Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

i
ii
iii
iv
v
vi
vii
viii
ix
x

Sites archéologiques de l’île de Méroé

Soudan
Facteurs affectant le bien en 2024*
  • Désertification
  • Erosion et envasement / dépôt
  • Exploitation minière
  • Impacts des activités touristiques / de loisirs des visiteurs
  • Inondations
  • Modification du régime des sols
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Facteurs identifiés au moment de l’inscription du bien :

  • Modification du régime des sols (Développement et pression agricole)
  • Exploitation minière (projet minier / infrastructures associées et augmentation du trafic)
  • Impacts des activités touristiques/de loisirs des visiteurs
  • Conditions locales affectant le tissu physique (inondations, désertification et érosion liées aux vents chargés de sable)
  • Système de gestion / plan de gestion
Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO jusqu'en 2024

Montant total : 19 798 dollars EU du Fonds d’urgence de l’UNESCO pour le patrimoine pour l’évaluation de l’impact des inondations sur le patrimoine culturel au Soudan en 2020 ; 25 000 dollars EU du gouvernement français pour des mesures de mitigation des risques sur les biens culturels du patrimoine mondial au Soudan ; 67 510 dollars EU du Fonds d’urgence de l’UNESCO pour le patrimoine pour des mesures de sauvegarde d’urgence du patrimoine culturel soudanais.

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2024
Demandes approuvées : 1 (de 2004-2004)
Montant total approuvé : 20 000 dollars E.U.
2004 Preparation of the Nomination File of the site of ... (Approuvé)   20 000 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2024**

Février 2019 : mission de conseil conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; 2020 : mission d’expertise (impacts des inondations)

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2024

Le 6 novembre 2023, le Centre du patrimoine mondial a informé l'État partie que le bien ferait l'objet d'un rapport sur son état de conservation qui serait présenté à la 46e session du Comité afin de mieux évaluer l'état général de conservation dans le contexte du conflit en cours au Soudan. Le 27 février 2024, l'État partie a soumis un rapport sur l'état de conservation, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/1336/documents/ , qui présente ce qui suit :

  • La Corporation nationale pour les antiquités et les musées –(NCAM) a pratiquement cessé toutes ses activités ;
  • Les dernières visites des sites de Naqa et Musawwarat es Sufra ont eu lieu en juillet 2023. Des informations complémentaires ont été communiquées par les gardiens des sites : ces deux sites sont entourés de mines terrestres et à un moment donné, des forces armées y étaient présentes. Un vol dans la maison de la mission archéologique à Naqa et l'évacuation de la police touristique sur les deux sites avant les combats dans la région sont également signalés ;
  • À Méroé, les déplacements massifs de populations fuyant les zones de guerre ont entraîné une fréquentation incontrôlée des sites, menaçant les monuments (graffitis, chutes de pierres, etc.), et une construction accrue d'habitations dans la zone tampon. La digue en terre construite pour protéger la cité royale des inondations s'est dégradée en raison des passages d'animaux et du pillage des matières premières ;
  • Toutes les missions scientifiques, principalement financées par le Projet archéologique Qatar Soudan –(QSAP), ont été suspendues. Des projets de conservation inachevés ou des fouilles récentes présentent un risque pour les structures ;
  • Les impacts directs des conditions météorologiques extrêmes, telles que des vents chargés de sable combinés à de fortes pluies, ont été observés sous la forme d'accumulation de sable, d’érosion de surface, de traces d'humidité et de dépôts de sel sur les surfaces en pierre, ainsi que de végétation accrue sur les sites en plein air ;
  • Des propositions pour de futures mesures de conservation sont faites. À Méroé, elles prévoient le retrait du sable accumulé, des travaux urgents de conservation, la réhabilitation de la maison Hinkel en musée de site pour répondre à l'augmentation du nombre de visiteurs, le remblaiement du temple dédié à Amon, l'installation de clôtures, la réduction de la zone tampon ainsi que la planification de l'utilisation des terres et la sensibilisation des communautés. À Naqa, ces propositions prévoient la relocalisation de tous les objets stockés dans la maison de la mission et l'augmentation du nombre de gardiens du site.

Ces informations ont également été partagées lors des réunions régulières organisées par l'UNESCO pour l'État partie et ses partenaires afin de suivre la situation au Soudan pendant le conflit.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2024

L'instabilité actuelle au Soudan, qui a un impact sur les communautés et tous les secteurs de la société, est très préoccupante et nuit aux capacités de gestion du bien. Plusieurs déclarations ont été publiées par l'UNESCO, l'ICOMOS et l'ICCROM appelant à la sauvegarde du patrimoine culturel. Il est recommandé que le Comité appelle toutes les parties impliquées dans le conflit à s'abstenir de toute action susceptible de causer des dommages au bien.

La crise engendre de nouveaux défis pour la mise en œuvre des recommandations de la mission conjointe de conseil Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2019 et de la mission de l'UNESCO concernant l’évaluation de l’l'impact des inondations de 2020 sur le patrimoine mondial et les sites archéologiques au Soudan. Les efforts et l'engagement de l'État partie, malgré ces nouveaux défis, sont reconnus.

La mission de conseil de 2019 a recommandé l'ajustement des structures administratives et de gestion du bien, le contrôle de la pression exercée par le développement, la mise en œuvre d'une gestion du tourisme, la révision des documents détaillés de l'abri de protection des bains royaux, le remblaiement du temple dédié à Amon, la préparation d'un manuel de conservation, le déplacement du musée du site dans la zone réservée aux installations et équipements (Méroé), et le réexamen de l'infrastructure routière à l'intérieur du bien (Musawwarat es Sufra).

