1.         Centre historique de la ville de Salzbourg (Autriche) (C 784)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1996

Critères  (ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/784/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/784/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Janvier 2009 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; avril 2013 : mission de conseil de l’ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/784/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2023

Le 12 décembre 2022, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, disponible à l’adresse https://whc.unesco.org/fr/list/784/documents, qui fait état des points suivants :

Un projet de plan de gestion soumis par l’État partie en annexe de son rapport sur l’état de conservation du bien en février 2020 a fait l’objet d’une étude technique par l’ICOMOS, dont le rapport final a été transmis à l’État partie le 10 mars 2023.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Il faut reconnaître les efforts de l’État partie pour atténuer l’impact négatif des projets suivants : « Schwarzstrasse 45/Ernest-Thun-Strasse », « Nelböck Viaduc Rainerstraße/Bahnhofsvorplatz », « piscine couverte de Paracelsus» et « zone résidentielle Dr Franz-Rehrl Platz (bâtiments résidentiels City Life Rehrlplatz) » sur la VUE du bien et les attributs qui la transmettent, pendant leur phase de mise en œuvre.

Néanmoins, il est regrettable que les effets de ces projets sur la VUE du bien n’aient pas été systématiquement évalués et qu’un dialogue sur ces plans de projet avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives n’ait pas été mené dès le début de la phase de planification ou de conception, ce qui a limité les possibilités d’atténuer les effets négatifs reconnus. Bien que chacun de ces projets n’entraîne pas de perte ou de détérioration grave de l’authenticité et de l’intégrité du bien et de sa VUE, leur impact cumulé a des effets négatifs sur ses caractéristiques intrinsèques. Le Comité devrait donc réitérer sa demande à l’État partie de réaliser des évaluations d’impact (y compris visuel) pour les projets susceptibles d’avoir un effet négatif sur la VUE du bien. Il convient également de saluer la présentation du concept de design du futur bâtiment du festival de Salzbourg, ainsi que l’abandon du choix d’un revêtement mural doré. La nouvelle de l’abandon du projet initial de logements à Priesterhausgarten est également un soulagement, tout comme l’annonce d’un nouveau projet qui tiendra compte des résultats et des recommandations de l’EIP de 2019. Il faut demander à l’État partie de soumettre les plans définitifs des deux projets au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant que des droits de construction ne soient accordés ou que la mise en œuvre ne soit entreprise, et de n’approuver que les propositions de projet pour lesquelles les EIP, menées conformément au Guide et boîte à outils pour les évaluations d’impact dans un contexte de patrimoine mondial n’identifient aucun effet négatif sur la VUE du bien.

Les informations concernant l’état des plans de zonage et de développement qui constituent la base des décisions de planification sont notées, tout comme le cadre consultatif développé pour évaluer l’impact potentiel des projets sur la VUE du bien.

En ce qui concerne le projet de plan de gestion du bien, l’ICOMOS, dans son étude technique de mars 2023, a noté qu’il présentait des lacunes importantes dans le système de gestion et qu’il devait être mieux aligné sur les Orientations. L’ICOMOS a donc conseillé à l’État partie de définir les attributs qui transmettent la VUE du bien et d’identifier les activités réalisables, notamment pour mettre en œuvre les décisions antérieures du Comité. L’État partie doit donc être incité à respecter les demandes précédentes du Comité concernant l’élaboration d’un plan d’urbanisme global afin de renforcer davantage la protection du cadre du bien, ainsi que les recommandations de l’étude technique de l’ICOMOS sur le plan de gestion révisé. Le plan de gestion doit servir d’outil complet pour soutenir le cadre de planification des projets prévus et proposés au sein du bien, de sa zone tampon et de son cadre plus large, et il doit garantir que des mécanismes de gestion adéquats sont en place pour protéger et préserver la VUE du bien et de ses attributs, conformément à la Recommandation sur le paysage urbain historique de 2011.

Décision adoptée: 45 COM 7B.176

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/23/45.COM/7B.Add.2,
  2. Rappelant la décision 44 COM 7B.41, adoptée à sa 44esession élargie (Fuzhou/en ligne, 2021),
  3. Reconnaît les efforts de l’État partie pour atténuer l’impact négatif des projets « Schwarzstrasse 45/Ernest-Thun-Strasse », « Nelböck Viaduc Rainerstrasse/Bahnhofsvorplatz », « piscine couverte de Paracelsus » et « zone résidentielle Dr Franz-Rehrl Platz (bâtiments résidentiels – Vie urbaine Rehrlplatz) » sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien et de ses attributs pendant leur phase de mise en œuvre, mais regrette que les effets de ces projets sur la VUE du bien n’aient pas été systématiquement évalués et qu’un dialogue sur les plans de ces projets avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives n’ait pas été mené dès le début de la phase de planification ou de conception, et que la possibilité d’atténuer les effets négatifs reconnus ait donc été limitée ;
  4. Reconnaît également la soumission du concept de conception du projet de bâtiment du festival de Salzbourg, accueille favorablement le plan révisé du projet, qui a abandonné le choix d’un revêtement mural doré, et demande à l’État partie de soumettre ses plans de conception définitifs au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant que des droits de construction ne soient accordés ou que la mise en œuvre ne soit entreprise ;
  5. Accueille également favorablement la nouvelle de l’abandon du projet initial de logements à Priesterhausgarten et du développement d’un nouveau projet tenant compte des résultats et des recommandations de l’évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP) de 2019, et demande par ailleurs à l’État partie de soumettre les plans définitifs du projet au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant que les droits de construction ne soient accordés, et de n’approuver qu’une proposition de projet pour laquelle les EIP, menées conformément au Guide et boîte à outils pour les évaluations d’impact dans un contexte de patrimoine mondial, n’identifient aucun effet négatif sur la VUE du bien ;
  6. Prend note des informations sur l’état des plans de zonage et d’aménagement, ainsi que du cadre consultatif élaboré pour évaluer l’effet potentiel des projets sur la VUE du bien, et prie instamment l’État partie de donner suite à ses demandes antérieures concernant l’élaboration d’un plan d’urbanisme global afin de renforcer davantage la protection du cadre du bien ;
  7. Demande de plus à l’État partie de réviser le plan de gestion pour s’assurer que :
    1. le plan de gestion devienne un outil complet servant à soutenir le cadre de planification des projets prévus et proposés au sein du bien, de sa zone tampon et de son cadre plus large,
    2. des mécanismes de gestion adéquats soient en place pour protéger et préserver la VUE du bien et de ses attributs, conformément à la Recommandation sur le paysage urbain historique de 2011, dont des mécanismes permettant d’effectuer des évaluations d’impact (notamment visuel et cumulatif), conformément au Guide et boîte à outils pour les évaluations d’impact dans un contexte de patrimoine mondial, élaborées en collaboration entre les Organisations consultatives et le Centre du patrimoine mondial, pour les changements et les projets susceptibles d’avoir un effet négatif sur la VUE du bien ;
  8. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2024, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 47e session.