1.         Pétroglyphes du lac Onega et de la mer Blanche (Fédération de Russie) (C 1654)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2021

Critères  (iii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1654/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1654/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Facteurs identifiés lors de l'inscription du bien :

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1654/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2023

Le 4 janvier 2023, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, dont un résumé analytique est disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/1654/documents/. Les progrès réalisés vis-à-vis d’un certain nombre de points de conservation abordés par le Comité à ses précédentes sessions sont présentés dans ce rapport, comme suit :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Des progrès ont été accomplis en ce qui concerne certaines des recommandations du Comité du patrimoine mondial. Des éclaircissements utiles ont été apportés concernant le plan de gestion des risques et le plan de recherche. Toutefois, des éléments importants des recommandations n’ont pas été entièrement pris en compte et demandent un travail plus approfondi.

En ce qui concerne la protection juridique, le processus de protection du bien qui doit l’inclure dans le Code d’État des biens particulièrement précieux du patrimoine culturel devrait être achevé au premier semestre 2023. Cependant, l’État partie déclare que ‘les sites du patrimoine culturel sur le territoire de la Fédération de Russie inscrits sur la Liste du patrimoine mondial sont automatiquement inclus dans le Code d’État’. Il est donc recommandé que le Comité demande à l’État partie de clarifier la situation concernant la protection juridique du bien.

Comme demandé, l’État partie a soumis en janvier 2022 des cartes révisées des limites modifiées des deux éléments constitutifs et de leurs zones tampons respectives. L’ICOMOS a examiné les cartes et a indiqué qu’elles étaient adéquates. Une documentation supplémentaire sur les sites de pétroglyphes situés dans les limites proposées a été demandée pour compléter le dossier de proposition d’inscription. Notant que l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial au titre du critère (iii) se réfère aux pétroglyphes et aux sites archéologiques associés, des informations détaillées devraient être fournies sur les sites archéologiques qui ont été inclus dans les limites révisées du bien afin de comprendre l’ensemble des attributs du bien et la manière dont ils sous-tendent sa valeur universelle exceptionnelle.

La création officielle d’un système de gestion centralisé est favorablement accueillie. Le Comité pourrait souhaiter recommander que la création du Centre d’État pour la gestion, la conservation et l’étude des pétroglyphes de Carélie soit confirmée et qu’un examen détaillé soit fourni sur ses progrès dans la mise en œuvre des programmes à court et moyen termes du plan de gestion.

Il est noté que, tandis que certains aspects du système de gestion semblent solides et que des progrès ont été accomplis dans certains domaines, le plan de gestion doit être renforcé. Par exemple, en réponse aux recommandations du Comité du patrimoine mondial, des dates de mise en œuvre sont prévues dans le plan d’action qui l’accompagne, mais les autres dates doivent être déterminées ‘sur la base d’une approche dynamique de la planification de la gestion’. Le programme de suivi de la conservation n’est pas lié à un plan de conservation détaillé et peu de détails sont fournis sur la mise en place de données de base et d’indicateurs de suivi.

Il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial demande à l’État partie de soumettre en priorité au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, un plan de gestion augmenté et renforcé et un plan d’action associé, comprenant le nouveau système de documentation, des plans complets de conservation, de gestion des risques et de recherche (notant que ces deux derniers ont été fournis) et une stratégie pour les visiteurs et le tourisme, qui incluent des détails sur les données de base et les protocoles de suivi pour les travaux de conservation, l’évaluation des risques, la satisfaction des visiteurs, la participation de la communauté et les indicateurs environnementaux plus généraux. Le Comité peut également souhaiter recommander l’utilisation de la boîte à outils Enhancing Our Heritage Toolkit 2.0 dans le cadre de ce processus.

Décision adoptée: 45 COM 7B.199

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/23/45.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 44 COM 8B.44, adoptée à sa 44e session élargie (Fuzhou/en ligne, 2021),
  3. Prend note des progrès accomplis par l’État partie et demande en priorité qu’il :
    1. confirme que l’intégralité des deux éléments constitutifs du bien a bénéficié de la plus haute protection juridique en étant incluse dans le Code d’État des biens particulièrement précieux du patrimoine culturel des peuples de la Fédération de Russie,
    2. fournisse des informations détaillées sur les sites archéologiques qui ont été inclus dans les deux éléments constitutifs du bien,
    3. confirme la création du Centre d’État pour la gestion, la conservation et l’étude des pétroglyphes de Carélie ;
  4. Demande également à l’État partie de poursuivre la mise en place du système de gestion centralisé et de soumettre un plan de gestion élargi et renforcé ainsi qu’un plan d’action associé, afin d’inclure :
    1. un plan de conservation complet servant de base à une approche de conservation bien planifiée et à long terme, avec un plan d’action détaillé associé et des ressources dédiées,
    2. les plans de gestion des risques et de recherche,
    3. une stratégie pour les visiteurs / le tourisme,
    4. des détails sur les données de base et protocoles de suivi pour les travaux de conservation, l’évaluation des risques, la satisfaction des visiteurs, les indicateurs communautaires et les indicateurs environnementaux plus généraux,
    5. des précisions sur la manière dont le nouveau système de documentation numérique étaye le système de gestion ;
  5. Demande en outre à l’État partie de surveiller les aménagements autour du bien qui pourraient avoir un impact sur son paysage, son intégrité et son potentiel archéologique, et de les évaluer par le biais d’évaluations d’impact reposant sur le Guide et boîte à outils pour les évaluations d’impact dans un contexte de patrimoine mondial, et conformément aux paragraphes 110, 118bis et 172 des Orientations ;
  6. Rappelle à l’État partie d’informer en temps utile le Centre du patrimoine mondial de tout projet d’aménagement majeur susceptible d’avoir un impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, avant que des décisions irréversibles ne soient prises, conformément au paragraphe 172 des Orientations ;
  7. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2024, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 47e session.

Décision adoptée: 45 COM 8B.76

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/23/45.COM/8B,
  2. Adopte les Déclarations de valeur universelle exceptionnelle pour les biens du patrimoine mondial suivants inscrits lors des sessions précédentes du Comité du patrimoine mondial :