1.         Ville de Graz – Centre historique et château d’Eggenberg (Autriche) (C 931bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1999

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/931/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/931/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Février 2005 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; octobre 2006 : mission consultative de l’ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Pression due au développement urbain ;

b) Absence de plan de gestion.

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/931/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2009

Lors de sa 31e session (Christchurch, 2007), le Comité du patrimoine mondial a félicité l’État partie d’avoir présenté un plan de gestion et un schéma directeur pour le bien et l’a encouragé à mettre en œuvre les recommandations de la mission consultative d’octobre 2006. Le Comité du patrimoine mondial a demandé à l’État partie de rendre compte de l’état de conservation du bien et en particulier de projets d’aménagement importants.

a) Informations sur les projets d’aménagement en cours

Le 26 janvier 2009, l’État partie a remis un rapport sur l’état de conservation du bien, traitant d’un certain nombre de projets d’aménagement en cours.

Dans la zone inscrite, sept projets font l’objet d’un examen :

· Le Pfauengarten (le jardin des paons)

· Le grand magasin Kastner und Ohler

· La Kommodhaus / pension de famille, Burgasse 15

· La Brandhaus, Andreas-Hofer-Platz

· Le Landesmuseum Joanneum

· Sackstrasse 28-30,

· Le restaurant de la Colline du château - Schlossberg.

 

Dans la zone tampon, trois projets sont décrits :

· Nouveau projet pour l’hôtel Thalia, 5a Opernring

· Nikolaiplatz 5

· L’ancienne taverne de l’Éléphant blanc.

Les autorités municipales ont transmis des descriptions de projet qui montrent à quel stade en est chaque projet ainsi que les mesures entreprises par la municipalité pour orienter les projets vers des formes, destinations et conceptions appropriées pour leur emplacement au sein du bien. L’accent est avant tout mis sur la manière dont le processus de planification prend en compte les préoccupations de patrimoine.

Tandis que l’État partie décrit ce processus comme transparent, l’ICOMOS a reçu des informations sur de potentiels conflits d’intérêt, par exemple, l’architecte de l’un des projets examinés ci-dessus (la Brandhaus) étant également le vice-président de la commission d’experts sur le centre historique de Graz (l’ASVK).

En ce qui concerne le concept du grand magasin Kastner und Ohler, auquel s’est intéressée la mission consultative de l’ICOMOS d’octobre 2006, le rapport signale l’engagement du comité directeur de Kastner und Ohler à suivre les conseils de la mission d’experts. Une planification détaillée conformément à cet engagement a été reconnue et un permis de construire délivré en octobre 2007 ; la construction, qui a débuté au printemps 2008, devrait être achevée d’ici octobre 2010.

L’ICOMOS apprécie les efforts faits par l’État partie pour rendre compte de ces projets et de leurs impacts éventuels sur la valeur universelle exceptionnelle du bien. Toutefois, l’ICOMOS aimerait une documentation plus détaillée que celle reçue avec le rapport afin de pouvoir apporter des commentaires à ces projets.

Le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS font remarquer que le rapport de l’État partie ne mentionne aucun des impacts potentiels des projets sur la valeur universelle exceptionnelle du bien. De plus, il convient de remarquer que la plupart des projets sont déjà mis en œuvre et donc bien au-delà du stade auquel le Comité du patrimoine mondial a l’opportunité d’examiner leurs impacts sur la valeur universelle exceptionnelle, conformément au paragraphe 172 des Orientations.

 

Le rapport de l’État partie contient également des informations sur un certain nombre d’autres initiatives, dont :

· Le statut du bureau de coordination du patrimoine mondial établi en février 2007, au sein des structures du conseil de planification urbaine en relation avec le plan de gestion du patrimoine mondial de 2007. Ce bureau sert d’interface d’information et de médiation afin de “trouver des solutions aux problèmes critiques (avant la soumission de projets)”.

· L’entrée en vigueur de la nouvelle loi de préservation du centre historique de Graz (GAEG) le 1er décembre 2008, actualisant la GAEG de 1980. La GAEG arrête les conditions de travail de la commission d’experts sur le centre historique de Graz (l’ASVK). Entre autres objectifs, la nouvelle GAEG reconnaît l’importance de préserver le centre historique de Graz dans son rôle de patrimoine mondial et joue le rôle d’un “avocat du centre historique” afin de protéger l’intérêt public dans la préservation du centre historique. Le rôle de cet avocat est de vérifier que les décisions de l’ASVK sont entièrement mises en œuvre par les autorités publiques.