La mission UNESCO de 2020 a recommandé la mise en place d'une gestion des risques liés aux catastrophes en lien avec un réseau national de gestion des risques d'inondation et sur la base d'une coopération interinstitutionnelle, le rétablissement des systèmes de drainage historiques et l'évaluation de leur efficacité, et la mise en place de structures pour prévenir les dommages liés aux inondations là où cela s'avère nécessaire.

Les dunes de sable et les inondations ont été identifiées comme les principaux facteurs de dégradation. Les dunes de sable résultent d'un processus cumulatif annuel et pourraient être retenues par des ceintures vertes. En 2022, dans le cadre d'un projet financé par la France, la NCAM a désensablé plusieurs pyramides et a commencé à cultiver une ceinture verte. Une aide supplémentaire pour soutenir les mesures d'atténuation est nécessaire.

L'État partie a signalé la poursuite de la réhabilitation de la maison Hinkel à Méroé pour en faire un musée de site. Conformément à la recommandation de la mission de 2019 concernant ce projet, il serait important d'envisager de déplacer le projet de musée de site dans le nouveau bâtiment réservé aux installations et équipements, situé à l’entrée, ce qui serait bénéfique pour les installations commerciales ainsi que pour l'expérience des visiteurs. En l'absence de maintenance, toutes les suggestions de remblaiement sont bienvenues, après documentation et en conformité avec les normes internationales. Les ateliers axés sur la sensibilisation et la communication sont également bienvenus. La pression exercée pour revendiquer des terres en vue de s’établir ou cultiver augmente et constitue une menace directe. En l'absence de gouvernance et de mesures de protection suffisantes, il existe des menaces d'activités illégales. Malgré tout, cette situation critique ne justifie pas une réduction de la zone tampon. Il convient de mettre en œuvre des mesures de protection adaptées, en coordination avec toutes les parties prenantes. Toute proposition de modification des limites doit être justifiée au regard de la protection intégrale du bien et de sa valeur universelle exceptionnelle (VUE).

Dans le cadre du projet « Mesures de sauvegarde d’urgence pour le patrimoine culturel soudanais », financé par le Fonds d'urgence de l’UNESCO pour le patrimoine, un renforcement des capacités en matière de réponse aux crises, d'atténuation des risques, et de premières urgences pour le patrimoine soudanais a été assuré (deux ateliers), en plus d’un soutien au suivi du patrimoine culturel au Soudan.

Il est recommandé que le Comité continue à appeler la communauté internationale et toutes les missions scientifiques concernées par le bien à soutenir les mesures de protection d’urgence et de gestion par le biais d'une assistance financière et technique, à mettre en œuvre dès que les conditions de sécurité le permettront. Cela peut également prendre la forme d'un soutien à la NCAM et de la mise à disposition de la documentation adéquate.

Le bien est confronté à plusieurs menaces et à de nouveaux défis, et il est donc recommandé de suivre attentivement la situation et de demander un rapport actualisé sur l'état de conservation avant le 1er février 2025 pour examen lors de la 47e session du Comité, considérant que les besoins urgents en matière de conservation de ce bien nécessitent une large mobilisation pour préserver sa VUE, y compris une possible inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décisions adoptées par le Comité en 2024
Projet de décision : 46 COM 7B.29

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/24/46.COM/7B,
  2. Exprime sa vive préoccupation quant au conflit armé qui a éclaté en avril 2023 et à l'instabilité qui en découle, qui a eu un impact sur les communautés et tous les secteurs de la société, nuisant aux capacités de gestion du site et constituant une menace pour le bien, et appelle toutes les parties impliquées dans le conflit à s'abstenir de toute action susceptible de causer des dommages au bien ;
  3. Félicitant l'État partie pour les efforts déployés afin d'assurer la protection du bien et de suivre et d'évaluer son état actuel malgré le contexte difficile qui prévaut, demande à l'État partie de poursuivre ces efforts dans la mesure du possible, et de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de l'évolution de la situation sur le terrain ;
  4. Rappelle les recommandations de la mission de conseil de 2019 pour le bien et, en conséquence, demande également à l'État partie de bien vouloir accorder l’attention nécessaire au déplacement du projet de musée dans le nouveau bâtiment réservé aux installations et équipements, situé à l'entrée, ce qui serait bénéfique pour les installations commerciales ainsi que pour l'expérience des visiteurs ;
  5. Rappelle à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, des informations détaillées sur tous les travaux futurs susceptibles de modifier la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, conformément au Paragraphe 172 des Orientations, et que toute proposition de modification des limites doit être justifiée de manière à garantir la protection pleine et entière du bien et de sa VUE ;
  6. Prend note du projet « Mesures de sauvegarde d’urgence pour le patrimoine culturel soudanais , financé par le Fonds d'urgence de l'UNESCO pour le patrimoine, et appelle tous les États parties de l'UNESCO à soutenir les mesures de sauvegarde d’urgence, y compris par le biais du Fonds d'urgence pour le patrimoine ;
  7. Appelle également à une mobilisation accrue de la communauté internationale et de toutes les missions scientifiques concernées par le bien en vue de soutenir les efforts de l'État partie, notamment en fournissant à l'État partie l'assistance technique nécessaire et une documentation adéquate ;
  8. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erfévrier 2025, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 47e session, considérant que les besoins urgents de ce bien en matière de conservation nécessitent une large mobilisation pour préserver sa valeur universelle exceptionnelle, y compris une possible inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril.
Année du rapport : 2024
Soudan
Date d'inscription : 2011
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iii)(iv)(v)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2024) .pdf
arrow_circle_right 46COM (2024)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top