1.         Chemins de fer de montagne en Inde (Inde) (C 944ter)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1999

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/944/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2001-2004)
Montant total approuvé : 58 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/944/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé :  533 332 dollars EU d’un projet des Chemins de fer indiens via un Fonds-en-dépôt autofinancé, mis à disposition au Bureau de l’UNESCO à New Delhi pour la mise en place d’un cadre global de conservation et de gestion (2021)

Missions de suivi antérieures

Mission conjointe Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de suivi réactif : décembre 2019

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/944/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2023

Le 1er décembre 2022, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation qui est disponible à l’adresse suivante : https://whc.unesco.org/fr/list/944/documents/ et présente comme suit les progrès réalisés quant à plusieurs questions de conservation abordées par le Comité à ses précédentes sessions :

Deux courriers ont été adressés à l'Inde, le 31 août 2021 et le 24 juin 2022, reprenant des informations émanant de tiers sur le processus de privatisation du DHR qui ne garantirait pas l’inclusion de dispositions spécifiques dans le(s) contrat(s) avec les entités privées pour sauvegarder les valeurs patrimoniales, notamment un engagement de la part des entreprises à adhérer à la mise en œuvre des décisions du Comité du patrimoine mondial. Aucune réponse n'a été reçue de l'État partie au moment de la rédaction du présent rapport.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

L'investissement de l'État partie dans l'entretien des locomotives à vapeur et du matériel roulant historique et, dans un cas, dans la construction de nouvelles locomotives, doit être salué. Les mesures prises par le NMR pour convertir les moteurs à mazout en moteurs diesel constituent potentiellement une étape majeure pour rendre la conservation à long terme des chemins de fer à vapeur durable sur le plan environnemental et doivent également être saluées.

Le rapport indique que tous les chemins de fer ont pris des mesures pour documenter les archives et les objets importants relatifs aux chemins de fer, ce qui est une bonne nouvelle. L’élaboration de présentations en ligne accessibles pour chaque chemin de fer est également saluée, et l'État partie devrait être encouragé à poursuivre ses actions pour conserver la composante documentaire des chemins de fer, ainsi que les objets s’y rapportant, et les rendre accessibles au public.

Les trois chemins de fer ont décrit leurs systèmes de gestion pour la conservation du patrimoine, mais il est difficile de déterminer dans quelle mesure l'expertise professionnelle en matière de patrimoine participe activement à ces systèmes. Il conviendrait de demander à nouveau à l'État partie de veiller à ce qu'une expertise appropriée en matière de patrimoine participe à l'élaboration des orientations de conservation et de gestion des biens patrimoniaux et soit directement impliquée dans la prise de décision concernant les questions et les éléments essentiels.

Les CCMP pour toutes les composantes sont à des stades divers d’élaboration et il faudrait demander à nouveau à l'État partie de finaliser ces plans de gestion et de les soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives. Ils devraient inclure les orientations de conservation prétendument utilisées en ce moment.

Bien que le rapport de l'État partie ne mentionne pas la privatisation du DHR, le Centre du patrimoine mondial a sollicité des commentaires sur cette évolution signalée. En cas de privatisation, l'État partie devrait être instamment prié de préciser de quelle façon la protection de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) et le respect des décisions du Comité seront garantis par un accord contractuel avec des entités privées, et quelles dispositions supplémentaires pourraient être nécessaires dans le CCMP pour soutenir ce changement.

La cartographie des limites du bien et des zones tampons n'a pas été achevée pour certaines composantes. Il conviendrait de demander à l'État partie d'achever la définition des limites et de soumettre les résultats au Centre du patrimoine mondial, pour examen par le Comité et, après examen positif, pour approbation par les organismes de gestion concernés.

L'État partie considère que le projet de restauration des gares ferroviaires de Ghum et de Darjeeling sur le DHR ne constitue pas « une restauration majeure et une nouvelle construction » et n'est donc pas soumis aux dispositions du paragraphe 172 des Orientations. Cependant, le rapport sur l'état de conservation de 2021 a jugé regrettable que la modernisation de deux gares du KSR ait été effectuée sans aucune contribution apparente d'experts du patrimoine ni prise en compte des obligations au titre du paragraphe 172. Par conséquent, le Comité pourrait souhaiter prier instamment l'État partie de s'appuyer sur les contributions de spécialistes du patrimoine pour assurer la protection de la VUE dans les gares de Ghum et de Darjeeling, y compris dans le cadre du paragraphe 172.