· La mise en place d’un groupe de suivi permanent ICOMOS Autriche pour le centre historique de Graz, qui a pour mission de conseiller lors des premières phases des projets de construction et réhabilitation.

b) Examen du plan de gestion de Graz (2007)

L’ICOMOS a également récemment examiné le plan de gestion préparé pour le bien. Tandis que l’ICOMOS a précédemment décrit le plan de gestion comme une “tentative fortement crédible de proposer des mécanismes et mesures de planification qui amélioreront la capacité du système de planification existant à protéger la valeur universelle exceptionnelle du bien, et de permettre à la municipalité de dépasser les approches précédentes”, l’ICOMOS a également remarqué un certain nombre de défauts :

· Le plan de gestion est décrit comme ”consultatif”. Un plan de gestion devrait conférer un “pouvoir exécutif” pour la mise en œuvre d’actions centrées sur la préservation de la valeur universelle exceptionnelle. Le plan de gestion permet que les conflits ou propositions d’aménagement qui semblent porter atteinte à la valeur universelle exceptionnelle soient portés au niveau politique approprié en vue d’être résolus, la volonté de protéger la valeur universelle exceptionnelle étant fortement mise en avant dans le processus.

· Le rôle du bureau du patrimoine mondial est décrit comme portant essentiellement sur le partage d’informations et la coordination. Cela laisse les prises de décision à d’autres organismes, à d’autres niveaux, susceptibles de ne pas donner une priorité absolue à la préservation de la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial.

· Les critères identifiés pour évaluer les projets d’aménagement dans le contexte du patrimoine mondial sont décrits comme reposant sur la nécessité de respecter le Mémorandum de Vienne, d’améliorer la qualité de vie et d’encourager la cohésion identitaire et sociale. Dans ce cadre global, trois critères généraux sont mis en avant : situation au sein de la zone de conservation, hauteur et échelle, et “valeur exceptionnelle”. Toutefois, un plan de gestion du patrimoine mondial devrait souligner le respect de la valeur universelle exceptionnelle comme son premier objectif.

 

Il est clair, vis-à-vis de tout ce qui précède, que l’État partie fait d’importants efforts pour améliorer la transparence et la qualité du processus décisionnel pour les nouveaux projets, notamment améliorer la communication au Centre du patrimoine mondial de projets émergents, et offrir également la possibilité de s’exprimer à ceux qui élèvent des opinions contraires sur leurs impacts et conformité.

Néanmoins, l’ICOMOS considère que ce processus peut toujours être amélioré :

· en donnant au bureau du patrimoine mondial de Graz une indépendance suffisante des fonctions de planification des autorités municipales afin de mieux défendre la préservation de la valeur universelle exceptionnelle vis-à-vis des projets proposés ;

· en garantissant qu’il n’y a aucun conflit d’intérêt pour les personnes impliquées dans l’examen des projets et dans l’exécution des projets examinés ;

· en fournissant des rapports sur l’état de conservation au Comité du patrimoine mondial, qui reflètent les points de vue de toutes les entités chargées d’en suivre la conformité dans le système de planification (bureau de planification de la ville, bureau du patrimoine mondial, avocat du centre historique) ;

· en s’efforçant de mettre en place le plan de gestion 2007 comme un document exécutif décisionnel et non comme un document consultatif, visant à garantir le respect de la valeur universelle exceptionnelle du bien.

 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 33 COM 7B.91

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-09/33.COM/7B,

2. Rappelant la décision 31 COM 7B.106, adoptée à sa 31e session (Christchurch, 2007),

3. Fait part à l'État partie de son appréciation pour la description détaillée des projets et initiatives en cours fournie dans le rapport sur l'état de conservation ;

4. Prend acte des initiatives prises ces dernières années par l'État partie (depuis le débat de 2005-2006 sur le caractère approprié du concept du grand magasin Kastner et Ohler) pour améliorer la qualité du processus de planification et les outils de planification disponibles pour protéger la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial ;

5. Demande à l'État partie d'examiner la mise en oeuvre des recommandations faites dans ce rapport pour améliorer la transparence et l'efficacité du système de planification en vue de protéger la valeur universelle exceptionnelle ;

6. Demande également à l'État partie de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de l'état de conservation du bien et de ses efforts pour mettre en oeuvre les recommandations susmentionnées.

Décision adoptée: 33 COM 8B.31

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné les documents WHC-09/33.COM/8B et WHC-09/33.COM/INF.8B1,

2. Renvoie l'extension de la Ville de Graz - Centre historique pour inclure le château d'Eggenberg, Autriche, à l'État partie pour lui permettre de :

a) étendre la zone tampon à la route reliant le centre historique au château sur tout son tracé, à travers la zone intermédiaire urbanisée au XXe siècle, de façon à préserver le lien historique qui existait entre les deux éléments ;

b) renforcer le niveau d'autorité et élargir les compétences du Bureau de coordination du patrimoine mondial Ville de Graz - Centre historique ; en charge du Plan de gestion.