1.         Lignes et Géoglyphes au Nasca et Palpa (Pérou) (C 700)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1994

Critères  (i)(iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/700/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1998-1998)
Montant total approuvé : 50 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/700/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Dommages causés par des activités agricoles et minières illicites

b) Circulation permanente de véhicules au milieu des géoglyphes

c) Absence de surveillance systématique du bien

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/700/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2009

Le Centre du patrimoine mondial a reçu en février 2009 de l’État partie un rapport sur l’état de conservation du bien qui répond à la décision adoptée par le Comité du patrimoine mondial à sa 31e session (Christchurch, 2007).

 

a) Mise en œuvre du nouveau plan intégré dans le cadre du Programme national de restauration des monuments historiques et archéologiques

L’État partie indique que de nouveaux accords ont été signés pour l’élaboration d’un plan de gestion. Aucune indication n’est donnée quant à la mise en œuvre des dispositions prises dans les documents antérieurs ou quant aux motifs de la révision du document existant.

b) Construction de routes et éléments nouveaux concernant le projet de construction d’un aéroport national dans la région

L’État partie précise qu’une portion de l’autoroute Interocéanique (Puquio-Nasca-Marcona) passant dans le sud et à l’intérieur de la zone tampon est en cours d’évaluation. L’Institut national de la culture traite ce problème en examinant l’existence de vestiges archéologiques pour prévenir tout impact sur le bien. Elle fait remarquer que l’autoroute n’aura pas d’impact direct sur le bien. En ce qui concerne l’aéroport national, aucune étude n’a encore été préparée et aucune activité n’est prévue à ce jour.

c) Progrès accomplis en ce qui concerne les établissement de population illicites dans la région de La Pascana

L’État partie a soumis en février 2008 un rapport sur l’état de conservation du bien donnant des informations sur les actions menées pour défendre la zone occupée de façon illicite. Actuellement, la procédure judiciaire se poursuit et il existe un jugement en cours d’appel demandant la suppression des constructions dans la zone ; l’affaire suit donc sont cours. 

 

En plus de ces questions spécifiques, le rapport donne des informations sur les activités menées, notamment le renforcement du contrôle et de la sécurité sur le site, des mesures de conservation préventive sur 12 géoglyphes, la formulation d’un projet d’investissement par le gouvernement régional (actuellement en cours d’examen) pour le système renforcé de sécurité et de contrôle, la construction d’un centre d’interprétation et la création d’une route touristique. Il fait également remarquer que l’avion léger qui survole le site a dû faire des atterrissages forcés sur l’autoroute panaméricaine ; bien qu’ils n’aient pas eu d’impact direct sur le bien, ils convient de s’intéresser à ces incidents.

En dépit des progrès accomplis, sans plan de gestion toutes les activités mises en œuvre continueront d’être désordonnées et réactives au lieu d’anticiper les problèmes. Il reste également un aspect important à prendre en considération : l’insuffisance des ressources pour gérer et préserver dans sa totalité un bien aussi vaste et aussi complexe.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 33 COM 7B.144

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.130, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Prie instamment l'État partie de finaliser l'élaboration du plan de gestion pour le bien et de trouver des ressources suffisantes pour soutenir durablement sa mise en oeuvre ;

4. Prend note des projets prévus et susceptibles d'avoir un impact sur le bien, en particulier l'autoroute interocéanique, la construction d'un aéroport national et l'investissement proposé par le gouvernement régional, et demande à l'État partie, conformément au paragraphe 172 des Orientations, de soumettre au Centre du patrimoine mondial des détails sur ces projets, pour examen par l'ICOMOS ;

5. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2011, un rapport détaillé sur l'état de conservation du bien et sur les progrès accomplis dans la mise en oeuvre des recommandations ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 35e session en 2011.