En résumé, un certain nombre de recommandations de la mission conjointe de suivi réactif de 2019 n'ont pas encore été suivies de manière cohérente. En l'absence de CCMP en vigueur pour les trois chemins de fer, et sans pouvoir examiner les orientations de gestion prétendument en place, il est difficile d'évaluer la qualité et la cohérence de la protection et de la gestion du patrimoine dans les trois composantes du bien. L'absence de participation manifeste d'experts du patrimoine aux processus décisionnels dans la plupart des cas est préoccupante, d'autant plus que les programmes de formation du personnel à la gestion du patrimoine et l'existence ou l'application d'orientations pour la conservation des gares ferroviaires ne sont pas homogènes dans l'ensemble du bien.

Décision adoptée: 45 COM 7B.161

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/23/45.COM/7B,
  2. Rappelant les décisions 43 COM 7B.62 et 44 COM 7B.26, adoptées à sa 43esession (Bakou, 2019) et à sa 44e session élargie (Fuzhou/en ligne, 2021),
  3. Félicite l'État partie pour ses investissements dans l'entretien des locomotives à vapeur et du matériel roulant historique, la construction de nouvelles locomotives pour le chemin de fer des montagnes Nilgiri (Nilgiri Mountain Railway - NMR), et la conversion des locomotives à mazout en locomotives diesel, ce qui constitue une étape potentiellement majeure pour rendre la conservation à long terme des chemins de fer à vapeur durable d'un point de vue environnemental ;
  4. Accueille avec satisfaction le travail de documentation entrepris sur les documents et objets importants liés aux chemins de fer, et l’élaboration de présentations en ligne accessibles pour chaque chemin de fer, et encourage vivement l'État partie à poursuivre ses actions pour conserver la composante documentaire des chemins de fer, ainsi que les objets s’y rapportant, et les rendre accessibles au public ;
  5. Accueille favorablement la déclaration de l'État partie selon laquelle les structures de gestion des trois chemins de fer comprennent des unités consacrées au patrimoine, et demande à l'État partie de communiquer des informations sur la manière dont l’expertise interne en matière de conservation du patrimoine est représentée au sein de ces structures, tant au niveau des composantes du bien qu’au niveau de chaque zone des chemins de fer ;
  6. Réitère sa demande auprès de l'État partie afin qu'il soumette le Plan global de gestion et de conservation (Comprehensive Conservation Management Plan - CCMP) du chemin de fer himalayen de Darjeeling (Darjeeling Himalayan Railway - DHR) à l'examen du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives avant son adoption officielle ;
  7. Demande à l'État partie d'achever l'élaboration du Plan global de gestion et de conservation (CCMP) pour le chemin de fer de Kalka à Shimla (Kalka Shimla Railway - KSR) ainsi que celui pour le NMR, et de les soumettre au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives avant que les organes de gestion compétents n'approuvent officiellement l'un ou l'autre des plans ;
  8. Demande à l'État partie d'informer le Comité, par l'intermédiaire du Centre du patrimoine mondial, des orientations spécifiques en matière de conservation utilisées pour guider la conservation des trois chemins de fer en l'absence de CCMP approuvés ;
  9. Prie instamment l'État partie de déterminer quelles dispositions seront nécessaires dans le CCMP pour la protection de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) des composantes ferroviaires du bien si une exploitation privée est envisagée, et recommande que des clauses spécifiques soient incluses dans tout contrat afin d’assurer la conformité avec les politiques du CCMP ainsi que l'engagement de mettre en œuvre toutes les mesures incluses dans les décisions du Comité, de protéger les attributs patrimoniaux identifiés, de soumettre les actions proposées au Centre du patrimoine mondial en temps opportun, conformément au paragraphe 172 des Orientations, et de se conformer aux recommandations formulées par le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;
  10. Demande à l'État partie d'achever la cartographie des limites du bien et de la zone tampon pour toutes les composantes du bien et, lorsqu'elles auront été approuvées par les organismes de gestion compétents, de les soumettre au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 164 des Orientations ;
  11. Prend note que l'État partie ne considère pas le projet de conservation des gares ferroviaires du DHR à Ghum et Darjeeling comme relevant des dispositions du paragraphe 172 des Orientations, mais prie instamment l'État partie de s'assurer de la contribution de spécialistes du patrimoine afin de garantir la protection de la VUE du bien et d'envisager de soumettre des informations sur ces actions de conservation au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 ci-dessus mentionné, pour examen par les Organisations consultatives ;
  12. Reconnaît les progrès réalisés par l'État partie dans la mise en œuvre de certaines des recommandations de la mission de suivi réactif de 2019, et réitère sa demande afin qu'il mette pleinement en œuvre ces recommandations ;
  13. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2024, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 47e session.