1.         Centre ville historique de Paramaribo (Suriname) (C 940rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2002

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/940/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/940/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 23 000 dollars EU pour le projet “Plan de gestion pour Paramaribo” en 2010 ; et 125 362 dollars EU accordés pour le projet “Centre ville de Paramaribo. Phase I & II” de 2005 à 2008 (UNESCO/Fonds-en-dépôt néerlandais)

Missions de suivi antérieures

Août 2013 : mission de conseil de l’ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/940/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2023

L'État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 11 novembre 2022, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/940/documents/, qui a rendu compte de ce qui suit :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Les révisions des concepts pour les zones situées au bord de l’’eau et le lancement de l’AIES, qui sera mise en œuvre par le PURP, sont accueillies favorablement. Il est noté que les résultats de l’AIES orienteront la conception finale des zones situées au bord de l’eau et seront soumis au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives.

Il est regrettable que l’État partie n’ait fait aucun progrès en matière d’extension des limites du bien afin d’y inclure une bande de 50 mètres le long du fleuve, qui est très pertinente pour la réhabilitation des zones situées au bord de l’eau. Aucune mesure n’a été prise concernant un projet d’extension des zones tampons. Il est recommandé qu’il soit demandé à l’État partie d’achever de tout urgence ce processus en suivant les procédures établies pour une modification mineure des limites conformément au paragraphe 164 des Orientations.

L’approbation du plan de gestion de la ville du patrimoine mondial, centre-ville historique de Paramaribo, de 2020-2024 par le Conseil des ministres et le budget initial prévu pour sa mise en œuvre sont notés avec satisfaction. L’État partie devrait être encouragé à assurer sa mise en œuvre et son soutien financier efficaces.

La réhabilitation de bâtiments historiques détruits est notée avec satisfaction, de même que les initiatives visant à sensibiliser la population et les propriétaires à l’importance des bâtiments. L’État partie devrait être encouragé à restaurer les bâtiments historiques appartenant au gouvernement nécessitant encore une réhabilitation urgente. Il est noté que des démolitions illégales ont fait l’objet de rapports de police mais qu’aucune action en justice n’a été lancée à l’encontre de leurs auteurs. Il est recommandé que le Comité demande l’application de mesures juridiques appropriées.

La reconstruction des anciens bâtiments de l’Assemblée nationale est également notée avec satisfaction. Il est recommandé de demander à l’État partie de fournir une documentation photographique complète sur l’intérieur et l’extérieur du bâtiment.

La restauration des trois bâtiments appartenant au gouvernement conformément aux suggestions des examens techniques de l’ICOMOS est accueillie favorablement. Une documentation photographique ou des dessins devraient être demandés en particulier en ce qui concerne le bâtiment du Waterkant 33.

Les initiatives pour gérer le stationnement dans le centre-ville historique sont notées.

L’État partie devrait être félicité pour l’initiative prise dans le cadre du PURP de réviser le cadre juridique du Comité de la construction et de la Commission des monuments afin de protéger le centre-ville historique. Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de partager ces cadres juridiques avec le Centre du patrimoine mondial pour examen par les the Organisations consultatives.

La planification d’un nouveau PURP avec la Banque interaméricaine de développement débutant en 2024 est accueillie favorablement. Des informations détaillées sur ce nouveau projet devraient être soumises au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives dès que possible.

S’agissant de la documentation du projet soumise pour examen technique par les Organisations consultatives :

L’État partie devrait être invité à soumettre, dès que possible, la documentation demandée et ou les EIP au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, et aucune mesure ne doit être prise avant que les examens techniques et éventuels processus de consultation entre l’État partie, le Centre du patrimoine mondial et l’ICOMOS ne soient achevés.

