1.         Centre historique de Lima (Pérou) (C 500ter)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1988

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/500/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1989-2013)
Montant total approuvé : 94 500 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/500/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1994 : rapport de suivi systématique PNUD/UNESCO ; août 1998: mission d’expert ; mars/avril 2003 : mission de suivi réactif ICOMOS ; janvier 2010 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; octobre 2017 : mission conjointe de conseil Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/500/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2023

Le 12 décembre 2022, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, qui est disponible à l’adresse : https://whc.unesco.org/fr/list/500/documents/. Les progrès réalisés dans le traitement d’un certain nombre de questions de conservation abordées par le Comité à ses précédentes sessions sont présentés comme suit dans ce rapport :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

À l’invitation de l’État partie, l’ICOMOS a effectué une mission de conseil du 21 au 25 novembre 2022. Le rapport de mission est disponible à l’adresse : https://whc.unesco.org/fr/list/500/documents/. Tout en confirmant les recommandations de la mission conjointe de conseil Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2017, les principales conclusions de la mission sont présentées ci-dessous.

La mission a souligné la nécessité d'une stratégie intégrée pour les véhicules motorisés, de l'élimination des parcs de stationnement dans le centre-ville et de l'intégration des systèmes de transport en commun et de leurs infrastructures à l'intérieur du bien, tant en surface qu'en sous-sol, grâce à des EIP et à des mesures d'atténuation appropriées. Malheureusement, les EIP pour le corridor de grande capacité en site propre (COSAC) n'ont pas été finalisées. Pour la ligne 2 du métro, il est urgent de réaliser des EIP pour la station centrale, les puits de ventilation de la Plaza Bolognesi et de l'Avenida de la República ainsi que pour tous les autres éléments de cette ligne de métro. Les plans de la ligne 3 du métro sont encore en cours de conception, tandis que la Linea Amarilla est très avancée et opérationnelle, y compris le tunnel sous le fleuve Rimac. Il est à noter que, pour ce projet, aucune EIP n'a été préparée. Les parcs de stationnement sont nombreux dans les rues centrales et piétonnes. La construction de parkings souterrains comme celui de Chabuca Granda pourrait résoudre ce problème.

Des progrès importants ont été réalisés dans la mise en œuvre du « Plan directeur du centre historique de Lima jusqu'en 2029, dans la perspective de 2035 », et de son « Règlement unique pour l'administration du centre historique de Lima », géré et guidé par le PROLIMA. Cela est particulièrement remarquable dans l'axe stratégique I (paysages urbains historiques), dans la réhabilitation des espaces urbains, la restauration des façades et monuments historiques importants, la recherche et le suivi concernant le bien, la gestion des risques et la recherche archéologique. Néanmoins, les autres axes II (centre vivable et attrayant avec de meilleures conditions de logement) et III (centre métropolitain avec un caractère traditionnel et culturel) doivent être abordés dans le cadre d’une approche plus intégrée, par le biais d'un vaste plan de développement socio-économique.

Les capacités de gestion doivent être renforcées par une coopération interministérielle, interinstitutionnelle et régionale, la préparation d'un plan de gestion et la désignation d'une autorité de gestion autonome, pour laquelle il est recommandé de désigner le PROLIMA. En outre, l'amélioration de la participation et de la représentation par le biais des groupes de travail prévus dans le plan directeur devrait être envisagée.

Le Projet spécial paysager du fleuve Rimac représentera un véritable tournant pour le paysage du bien. Il est basé sur des études hydromorphologiques et des stratégies d'intervention pour résoudre les risques ainsi que sur des espèces végétales riveraines pour contribuer à cet écosystème. Le projet cherche à mettre en valeur des éléments historiques tels que les canaux à Monteserrate.

Le projet de téléphérique vers le Cerro San Cristobal a été repris par l'État partie avec un itinéraire différent de celui envisagé dans les propositions précédemment abandonnées. Une EIP est nécessaire pour tenir compte de la fragilité et de la visibilité du paysage, du tissu historique et des vestiges archéologiques.

