1.         Sites des hominidés fossiles d’Afrique du Sud (Afrique du Sud) (C 915bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1999

Critères  (iii)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/915/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/915/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/915/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2023

L'État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 1er décembre 2022, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/915/documents . Les progrès réalisés dans le traitement de plusieurs problèmes de conservation signalés par le Comité lors de ses précédentes sessions sont présentés dans ce rapport, comme suit :

Des plans de gestion intégrée (PGI) ont été établis pour les trois éléments du bien. Le cadre général des PGI et les PGI individuels ont été soumis au Centre du patrimoine mondial ;

Des progrès sont enregistrés concernant le développement d’une stratégie de prévention des risques (SPR) pour l’élément Sites des hominidés fossiles de Sterkfontein, Swartkrans, Kromdraai et les environs (FHSSSKE) qui sera intégrée dans la SPR du bien tout entier. Les interventions de réduction et de prévention des risques sont surveillées en permanence par les unités de gestion et autres agences nationales ;

Pour ce qui est du drainage minier acide (DMA) sur l’élément FHSSSKE, un comité spécial examine les alternatives pour la solution à long terme (SLT). Son rapport final qui identifiera une option viable pour la SLT est attendu sous peu. Suite à son approbation par le Trésor national, l’option choisie sera analysée au moyen d’une évaluation d'impact environnemental (EIE). Le rapport final de la SLT et l’EIE seront soumis au Centre du patrimoine mondial pour examen ;

La capacité de la solution à court terme (SCT) en cours d’application pour le DMA sur l’élément FHSSSKE est telle qu’aucune décantation (débordement) ne s’est produite jusqu’à maintenant. L'État partie réfléchit malgré tout à des options qui permettent d’augmenter la capacité de traitement et de pompage de la SCT. Un dispositif de secours est installé en cas de décantation et/ ou d’infiltration ;

En ce qui concerne la pollution bactériologique de l’élément FHSSSKE :

Le financement des installations d’accueil des visiteurs de l’élément Vallée de Makapan est assuré. Les évaluations d’impact seront faites et soumises au Centre du patrimoine mondial. Un complément d’information concis sur le réaménagement de l’élément Site du crâne fossile de Taung a été fourni. L'État partie a noté son engagement à adopter les meilleures pratiques de restauration et de construction et à tenir le Comité informé des développements.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

L’achèvement des trois PGI pour les trois composantes, ainsi que le cadre général des PGI (CPGI) pour l’ensemble du bien sont bienvenus. La durée de vie 2022-2026 du CPGI et des PGI et le CPGI note que sa mise en œuvre sera placée sous la surveillance du Comité conjoint de gestion qui n’est pas encore pleinement opérationnel. Son entrée en fonction est envisagée pour 2022/2023 et le Comité pourrait souhaiter demander à l'État partie de fournir un rapport sur sa mise en œuvre et de prendre des dispositions pour son examen en temps opportun dans le prochain rapport de situation de l'État partie.

L'État partie indique que la SCT mise en application dans la phase 2 du plan de traitement des eaux du bassin ouest reste en fonctionnement et réussit à gérer le DMA sur l’élément FHSSSKE. Toutefois, il est important qu’une SLT viable soit trouvée et mise en œuvre dans les plus brefs délais et que la SCT reste en place jusqu’à ce qu’une SLT soit pleinement opérationnelle. L'État partie s’est engagé dans le passé à fixer des objectifs de qualité de l’eau dans le cadre de la SLT. Le Comité pourrait également souhaiter rappeler sa demande à l'État partie (décision 44 COM 7B.121) de soumettre la spécification de conception et l’EIE de la SLT pour examen par les Organisations consultatives avant la mise en œuvre. Il serait également utile d’obtenir un rapport sur la motivation pour la sélection de la SLT préférée de manière à faciliter l’évaluation qui s’ensuit.