Décision adoptée: 45 COM 7B.119

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/23/45.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 44 COM 7B.70, adoptée à sa 44esession élargie (Fuzhou/en ligne, 2021),
  3. Accueille favorablement les concepts des zones du bien situées au bord de l’eau, qui ont été révisés conformément aux recommandations des examens techniques de l’ICOMOS, et le lancement de l’analyse d’impact environnemental et social (AIES), qui orientera la conception finale de ces zones situées au bord de l’eau, ainsi que la planification d’un nouveau programme de réhabilitation urbaine de Paramaribo (PURP), avec la Banque interaméricaine de développement, devant commencer en 2024, et demande que des informations détaillées à cet égard soient soumises au Centre du patrimoine mondial dès que possible;
  4. Exprime son profond regret quant au fait qu’aucune mesure n’ait été prise concernant l’extension des limites du bien afin d’y inclure une bande 50 mètres le long du fleuve, ni concernant le projet d’extension des limites de la zone tampon, et prie instamment l’État partie de les soumettre en tant que modification mineure des limites conformément au paragraphe 164 des Orientations ;
  5. Prend note avec satisfaction de l’approbation du plan de gestion de la ville du patrimoine mondial, Centre-ville historique de Paramaribo, de 2020-2024 par le Conseil des ministres et du budget initial prévu pour sa mise en œuvre et encourage l’État partie à assurer sa mise en œuvre et son soutien financier efficaces ;
  6. Accueille également avec satisfaction de la réhabilitation de quelque 15 bâtiments historiques, publics et privés, démolis ou détruits d’une autre manière par le feu ou la dégradation, la reconstruction de l’ancien bâtiment de l’Assemblée nationale, la restauration de trois bâtiments appartenant au gouvernement conformément aux suggestions des examens techniques de l’ICOMOS et demande également à l’État partie de fournir une documentation complète, photographique ou graphique, sur bâtiment de l’Assemblée nationale reconstruit et sur la restauration des bâtiments Waterkant 30 et 32;
  7. Accueille aussi avec satisfaction les initiatives visant à sensibiliser la population et les propriétaires à l’importance des bâtiments, et les initiatives pour gérer le stationnement dans le centre-ville historique, et encourage l’État partie à restaurer des bâtiments historiques appartenant au gouvernement ayant encore un besoin urgent de réhabilitation, prendre des mesures juridiques appropriées concernant la destruction illégale de bâtiments historiques et poursuivre la campagne de sensibilisation publique ;
  8. Apprécie l’examen et la révision du cadre juridique du Comité de la construction et de la Commission des monuments afin de protéger le centre-ville historique et demande en outre à l’État partie de soumettre ces textes au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives dès que possible ;
  9. Note que la nouvelle salle de l’Assemblée proposée derrière les bâtiments récemment reconstuits, Henck Arronstraat 2-4 et 6, aurait un impact négatif et irréversible sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE), recommande à l’État partie d’étudier des options de rechange, dont la rénovation de l’emplacement actuel du Onafhankelijkheidsplein (Place de l’Indépendance), et, dans le cas d’aménagement ultérieur dans les locaux du Henck Arronstraat 2-4 et du 6, de respecter le plan directeur convenu précédemment et les recommandations d’examens techniques antérieurs, et prie instamment l’État partie d’entreprendre des évaluations d’impact sur le patrimoine (EIP), conformément au nouveau Guide et boîte à outils pour l'évaluation d'impact dans un contexte de patrimoine mondial, de l’installation de l’Assemblée nationale à son emplacement actuel ou à un emplacement de rechange, et de les soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives à mesure qu’elles deviendront disponibles ;
  10. Note également les examens techniques de quatre projets complémentaires (deux projets de restauration, un nouveau bâtiment pour le Conseil d’État, la réhabilitation du Jardin des Palmiers et la construction d’un hôtel au Kleine Combeweg) entrepris par l’ICOMOS et demande par ailleurs à l’État partie de tenir compte des recommandations de ces examens, fournir une documentation complémentaire comme demandé et engager des consultations avec les Organisations consultatives selon le cas, et demande de plus que l’État partie s’assure qu’aucun permis n’est délivré ou qu’aucune mesure n’est prise dans l’intervalle ;
  11. Finalement, demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2024, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 47e session.