1.         Parc Maloti-Drakensberg (Afrique du Sud,Lesotho) (C/N 985bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2000

Critères  (i)(iii)(vii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/985/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2014-2023)
Montant total approuvé : 115 738 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/985/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : en 2015, le bien a reçu une dotation de 50.000 dollars EU dans le cadre du Programme sur le Patrimoine mondial et le tourisme durable de l’UNESCO (Fonds-en-dépôt des Flandres) ; en 2016-2017, 40 000 dollars EU pour un projet de gestion communautaire COMPACT (Fonds en dépôt des Pays-Bas), 145,000 dollars EU du Gouvernement de la Norvège en 2020 pour la poursuite des activités COMPACT

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Installations d’interprétation pour les visiteurs : Nécessité d'améliorer la présentation des aspects culturels, en particulier les sites de l'art rupestre San dans le Centre Environnemental

Cadre juridique : Révisions, amendements et application de lois pertinentes du bien pas encore finalisés au Lesotho

Vastes infrastructures et/ou installations touristiques / de loisirs (projet de téléphérique et projet de station-service dans la zone tampon du bien en Afrique du Sud)

Activités de gestion : Poursuite d'une approche prudente aux interventions de conservation sur les sites d'art rupestre (sauf si l'art rupestre devenait extrêmement fragile et vulnérable) 

Système de gestion/plan de gestion : Nécessité de renforcer la gestion du patrimoine au Lesotho, y compris l'adoption d'un plan de gestion global, l'allocation d’un budget annuel, une préparation aux risques et un plan de réponse en cas de catastrophe, avec des indicateurs de suivi et une formation du personnel de surveillance, et nécessité de renforcer la collaboration transnationale 

Zones tampons entourant le bien ne sont pas encore officialisées 

Nécessité de poursuivre les recherches et la documentation pour établir un inventaire de l'art rupestre dans le Parc National Sehlabathebe (problème résolu)

Nécessité d’étudier la potentielle contribution culturelle d’autres éléments du paysage aux valeurs culturelles du Parc National Sehlabathebe (problème résolu)

Infrastructures liées aux énergies renouvelables : Proposition de développement de fermes éoliennes dans les régions limitrophes du Parc National Sehlabathebe (problème résolu)

Pétrole/gaz : projets de prospection de gaz de schiste, de gaz et de pétrole sur le territoire de la zone tampon du bien telle que nouvellement proposée en Afrique du Sud

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/985/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2023

Les États parties ont soumis un rapport sur l'état de conservation le 1er décembre 2022, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/985/documents, qui rend compte de ce qui suit :

Les États parties réaffirment leur engagement à limiter les interventions de conservation des sites d'art rupestre au seul traitement des vulnérabilités immédiates et urgentes, et à entreprendre des évaluations d'impact sur l’environnement et le patrimoine (EIE/EIP) conformément aux Guides de l’ICOMOS et de l’UICN pour le projet d’installation d’un téléphérique et la prospection de gaz de schiste et de pétrole dans la zone tampon nouvellement proposée en Afrique du Sud, et soumettre les rapports d’évaluation au Centre du patrimoine mondial ;

Les mesures d'atténuation mises en place pour garantir la protection de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) durant les phases de construction et d'exploitation de la station-service bâtie dans la zone tampon du bien comprennent l’installation d’un séparateur d’hydrocarbures fonctionnel pour le traitement des eaux usées, le contrôle rigoureux du stockage et de la distribution de produits pétroliers pour éviter la pollution, et l’entrée est la même que celle utilisée pour le centre commercial ;

Le plan de gestion intégrée (PGI) de la composante sud-africaine du bien uKhahlamba Drakensberg a été signé par le Ministre en septembre 2022 et soumis au Centre du patrimoine mondial en octobre 2022. La consolidation des plans de gestion de chacun des éléments constitutifs du bien débutera d’ici peu dans le cadre du processus de révision du plan de gestion conjoint du bien qui servira de cadre général pour harmoniser le système de gestion et sera soumis au Centre du patrimoine mondial une fois finalisé ;

L'État partie du Lesotho confirme que le Projet de loi sur la gestion des ressources de la biodiversité a été approuvé par l’Assemblée nationale et sera envoyé au Sénat où se poursuivront les débats et la présentation au Roi pour recevoir la sanction royale ;

Une lettre conjointe demandant une modification mineure des limites de manière à officialiser la zone tampon au sud du Parc national de Sehlabathebe en Afrique du Sud, a été soumise au Centre du patrimoine mondial en octobre 2022 ;

Le Centre du patrimoine mondial a organisé le 12 avril 2023 une réunion en ligne avec les deux États parties pour les guider dans le processus d’établissement de nouvelles cartes en usage pour la modification mineure des limites dont la soumission est prévue en 2024.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

L'État partie du Lesotho a terminé l’évaluation des risques, la surveillance et la conservation de l'art rupestre dans le projet du Parc national de Sehlabathebe, financé par le fonds d’Assistance internationale. Le rapport, achevé en mars 2022, donne une vue d’ensemble de l'état de conservation des peintures rupestres situées dans le Parc national de Sehlabathebe et comprend des recommandations de gestion et un plan de préparation aux risques spécifiquement axé sur la conservation des attributs d’art rupestre. Il reste nécessaire d’améliorer l'interprétation des sites d'art rupestre.

