1.         Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger) (N 573)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1991

Critères  (vii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    1992-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Instabilité politique et dissensions entre les populations

Mesures correctives identifiées

Les mesures correctives suivantes ont été identifiées lors de la mission de l'UICN de 2005 et adoptées par le Comité à sa 29e session (Durban, 2005) :

a) Rétablir la présence physique des autorités de gestion à Iférouane et leur donner les moyens adéquats leur permettant de mieux contrôler l’exploitation des ressources naturelles dans le périmètre du bien ;

b) Créer des commissions foncières dans les quatre municipalités et clarifier les droits respectifs d’utilisation du sol et d’accès aux ressources des populations locales;

c) Améliorer sensiblement le suivi et la surveillance du bien pour traiter les problèmes de braconnage et d’extraction illégale des ressources naturelles;

d) Mettre fin immédiatement au ramassage du bois et des chaumes provenant du bien à des fins commerciales;

e) Lancer des actions de stabilisation des terres et de la végétation pour contrôler l’érosion du sol et prendre des mesures visant à réduire ainsi la déstabilisation des terres due à la circulation automobile.

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/573/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1999-2002)
Montant total approuvé : 142 450 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/573/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1998: mission du Centre du patrimoine mondial, 2006: mission de l'UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Instabilité politique et dissensions entre les populations;

b) Pauvreté;

c) Contraintes de gestion;

d) Braconnage de l’autruche;

e) Erosion du sol;

f) Pression démographique;

g) Pression exercée par le bétail;

h) Pression sur les ressources forestières.

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/573/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2008

Le rapport de l'Etat partie a été reçu le 22 mai 2008. Il fait état des mauvaises conditions de survie de beaucoup d'espèces de faune sauvage, de la dégradation continuelle de l'écosystème et des menaces continuelles auxquelles le bien doit faire face et qui ont des conséquences sur son intégrité. Le rapport ne fait cependant pas état des progrès accomplis dans la mise en œuvre des mesures correctives adoptées par le Comité du patrimoine mondial à sa 29e session (Durban, 2005).

Le rapport précise que, depuis février 2007, l'insécurité s'est accrue dans les secteurs au nord du bien, en particulier au nord de Gougaram et au nord d'Iférouane, où des attaques armées se déroulent régulièrement. La zone au nord d'Agades est actuellement en état d'alerte et inaccessible au personnel des Parcs. Cette instabilité réduit la portée du suivi effectif, de la surveillance et de la gestion exercés par les gardes forestiers et par les équipes du projet COGERAT (Cogestion des ressources de l'Aïr et du Ténéré). Le personnel est cependant toujours présent dans la partie sud de la zone concernée par le projet, permettant ainsi la poursuite de quelques initiatives de gestion.

Le rapport donne des informations sur les valeurs pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, et qui semblent être sensiblement dégradées. Alors qu'aucun inventaire systématique des populations de faune sauvage n'a été fait depuis 1992, le rapport donne des tendances sur ces populations basées sur des observations faites par le personnel des parcs et du projet et des données collectées auprès des populations locales. L'analyse de ces données établit une considérable détérioration des populations d'espèces clés depuis l'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril. Alors que l'oryx algazelle et le phacochère du désert avaient déjà disparu lors de l'inscription du bien (la dernière observation de spécimens de ces espèces datant des années 80), l'addax (antilope à nez tacheté) et plusieurs espèces de vautours et d'aigles ont disparu depuis lors. Beaucoup d'autres espèces sont sur le point de disparaître, y compris les autruches à cou rouge (un seul mâle est recensé comme encore présent en liberté), les hyènes rayées, les gazelles damas, et les guépards. D'autres espèces ont connu un sérieux déclin de leur population comme les mouflons à manchettes et les gazelles dorcas dont le nombre est passé de 12.000 spécimens en 1991 à 7.000 en l'an 2000, et ce déclin s’est certainement poursuivi depuis.

La pression du braconnage reste très forte sur le territoire du bien, mais les facteurs climatiques, tels que la sécheresse auraient aussi joué un rôle. Le rapport fait également état d'importants changements intervenus en ce qui concerne la végétation depuis l'inscription du bien, avec une baisse généralisée de la couverture végétale, l'extinction de certaines espèces et des problèmes croissants liés à la présence de plantes envahissantes comme la Prosopis juliflora. Le braconnage, le moissonnage de chaumes, le surpâturage, la récolte de bois de chauffe, les incendies, l'érosion et l'empiétement agricole continuent d'exercer une pression sur les ressources naturelles, déjà fragiles, et pourraient provoquer des dommages irréversibles à la valeur universelle exceptionnelle du bien. En outre, ces menaces sont aggravées par la pression démographique constante résultant de la croissance des centres urbains dans la région d'Agades et du retour forcé des immigrants rentrés des pays voisins. Le rapport signale aussi des problèmes liés au vol de pièces archéologiques par des groupes organisés de professionnels et des touristes, vol encouragé par une surveillance très réduite de la zone.

