1.         Thèbes antique et sa nécropole (Égypte) (C 87)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1979

Critères  (i)(iii)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/87/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2001-2001)
Montant total approuvé : 7 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/87/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 1.131.000 dollars EU du fonds en dépôt japonais 2002-2004 et 2008 (restauration des fresques)

Missions de suivi antérieures

2001 : mission de l’ICOMOS ; 2002 : mission d'un expert en hydrologie ; juillet 2006 et mai 2007 : missions du Centre du patrimoine mondial ; avril 2008 : mission Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; mai 2009 : mission Centre du patrimoine mondial/ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Montée de la nappe phréatique ;

b) Risques d'inondations (vallées des Rois et des Reines) ;

c) Absence d’un plan de gestion global ;

d) Vastes projets d'infrastructure et d’aménagement en cours ou prévus ;

e) Urbanisation incontrôlée ;

f) Envahissement de la rive occidentale par les habitations et l’agriculture ;

g) Démolitions dans les villages de Gournah, sur la rive occidentale du Nil et transfert de population. 

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/87/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2010

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation le 15 février 2010 faisant part de ses réponses aux demandes formulées par le Comité du patrimoine mondial à sa 33e session (Séville, 2009) :

a) En réponse à la demande du Comité du patrimoine mondial de révision du projet d’aménagement de l’allée des Sphinx et de soumission d’informations détaillées, l’État partie annonce sa volonté d’élaborer un plan urbain général et détaillé, reposant sur une approche pluridisciplinaire et bénéficiant d’une expertise internationale, pour garantir l’intégration de « l’allée » dans le contexte urbain. Le plan devrait être achevé dans les six mois à venir. L’État partie reconnaît la perte du minaret historique qui s’est effrondré à la suite de la démolition trop hâtive d’édifices voisins.

b) En réponse à la demande du Comité du patrimoine mondial d’un plan de gestion intégrée pour Karnak, Louxor et la rive occidentale, l’État partie a promis un « super schéma directeur » pour les deux rives du fleuve en 2010.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives considèrent qu’il pourrait y avoir confusion entre plan directeur et plan de gestion intégrant tous les éléments du bien. À la demande de l’État partie, le Centre du patrimoine mondial a affecté des fonds extrabudgétaires pour soutenir la préparation du plan de gestion intégrée.

c) En réponse à la demande du Comité du patrimoine mondial de création d’un mécanisme officiel de coordination, placé sous la responsabilité du Conseil suprême des Antiquités (CSA), chargé d’examiner tous les projets pouvant potentiellement affecter le bien et sa zone tampon, l’État partie est en train de créer un Comité de pilotage pour la conservation du patrimoine et la réhabilitation urbaine, responsable de diverses fonctions dont la mise en œuvre du plan directeur et l’intégration des projets concernant la Corniche et l’allée des Sphinx dans la réhabilitation du centre ville.

d) En réponse à la demande du Comité du patrimoine mondial d’élaboration d’un projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle en consultation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives, l’État partie fait part des efforts faits pour établir un dialogue à ce sujet avec le Centre du patrimoine mondial. Toutefois, l’État partie n’a toujours pas soumis, à ce jour, de projet de Déclaration.

e) En ce qui concerne le débarcadère des bateaux de croisière devant être construit sur la rive occidentale, l’État partie fait part de son empressement à formuler les termes de référence d’une soumission internationale pour le développement et la mise en œuvre d’un port fluvial, dans l’optique de limiter le développement touristique, réduire la zone de débarcadère des voiliers et établir des limites et réglementations claires en matière de construction pour les activités commerciales et de loisir afférentes.

f) En réponse à la demande du Comité du patrimoine mondial de développement d’une zone tampon sur la rive occidentale, l’État partie n’a apporté aucun commentaire.

g) En réponse à la demande du Comité du patrimoine mondial d’adopter les recommandations formulées par la récente mission conjointe de 2009, l’État partie a fait part de plans de développement de la Corniche et du village de « New Gurna » de Hassan Fathy, reposant largement sur lcs recommandations

À la demande de l’État partie, le Centre du patrimoine mondial a affecté des fonds extrabudgétaires pour développer un projet de conservation et de restauration du village de « New Gurna », dans le cadre du programme du patrimoine mondial de l’architecture en terre.

h) En réponse à la suggestion faite par le Comité du patrimoine mondial à l’État partie d’organiser une consultation internationale en vue d’élaborer des projets et plans permettant de mettre en valeur et de présenter la valeur universelle exceptionnelle du bien, l’État partie précise qu’il est en train de renforcer le dialogue avec les experts internationaux.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives reconnaissent la soumission d’un rapport complet sur l’état de conservation de la part de l’État partie. Toutefois, tandis que ce rapport inclut plusieurs éléments positifs (par exemple sur le développement de plans pour la Corniche et pour le village de Gourna), certaines des demandes du Comité du patrimoine mondial restent sans réponse.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives restent préoccupés par le rythme rapide des travaux entrepris par l’État partie sur le bien sans que des projets détaillés adéquats, basées sur des recherches et une méthodologie, soient soumis au Centre du patrimoine mondial, comme demandé par le paragraphe 172 des Orientations. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives sont également préoccupés par le nombre d’autres demandes du Comité du patrimoine mondial non satisfaites à ce jour par l’État partie. 

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Néant

Décision adoptée: 34 COM 7B.55

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7B,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.54, adoptée à sa 33e session (Séville, 2009),

3. Prend note du rapport détaillé sur l'État de conservation remis par l'État partie ;

4. Note toutefois que le rapport ne répond pas à certaines des demandes formulées par le Comité du patrimoine mondial dans des décisions antérieures et réitère sa demande de:

a) plan de gestion intégrée pour le bien dans son ensemble,

b) création d'une zone tampon pour la rive occidentale,

c) projet de Déclaration de valeur universelle exceptionnelle ;

5. Demande à l'État partie de fournir des informations détaillées sur la planification et l'élaboration des projets en cours et envisagés, en particulier pour l'allée des Sphinx, la Corniche et le débarcadère pour bateaux de croisière sur la rive occidentale, conformément aux Orientations ;

6. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, un rapport d'avancement détaillé sur la mise en œuvre des points susmentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012.