Le problème de pollution bactériologique des eaux de surface de l’élément FHSSSKE persiste. Dans les précédents rapports sur l’état de conservation, l'État partie avait déjà noté que des discussions avaient lieu pour évoquer une source majeure de cette pollution : la station de traitement des eaux usées de Percy Stewart. L'État partie s’inquiète des effets préjudiciables de la pollution sur les attributs du bien. Le Comité pourrait souhaiter demander à l'État partie d’examiner d’urgence cette question, y compris au moyen du protocole d’accord avec la municipalité locale, comme proposé dans le PGI pour cet élément.

Les propositions de rénovation d’une partie de l’infrastructure bâtie délabrée dudit ‘complexe minier’ de l’élément Site du crâne fossile de Taung sont satisfaisantes en principe. Dans ce contexte, il conviendrait de noter que l’évaluation d’impact sur le patrimoine de 2015 recommandait qu’un plan directeur actualisé du site était essentiel pour guider le développement et que la rénovation de tous les bâtiments et l’infrastructure du ‘complexe minier’ devait être conçue de manière à préserver le récit et le tissu historique architectural. Il est difficile de voir comment le nouvel usage proposé viendra étayer le récit historique. De plus amples informations au sujet de cette proposition devraient être soumises et il faudrait redemander à l'État partie de soumettre le/s plan/s de gestion du patrimoine de 2015 au Centre du patrimoine mondial et interdire la mise en œuvre de ces propositions jusqu’à ce qu’elles aient été examinées par les Organisations consultatives (Décision 44 COM 7B.121).

Décision adoptée: 45 COM 7B.132

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/23/45.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 44 COM 7B.121, adoptée à sa 44e session élargie (Fuzhou/en ligne, 2021)
  3. Salue l’achèvement des plans de gestion intégrée (PGI) pour les trois composantes du bien, le cadre général des plans de gestion intégrée (CPGI), ainsi que la surveillance constante des interventions de réduction et prévention des risques sur l’élément Sites des hominidés fossiles de Sterkfontein, Swartkrans, Kromdraai et les environs (FHSSSKE) ;
  4. Note que le plan d’application du CPGI et les PGI pour les composantes individuelles sont fixés jusqu’en 2026 et demande à l'État partie d’assurer la mise en place et le bon fonctionnement du Comité de gestion conjoint et de fournir un rapport de suivi intermédiaire de la mise en œuvre du CPGI, en annexe à son prochain rapport sur l’état de conservation du bien, de manière à pouvoir évaluer l’efficacité du CPGI ;
  5. Demande également à l'État partie d’accélérer le développement de la solution à long terme (SLT) de la station de traitement du bassin ouest et de soumettre ce qui suit : un rapport du comité d’experts sur la SLT de la station de traitement du bassin ouest sur l’élément FHSSSKE ; un rapport sur le choix de l’option retenue pour la mise en œuvre et la spécification de conception ; les spécifications de conception pour l’évaluation d'impact environnemental (EIE) de la SLT, pour examen par les Organisations consultatives dès qu’elles seront disponibles et avant leur mise en œuvre ;
  6. Demande en outre à l'État partie, avec l’appui du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives, de toute urgence et y compris au moyen d’un protocole d’accord avec la municipalité locale, d’examiner la fonction de la station de traitement des eaux usées de Percy Stewart permettant de réduire les cas de contamination bactériologique dans les eaux de surface de l’élément FHSSSKE et continuer à surveiller la qualité des eaux de surface, et fournir au Comité un rapport sur ce point ;
  7. Réitère sa demande à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial le plan de gestion du patrimoine, ainsi qu’un plan directeur actualisé et des informations plus détaillées sur la proposition de rénovation de ces attributs bâtis, y compris sur la manière dont ils étayent le récit historique de cet élément, et attendre la fin de l’examen des Organisations consultatives avant d’entamer la mise en œuvre ;
  8. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2024, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 47e session.