1.         Centre historique de Sighişoara (Roumanie) (C 902)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1999

Critères  (iii)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/902/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2004-2004)
Montant total approuvé : 20 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/902/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

2002 : Mission Centre du patrimoine mondial / ICOMOS 

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Projet de parc Dracula ;

b) Détérioration des monuments en général et des fortifications en particulier ;

c) Absence de mesures de protection et d’entretien, de responsabilité locale et de stratégie financière.

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/902/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2010

Le rapport de l’Etat partie, reçu le 1 février 2010, fait part du suivi des actions mises en place par l’Institut national des monuments historiques de la Roumanie et la municipalité de la ville de Sighişoara depuis la 32e session du Comité du patrimoine mondial (Québec, 2008), à savoir :

a) Suivi de l’état de conservation

L’Institut National des Monuments Historiques a élaboré une Etude sur les interventions pour la période 1990-2006 affectant les constructions de l’ensemble urbain de Sighişoara. Cette étude mentionne des exemples d’interventions sur le bâti telles que des modifications volumétriques, interventions irrégulières sur des façades, utilisation du matériel inadéquat, remplacement des menuiseries traditionnelles, changements de fonction du bâti, aménagement des cours intérieures et des terrasses. Dans son rapport, l’Etat partie reconnait que ce type d’interventions transforme l’image urbaine de l’ensemble et pourrait mettre en danger le tissu historique urbain. L’étude recommande l’adoption de solutions visant à prévenir des interventions majeures et des pertes irrécupérables. La Mairie de Sighişoara a fondé, en octobre 2008, un Bureau pour le Patrimoine mondial, afin d’améliorer la gestion et le suivi de l’état de conservation du bien. 

b) Protection et gestion du site

Depuis 2008, la ville de Sighişoara fait partie du réseau thématique HerO (Heritage as Opportunity) du Programme URBACT II de la Commission européenne. Au titre de ce programme, ainsi qu’à partir des résultats du Programme cadre de protection et gestion du Centre historique de Sighişoara finalisé en 2007, les autorités prévoient de finaliser le plan de gestion et le plan local d'action pour ce bien avant la fin de 2010.

 

L’Etat partie a transmis avec le rapport des résumés des documents suivants :

- La stratégie du développement économique-social de la ville de Sighişoara 2008-2013, approuvée par la Municipalité de cette ville ;

- Le Plan Urbanistique Zonal et le Règlement pour la Zone protégée du bien, approuvé par la Commission nationale d'urbanisme ;

- L'étude de faisabilité pour la réhabilitation du Centre historique de Sighişoara élaboré en tant qu’une composante de la Documentation pour l'Avis des Travaux d'Interventions ;

- L'étude concernant la mise en valeur du Centre historique de Sighişoara ; 

- Le Règlement du trafic dans la Citadelle ;

- Le Règlement du commerce dans les rues ;

- Le Projet « Lighting Designers for Historic Urban Landscape » au titre du Programme « Culture 2007 – 2013 » ;

- Les Conventions de financement pour deux projets de construction de routes.

 

c) Réhabilitation, restauration, construction

L’Etat partie a transmis avec le rapport des informations concernant des projets suivants :

- La réhabilitation des systèmes des eaux usées et d’alimentation avec l’eau potable

- La réhabilitation du réseau de gaz

- Surveillance optique  

- Eclairage architectural

- Réhabilitation du pavement des rues dans la Citadelle et des voies d'accès 

- Guides des méilleures pratiques

- La restauration et l’aménagement de la Tour de Tailleur au titre du partenariat entre la Municipalité de Sighişoara et l’Association « Cele sapte Cetati »  

 

d) Activités promotionnelles

L’Etat partie a transmis avec le rapport des informations concernant plusieurs activités promotionnelles organisées à Sighişoara, et notamment :

- L'étude de faisabilité pour l'établissement d'un Centre national d'information touristique

- 25 actions culturelles organisées en 2009 par la Mairie, des ONG et le Musée de l'Histoire de Sighişoara

- La mise en place du partenariat entre la Municipalité de Sighişoara et la Fondation « Mihai Eminescu Trust », sous le patronage du Prince Charles de Grand Bretagne. 

 

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que le rapport élaboré par les autorités nationales comprend des informations très détaillées concernant des actions mises en place par l’Etat partie, afin d’assurer le suivi de l’état de conservation du bien, ainsi que sa protection et gestion. Cependant, des informations relatives à l’état de conservation du bien présenté au titre de l’Etude sur les interventions affectant les constructions de l’ensemble urbain de Sighişoara ne concerne que la période de 1990 à 2006. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives remercient l’Etat partie de son étude qui met clairement en exergue les impacts potentiels des interventions sur la valeur et l'intégrité du bien, et partage les préoccupations exprimées dans ce document. Par conséquent, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent qu’il est nécessaire d’encourager l’Etat partie à transmettre pour évaluation et commentaires, des documents détaillés concernant des interventions récentes, le suivi détaillé de l’état de conservation du bien, et notamment relatifs à l’état des monuments en général et des fortifications en particulier, ainsi que, conformément au paragraphe 172 des Orientations, la description de toute intention d'entreprendre ou d'autoriser des projets de restauration, réhabilitation, conservation ou de construction qui seraient susceptibles d'affecter la valeur universelle exceptionnelle du Centre historique de Sighişoara. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 34 COM 7B.93

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7B,

2. Rappelant la décision 32 COM 7B.103, adoptée à sa 32e session (Québec, 2008),

3. Prend note des actions mises en place par l'État partie afin d'assurer le suivi de l'État de conservation du bien, ainsi que sa protection et gestion, et l'encourage à poursuivre l'ensemble des démarches pour suivre attentivement l'État de conservation du Centre historique de Sighişoara ;

4. Prie instamment l'État partie de fournir trois exemplaires imprimés et électroniques du plan de protection et de gestion approuvé, pour examen par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;

5. Demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 des Orientations, la description de toute intention d'entreprendre ou d'autoriser des projets de restauration ou de construction, ainsi que des études d'impact de tout projet qui serait susceptible d'affecter la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial, avant d'accorder toute autorisation irréversible;

6. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, un rapport actualisé et détaillé sur l'État de conservation de toutes les parties constituantes de ce bien et sur les progrès accomplis dans la mise en œuvre des recommandations ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012.