Le projet COGERAT, cofinancé par le PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) et FME (Fonds mondial de l'Environnement), apporte à l'Etat partie l'essentiel de l'aide nécessaire afin de régler ces problèmes en suscitant l'intérêt des populations locales et des 10.000 habitants du bien afin qu'ils utilisent les terres de façon durable, ayant ainsi moins d'impact sur les valeurs environnementales du bien. Cependant, en raison de l'état actuel de détérioration des terres et des changements nécessaires dans l'occupation des sols et dans l'utilisation des ressources, le renversement des tendances actuelles et la restauration écologique du bien prendront beaucoup de temps. La mise en œuvre de cet ambitieux projet est en outre gravement compromise par le retour de l'insécurité dans le secteur nord du bien. L'Etat partie signale par ailleurs des modifications institutionnelles, avec la création au sein du Ministère de l'Environnement d'une Direction des Parcs nationaux et des Réserves, il en attend des retombées bénéfiques sur la gestion des deux biens du patrimoine mondial du pays. Le rapport de l'Etat partie fait également état de trois propositions de projets, l'un visant à organiser un atelier sur l'impact des conflits armés sur la biodiversité des zones arides du Sahara, l'autre à promouvoir la valeur de paix dans les écoles autour du bien, et le troisième à encourager des actions d'urgence liées aux facteurs climatiques.

Le Centre du patrimoine mondial et l'UICN sont extrêmement préoccupés par la détérioration des ressources naturelles dans le périmètre du bien et par le retour de l'insécurité, entravant les efforts de l'Etat partie afin de répondre aux menaces urgentes. Afin qu'une évaluation précise de l'impact sur la valeur universelle exceptionnelle soit possible, une étude générale sur l'état réel des valeurs du bien, en particulier sur le nombre de spécimens et la répartition des espèces menacées, est déclarée indispensable. L'Etat partie devrait en outre envisager de travailler avec la Commission de survie des espèces de l'UICN, et les groupes d'experts concernés, afin de discuter des modalités d'un possible rétablissement des populations de faune sauvage, et, de programmes de réhabilitation. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Néant

Décision adoptée: 32 COM 7A.10

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-08/32.COM/7A.Add,

2. Rappelant la décision 31 COM 7A.3, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Exprime sa plus vive préoccupation quant à la dégradation continue de la valeur universelle exceptionnelle pour laquelle le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial, en particulier en ce qui concerne les réductions des populations clés de faune sauvage, la dégradation de la couverture végétale, et, le retour de l'insécurité dans le secteur nord des Parcs qui entrave les efforts de l'État partie afin de stopper cette dégradation ;

4. Apprécie le soutien déjà accordé par la communauté internationale des bailleurs de fonds et l'engage à accroître son aide à l'État partie pour la protection et la restauration écologique du bien ;

5. Prend note de l'intérêt manifesté par l'État partie concernant la tenue d'un atelier régional sur l'impact des conflits sur les ressources naturelles et la biodiversité dans la région et encourage l'État partie à collaborer avec des partenaires afin que cet atelier se déroule en mettant l'accent sur la sécurité et la protection des biens du patrimoine mondial durant les conflits ;

6. Demande à l'État partie, en coopération avec la Commission de survie des espèces de l'UICN et ses groupes d'experts dans ce domaine, de mener une étude générale sur le bien, en particulier sur la taille et la répartition des populations d'espèces menacées afin d'évaluer l'état réel de sa valeur universelle exceptionnelle et d'élaborer des programmes de rétablissement des populations et de réhabilitation ;

7. Prie instamment l'État partie de poursuivre son travail de mise en oeuvre des mesures correctives adoptées à la 29e session (Durban, 2005) ;

8. Réitère sa demande à l'État partie, en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, de développer un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle incluant les conditions d'intégrité, ainsi qu'une proposition sur l'État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

9. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, avant le 1er février 2009, un rapport sur l'état de conservation du bien, y compris sur le statut des espèces vulnérables et des écosystèmes, ainsi que sur les progrès accomplis dans la mise en oeuvre des mesures correctives et du projet COGERAT, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session en 2009 ;

10. Décide de maintenir les Réserves naturelles de l'Aïr et du Ténéré (Niger) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.