1.         Mont Athos (Grèce) (C/N 454)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1988

Critères  (i)(ii)(iv)(v)(vi)(vii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/454/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/454/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Janvier/Février 2006 : mission conjointe Centre du patrimoine mondial / ICOMOS / UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/454/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2010

Le Comité du patrimoine mondial, dans sa décision adoptée lors de sa 32e session (Québec, 2008), a pris note avec satisfaction des efforts permanents accomplis par les autorités nationales et la direction de la communauté du monastère visant à une collaboration efficace mais a, par ailleurs, pris note que les rapports remis par l'État partie ne faisait pas état du besoin de préparer un cadre général de gestion du bien comme recommandé par la mission conjointe de 2006 et approuvé par le Comité du patrimoine mondial à sa 30e session (Vilnius, 2006). Le Comité a donc prié instamment l'État partie et les autorités compétentes de poursuivre la mise en œuvre de toutes les recommandations de la mission conjointe.

L'État partie a remis un rapport le 1er février 2010, il comprend un rapport élaboré par le Ministère du tourisme et de la culture sur "les travaux de conservation du 10e éphorat des antiquités byzantines et post-byzantines au cours de la période 2008-2009" ainsi qu'un document intitulé "Mémorandum complémentaire de la Sainte Communauté du Mont Athos sur l'état de conservation du Mont Athos" daté de décembre 2009.

Le rapport établi par l'État partie décrit les travaux de conservation, de restauration ainsi que les fouilles entrepris dans les sept monastères du Mont Athos entre 2008 et 2009 par le Ministère de la culture et du tourisme avec l'aide financière de l'Europe, ainsi que l'organisation réussie de l'exposition "Le Mont Athos et l'Empire byzantin, les trésors de la Sainte montagne" qui s'est déroulée à Paris d'avril à juillet 2009. Ce rapport ne fait pas référence aux demandes formulées par le Comité lors de sa 32e session.

Le rapport de la Sainte Communauté présente une vision globale des actions entreprises entre 2008 et 2009 visant à améliorer la conservation du bien du patrimoine mondial, y compris le projet d' "Arche digitale du Mont Athos" dont le but est la numérisation et la documentation électronique systématique des ressources culturelles de tous les monastères. Le rapport présente également les projets de construction et d'infrastructures (y compris ceux destinés à améliorer la sécurité dans les monastères), les projets d'amélioration des conditions et de la gestion environnementales (y compris ceux destinés au développement de sources d'énergie renouvelable, à la gestion des déchets, à la lutte contre l'érosion, à la gestion des eaux de crue, à celle des feux de forêts et du débroussaillage, et à la gestion des catastrophes naturelles de la péninsule) ainsi qu'un cadre de gestion globale des valeurs naturelles et culturelles du bien.

En ce qui concerne le cadre de gestion, la Sainte Communauté s'est formellement engagée à préparer une vaste étude sur la gestion du Mont Athos, la première phase de celle-ci comportant le lancement d'une étude préliminaire pluridisciplinaire menée par un consultant destinée à faciliter l'élaboration du cadre de gestion voulu. On s'attend à ce que cette première phase de l'étude définisse les termes de référence, l'organisation, la méthodologie, le coût et le financement de l'étude principale. L'étude préliminaire est décrite comme une réponse aux principales recommandations de la mission de 2006, sept d'entre elles sont d'ailleurs reprises dans le rapport de la Sainte Communauté, dans des domaines importants tant sur le plan du patrimoine culturel que naturel. Le rapport s'achève en relevant qu'il est crucial que les activités de conservation soient menées dans un contexte de conservation des "formes institutionnelles" du Mont Athos et de "réponse intégrée et systématique" en collaboration avec les autorités nationales.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives félicitent la Sainte Communauté et les autorités nationales pour les progrès accomplis depuis la 32e session du Comité du patrimoine mondial dans le développement de modes de coopération respectueux des réalités de chacun et des paramètres de travail, tout en souhaitant de façon concertée la conservation de la valeur universelle exceptionnelle du bien du patrimoine mondial, et ce, d'une manière qui maintienne et renforce le rôle spirituel joué par le Mont Athos dans le monde contemporain.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives accueillent avec satisfaction les initiatives préliminaires prises par la Sainte Communauté visant à établir un cadre de gestion du Mont Athos capable de rassembler les patrimoines culturel et naturel, la poursuite des objectifs établis par la mission de 2006, et prennent note de l'importance de l'implication du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives dès les premières étapes de ce travail afin d'assurer la compréhension de la valeur universelle exceptionnelle en tant qu'élément principal de l'articulation du cadre de gestion.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

Néant

Décision adoptée: 34 COM 7B.40

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-10/34.COM/7B,

2. Rappelant la décision 32 COM 7B.43, adoptée à sa 32e session (Québec, 2008),

3. Prend note avec satisfaction des efforts accomplis par les autorités nationales et la Sainte Communauté visant à renforcer leur collaboration dans la conservation à long terme du bien du patrimoine mondial ;

4. Prend également note avec satisfaction des éléments du rapport établi par la Sainte Communauté, remis par l'intermédiaire des autorités nationales, concernant les efforts accomplis dans la mise en œuvre des recommandations de la mission conjointe de suivi réactif de 2006, en particulier le développement d'un cadre global de gestion du bien comprenant à la fois les valeurs naturelles et culturelles, comme approuvé par le Comité du patrimoine mondial lors de sa 30e session (Vilnius, 2006) ;

5. Prie instamment l'Etat partie et la Sainte Communauté d'envisager la possibilité d'apporter son soutien à l'organisation d'un atelier multidisciplinaire réunissant les principaux intervenants pour une définition de l'ébauche d'un cadre de gestion;

6. Demande à l'Etat partie, en collaboration avec la Sainte Communauté, de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2012, un rapport d'avancement sur les progrès accomplis dans la création d'un cadre de gestion intégrée et dans la mise en œuvre des recommandations de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/UICN de 2006, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 36e session en 2012.