appliquer les recommandations restantes ;

5. Regrette que le transfert du Festival de Gavarnie n'ait pas eu lieu, malgré l'engagement de l'État partie français lors de l'inscription du bien, considère que la poursuite du Festival de Gavarnie dans le périmètre du site inscrit représente un péril prouvé pour la valeur universelle exceptionnelle du bien telle que définie au paragraphe 180 des Orientations ; et demande à l'État partie français de prendre les mesures nécessaires pour transférer le Festival comme il s'était engagé à le faire et conformément aux précédentes décisions du Comité du patrimoine mondial ;

6. Demande également aux États parties de mettre en oeuvre un processus participatif engageant tous les partenaires essentiels associés à la conservation et à la gestion du site, afin de mieux faire connaître le système de l'agropastoralisme et d'envisager des moyens de le maintenir et de le soutenir en tant qu'élément essentiel de la valeur universelle exceptionnelle du paysage culturel ;

7. Prend acte de plusieurs initiatives transfrontalières en cours ou prévues et demande en outre aux États parties d'assurer une gestion et un suivi plus efficaces et plus coordonnés de ce bien et, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS, de rédiger un projet commun de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle incluant les conditions d'intégrité et d'authenticité, pour orienter les activités de gestion ;

8. Demande également à l'État partie français de définir la structure de gestion pour sa partie du bien, de finaliser et d'appliquer le plan de gestion provisoire, et de convenir d'un processus pour l'harmoniser avec l'État partie espagnol ;

9. Demande en outre aux deux États parties de présenter au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2009, un rapport sur l'avancement des recommandations précitées, et notamment sur le transfert du Festival de Gavarnie, la gestion coordonnée du bien et l'achèvement et la mise en oeuvre du plan de gestion provisoire, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session, en 2009, et engage fermement les États parties à demander l'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.