1.         Site Archéologique de Thimlich Ohinga (Kenya) (C 1450rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2018

Critères  (iii)(iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1450/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2010-2023)
Montant total approuvé : 67 190 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1450/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1450/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2023

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 23 mars 2023, qui est disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/1450/documents/, et fournit les informations suivantes :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Les progrès réalisés dans l’extension de la zone tampon à son extrémité ouest sont les bienvenus dans le cadre de l’ensemble des recommandations du Comité concernant les limites du bien et de la zone tampon. L’État partie fait savoir que les propriétaires fonciers ont accepté de vendre 3 acres aux Musées nationaux du Kenya afin d’étendre la zone tampon à son extrémité ouest. Il est important de rappeler que l’évaluation du bien réalisée par l’ICOMOS indiquait que la propriété foncière n'était pas un prérequis à l'extension du bien et que l’inclusion de zones n’appartenant pas à l’État pouvait également répondre à la recommandation du Comité du patrimoine mondial. La Décision 42 COM 8B.14 notait que le processus d’acquisitions de terres afin d’étendre les limites du bien à son extrémité sud-est, près de l’entrée de Koketch, devait s’achever en 2020, mais l’État partie ne précise pas si ce processus est achevé. L’État partie devrait être encouragé à soumettre une demande de modification mineure lorsque les extensions recommandées des limites du bien de la zone tampon auront été achevées.

L’État partie mentionne qu’une étude archéologique complémentaire a été entreprise et que les informations sont transmises par les Musées nationaux du Kenya. Toutefois, aucune information n’a été fournie concernant la recommandation visant la documentation sur les traditions orales associées au bien. Des projets de numérisation des biens du patrimoine mondial au Kenya comprennent une visite virtuelle du bien à 360° destinée aux visiteurs, qui doit être saluée. Enfin, l’État partie a lancé une campagne nationale de tourisme afin d’accroître la fréquentation du site.

L’État partie précise que les indicateurs de suivi sont ceux qui sont définis dans le plan de gestion. Le Comité a recommandé que ceux-ci soient communiqués au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives, mais cette recommandation n’a pas été appliquée. La promotion du tourisme et l’accroissement de la fréquentation soulignent la nécessité de mettre en place un système de suivi efficace.

Les informations sur l’atelier organisé avec la communauté sont notées et le souhait formulé par la communauté de s’engager dans l’entretien du bien est accueilli avec satisfaction, de même que le protocole d’accord entre les Musées nationaux du Kenya et le gouvernement du conté de Migori pour les activités de gestion.

Décision adoptée: 45 COM 7B.127

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/23/45.COM/7B,
  2. Rappelant les Décisions 42 COM 8B.14 and 44 COM 7B.7 adoptées à sa 42esession (Manama, 2018) et sa 44e session élargie (Fuzhou/en ligne, 2021) respectivement,
  3. Accueille avec satisfaction les informations communiquées par l’État partie concernant les progrès réalisés pour étendre la zone tampon à l’extrémité ouest du bien, encourage l’État partie à garantir le respect des droits des propriétaires terriens dans le cadre des procédures d’acquisition de terres et demande à l’État partie de poursuivre la mise en œuvre des extensions recommandées aux limites du bien à son extrémité sud-est et près de l’entrée de Koketch, et l’extension et la démarcation de la zone tampon, et de soumettre une proposition de modification mineure des limites du bien lorsque ces aménagements auront été réalisés ;
  4. Note l’achèvement d’une étude archéologique et encourage l’État partie à poursuivre la documentation des valeurs culturelles du bien, y compris les traditions orales ;
  5. Note également que le bien est important pour les artistes et les musiciens locaux et salue les efforts déployés pour numériser le bien, avec notamment une visite virtuelle à 360°, et pour garantir la poursuite de l’engagement de la communauté, y compris la participation à son entretien et à la prise de décision en matière de gestion ;
  6. Encourage en outre l’État partie à poursuivre la mise en œuvre du système de suivi du bien, avec notamment des indicateurs relatifs aux questions de gestion des visiteurs, et l’invite à communiquer des informations détaillées quant au choix des indicateurs et à la méthodologie des rapports au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  7. Demande à l’État partie de continuer à veiller à ce que tous les projets ou travaux envisagés, y compris les infrastructures destinées à soutenir l’activité touristique, fassent l’objet d’évaluations d’impact sur le patrimoine (EIP) réalisées conformément au nouveau Guide et boîte à outils pour les évaluations d’impact dans un contexte de patrimoine mondial, et que les informations sur tout projet envisagé, susceptible d’avoir un impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, soient transmises au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, conformément au paragraphe 172 des Orientations ;
  8. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2024, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 47e session.