1.         Zone protégée du Wadi Rum (Jordanie) (C/N 1377)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2011

Critères  (iii)(v)(vii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1377/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1377/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

2014 : Mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1377/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2023

Le 30 novembre 2022, l'État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, dont le résumé est disponible à l’adresse https://whc.unesco.org/fr/list/1377/documents/, qui fournit les informations suivantes :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

L'État partie a continué à réaliser des progrès encourageants pour répondre aux préoccupations et aux recommandations du Comité, mais étant donné que la COVID-19 a affecté la mise en œuvre des activités relatives à la gestion du bien, l'État partie devrait veiller à ce que ces activités reprennent le plus rapidement possible et à ce que les visites continuent à être gérées de manière durable à mesure que le tourisme reprend.

La publication des « Instructions pour réglementer les campements, les activités et les événements touristiques dans la zone protégée du Wadi Rum » et la mise en œuvre de ce cadre juridique constituent une étape importante, et le respect de ces instructions doit continuer à être contrôlé et appliqué. Notant que les « Dispositions et réglementations générales de la zone tampon de la zone protégée du Wadi Rum » font l'objet d'un processus de révision et d'approbation avant d'être officiellement publiées, l'État partie est invité à continuer à mener à bien ce processus et à tenir le Centre du patrimoine mondial informé des progrès.

Il convient de noter que l'EIPE a été retardée par des contraintes techniques et financières et qu'elle devrait aboutir en 2023. Rappelant que l'évaluation d’impact a été recommandée par la mission de suivi réactif de 2014 (dont la mise en œuvre a été adoptée par le Comité), l'État partie doit s'assurer que l'EIPE soit terminée le plus rapidement possible, conformément au nouveau Guide et boîte à outils pour les évaluations d'impact dans un contexte de patrimoine mondial, et la soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives.

L'avancement limité de la mise à jour du PGI est également préoccupant, et il est recommandé de donner la priorité à la soumission du projet de PGI révisé au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives. Celui-ci doit inclure une stratégie de conservation globale et fournir des références aux politiques et mesures juridiques.

Le rapport indiquant que les pratiques actuelles de rétention des eaux usées (fosses septiques non scellées) ne polluent pas l'aquifère Al-Disi situé sous le bien, ainsi que l'identification des solutions d'assainissement recommandées pour les campements de touristes (à savoir des unités d’assainissement sur place) et le village de Rum (à savoir une station d’épuration décentralisée à l'extérieur du bien), sont des éléments positifs. Sur ce sujet, il convient de noter la mise en place de trois unités pilotes d'assainissement sur place et l'obligation d'inclure l'assainissement sur place pour les licences de grands campements à l'avenir. Il est recommandé de poursuivre les efforts pour améliorer l'assainissement des eaux usées dans le bien, comme la proposition d’installer une station d'épuration décentralisée pour les villages, dont celui de Rum. Toutefois, il est recommandé à l'État partie d’élaborer une approche stratégique pour la mise en place d'une infrastructure de gestion de l'eau au sein du bien, et de veiller à ce que des évaluations d'impact soient réalisées pour les projets d'assainissement individuels, conformément au nouveau Guide et boîte à outils pour les évaluations d'impact dans un contexte de patrimoine mondial. Il est recommandé à l'État partie de fournir des informations supplémentaires sur les projets d'assainissement décentralisés prévus avant de prendre une décision qui serait difficilement réversible.

La collaboration avec des institutions et des programmes internationaux, les activités de renforcement des capacités, notamment dans le cadre du programme de leadership des femmes, le levé aérien et les inspections sur le terrain, ainsi que les autres progrès réalisés par rapport à une base de données SIG intégrée, sont des éléments très positifs. Il est recommandé que le Comité encourage l'État partie à poursuivre ces efforts, notamment en élaborant une base de données SIG intégrée pour l'ensemble du bien, ce qui permettrait un suivi et une gestion plus efficaces.

Décision adoptée: 45 COM 7B.102

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/23/45.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 44 COM 7B.74, adoptée à sa 44e session élargie (Fuzhou / en ligne, 2021),
  3. Prend note de la révision en cours des dispositions et réglementations générales de la zone tampon pour approbation et publication au journal officiel et demande à l’État partie de mener à bien ce processus et de soumettre ces réglementations au Centre du patrimoine mondial, avec le plan d'utilisation des sols correspondant en tant que modification mineure des limites, dès qu'elles seront disponibles ;
  4. Accueille favorablement la publication des « Instructions pour réglementer les campements, les activités et les événements touristiques dans la zone protégée du Wadi Rum » et les efforts entrepris pour mettre en œuvre ces instructions, et demande à l’État partie de continuer à informer le Centre du patrimoine mondial de leur mise en œuvre et de leur application, ainsi que de la façon dont elles contribuent à la gestion durable du bien ;
  5. Reconnaissant que l’évaluation d'impact sur le patrimoine et l'environnement (EIPE) des activités touristiques à l'intérieur et autour du bien a été retardée en raison de contraintes techniques et financières, demande également à l'État partie de mener à bien ce processus le plus rapidement possible, conformément au nouveau Guide et la boîte à outils pour les évaluations d'impact dans un contexte de patrimoine mondial, et de la soumettre au Centre du patrimoine mondial dès qu'elle sera disponible, pour examen par les Organisations consultatives ;
  6. Constate avec inquiétude les progrès limités réalisés au niveau du plan de gestion intégré (PGI) et réitère sa demande à l'État partie de réviser le PGI conformément aux études techniques fournies par les Organisations consultatives, en identifiant les actions ciblées à mettre en œuvre, y compris celles qui abordent des questions liées aux études sur la capacité de charge, le zonage et les réglementations, et l'inclusion d'une stratégie de conservation globale, et de s'assurer que le PGI fournit des références aux politiques et mesures juridiques, et qu'il est soutenu par un personnel qualifié et les ressources financières nécessaires, afin de permettre une gestion efficace du bien et de sa zone tampon, et de soumettre le PGI final au Centre du patrimoine mondial une fois qu'il sera achevé ;
  7. Accueille également favorablement les progrès réalisés au niveau des solutions d’assainissement pour les districts d'Al Quwayrah et de Disi, notamment pour les campements de touristes (trois unités pilotes d'assainissement sur place) et le village de Wadi Rum (proposition de traitement décentralisé des eaux usées à l'extérieur du bien), et demande en outre à l'État partie de suivre les trois projets pilotes et de fournir des informations plus détaillées sur toutes les solutions d’assainissement proposées, et de s'assurer que les impacts potentiels des infrastructures individuelles de gestion de l'eau soient évalués conformément au nouveau Guide et boîte à outils pour les évaluations d'impact dans un contexte de patrimoine mondial et soumis au Centre du patrimoine mondial avant toute décision définitive ;
  8. Continue d'encourager l'État partie à compléter la base de données du système d'information géographique (SIG) pour l'ensemble du bien, en intégrant des informations sur les attributs du patrimoine culturel et naturel, afin de faciliter le suivi et la gestion du bien ;
  9. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2024, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 47e session.