Il est pris note de l’engagement réaffirmé par les États parties d’entreprendre des évaluations d’impact des projets de téléphérique et de prospection de gaz de schiste et de pétrole annoncés, en rappelant les préoccupations antérieures relatives à l’impact États parties continuent de tenir le Centre du patrimoine mondial informé de toute décision de poursuivre ces projets.

Rappelant l’inquiétude exprimée dans les précédents rapports par l’autorité de gestion en Afrique du Sud quant aux impacts visuels et à l’impression de légitimité de la station-service récemment construite dans la zone tampon, aucune information sur les mesures d’atténuation de l’impact visuel n’a été fournie et il est recommandé que l'État partie apporte plus de précisions à cet égard.

Il est positif que le PGI d’uKhahlamba Drakensberg, composante du bien en Afrique du Sud, soit finalisé. Le PGI devrait faire l’objet d’un rapport d’évaluation technique de la part des Organisations consultatives. Il est également positif que le Projet de loi sur la gestion des ressources de la biodiversité ait été approuvé par l’Assemblée nationale du Lesotho. Toutefois, notant que ce dernier exige encore d’être débattu et approuvé, et rappelant que le précédent plan de gestion conjoint du bien est censé avoir expiré en 2013, et tout en reconnaissant la coopération soutenue entre les États parties, l’établissement du plan de gestion conjoint reste une priorité. Les résultats de l’évaluation des risques, la surveillance et la conservation de l'art rupestre dans le projet du Parc national de Sehlabathebe devraient renseigner le plan de gestion conjoint. Il est recommandé que ces processus soient davantage avancés de manière à créer un cadre de gestion intégrée pour le bien transfrontalier.

La présentation de la lettre conjointe signée par les deux États parties pour une modification mineure des limites est reconnue, toutefois notant que de plus amples informations sont requises pour finaliser la présentation, il est recommandé que toutes les exigences finales, y compris la préparation des nouvelles cartes adhérant aux critères techniques comme énoncé au cours de la réunion tenue entre le Centre du patrimoine mondial et les deux États parties en avril 2023, soient soumises au Centre du patrimoine mondial.

Décision adoptée: 45 COM 7B.101

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/23/45.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la Décision 44 COM 7B.170, adoptée à sa 44e session élargie (Fuzhou/en ligne, 2021),
  3. Apprécie l'engagement de l'État partie de l'Afrique du Sud d'entreprendre des évaluations d'impact environnemental conformément au nouveau Guide et boîte à outils pour les évaluations d’impact dans un contexte de patrimoine mondial pour le projet de téléphérique envisagé aux abords immédiats du bien et à la prospection pétrolière et gazière dans la zone tampon prévue en Afrique du Sud, qui pourraient avoir une incidence sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, et demande à l'État partie de l’Afrique du Sud de veiller à ce que leurs impacts potentiels sur la VUE du bien soient évalués conformément au nouveau Guide et boîte à outils pour les évaluations d'impact dans un contexte de patrimoine mondial, et soumettre les évaluations d'impact au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant de prendre des décisions qui seraient difficilement réversibles, et continuer à tenir le Centre du patrimoine mondial informé avant une quelconque prise de telles décisions en suspens, conformément aux paragraphes 118bis et 172 des Orientations ;
  4. Demande également à l'État partie de l’Afrique du Sud de fournir plus d’informations sur les mesures d’atténuation mises en place pour éviter tout impact négatif sur la VUE du bien, en particulier les impacts visuels occasionnés par l’ouverture de la station-service dans la zone tampon ;
  5. Note avec satisfaction l’achèvement du plan de gestion intégrée (PGI) pour l’uKhahlamba Drakensberg, composante du bien en Afrique du Sud, qui sera soumis à l’examen des Organisations consultatives ;
  6. Réitère sa demande aux États parties d’achever d'urgence la révision du plan de gestion conjoint du bien et de le soumettre pour examen au Centre du patrimoine mondial, en tenant compte des résultats de l’évaluation des risques, la surveillance et la conservation de l'art rupestre dans le projet du Parc national de Sehlabathebe, en améliorant l'interprétation de l’art rupestre et en l’utilisant comme cadre général pour harmoniser le système de gestion et rendre compte de sa mise en œuvre ;
  7. Prend acte de l’approbation du Projet de loi sur la gestion des ressources de la biodiversité par l’Assemblée nationale du Lesotho et réitère également sa demande à l'État partie du Lesotho d’accélérer la finalisation et de soumettre un exemplaire au Centre du patrimoine mondial ;
  8. Note le processus de proposition d’une modification mineure des limites pour officialiser la zone tampon au sud du Parc national de Sehlabathebe en Afrique du Sud et demande en outre aux États parties de soumettre les cartes entièrement établies, comme indiqué par le Centre du patrimoine mondial, afin qu’elles puissent être transmises pour examen aux Organisations consultatives ;
  9. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2024, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 47e session.