Le projet de restructuration de la place devant le couvent San Francisco et l'atrium le long de la rue Ancash a fait l'objet d'un examen technique approfondi de l'ICOMOS en mars 2022. La proposition comprend la démolition de la clôture d'enceinte érigée en 1987 et la reconstruction partielle des clôtures de l'atrium devant la rue Lampa et le long de la rue Ancash. En février 2022, la clôture de 1987 a été démolie, mais depuis lors, les travaux ont été interrompus en raison d'une procédure judiciaire entre le PROLIMA et l'ordre des Franciscains. L'examen technique a considéré que la démolition de la clôture était justifiée, mais a émis de fortes réserves quant à la communication autour de l'exécution des travaux. Il a fortement déconseillé la reconstruction ou la réinterprétation des clôtures qui entouraient à l'origine le cimetière mais qui ont été démolies en 1871.

Il est à noter que l’État partie a soumis, avec son rapport sur l’état de conservation, une proposition de modification mineure des limites qui permet d’inclure certaines zones supplémentaires dans le bien du patrimoine mondial et de réviser les limites de la zone tampon (voir document WHC/23/45.COM/8B).

Décision adoptée: 45 COM 7B.117

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/23/45.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 44 COM 7B.169, adoptée à sa 44esession élargie (Fuzhou/en ligne, 2021),
  3. Accueille avec satisfaction les progrès réalisés par l’État partie pour donner suite aux recommandations du Comité et de la mission de conseil de 2017 et invite l’État partie à poursuivre la mise en œuvre de ces recommandations ainsi que de celles formulées par la mission de conseil de novembre 2022 ;
  4. Note avec préoccupation qu'à ce jour aucune évaluation d'impact sur le patrimoine (EIP) appropriée n'a été finalisée pour les travaux majeurs d'infrastructure à l'intérieur du bien du patrimoine mondial et de sa zone tampon, et réitère sa demande auprès de l'État partie afin qu'il finalise les EIP pour tous les éléments et les soumette à l'examen du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives dès qu'elles seront disponibles, en particulier en ce qui concerne :
    1. Le corridor de grande capacité en site propre (COSAC),
    2. Les lignes 2 et 3 du métro,
    3. La Linea Amarilla ;
  5. Accueille également avec satisfaction la création de zones piétonnes et le changement de revêtement des rues, et recommande à l'État partie de prendre les mesures nécessaires pour contrôler l'accès de la circulation et l'utilisation des terrains inoccupés comme places de stationnement ;
  6. Félicite l'État partie pour les progrès réalisés dans la mise en œuvre du plan directeur et recommande qu'un plan de développement socio-économique soit élaboré pour assurer la mise en œuvre complète et intégrée de toutes les dimensions du plan directeur ;
  7. Réitère sa recommandation de désigner officiellement une autorité de gestion autonome, prie instamment l'État partie de préparer un plan de gestion qui garantisse la participation pleine et entière de toutes les institutions gouvernementales concernées et de la société civile par la mise en place de la Commission spéciale interministérielle et des groupes de travail qui sont prévus dans le plan directeur, et souligne que la communication appropriée avec toutes les parties prenantes et leur participation sont les conditions nécessaires à la réussite de la réhabilitation et de la revitalisation du centre historique ;
  8. Accueille en outre avec satisfaction le Projet spécial paysager du fleuve Rimac et demande également à l'État partie de soumettre d'autres plans et études, y compris les EIP concernées, au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, au fur et à mesure de leur disponibilité ;
  9. Note qu'un nouveau projet de téléphérique sur le Cerro Cristobal est en cours d'élaboration et demande à l'État partie de soumettre d'autres plans et études, y compris les EIP concernées, au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, au fur et à mesure de leur disponibilité ;
  10. Note également que la mise en œuvre du projet de réhabilitation de la place San Francisco a été interrompue et demande à l'État partie de revoir la proposition de projet en tenant compte des recommandations de l'examen technique de mars 2022 qui approuve la suppression de la clôture érigée en 1987 mais émet de sérieuses réserves quant à la reconstruction ou la réinterprétation des clôtures démolies en 1871 ;
  11. Note en outre la soumission d’une modification mineure des limites afin de redéfinir la délimitation du bien du patrimoine mondial et de sa zone tampon ;
  12. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2024, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 47e session. 

Décision adoptée: 45 COM 8B.75

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les documents WHC/23/45.COM/8B et WHC/23/45.COM/INF.8B1,
  2. Approuve la modification mineure des limites et de la zone tampon du Centre historique de Lima, Pérou ;
  3. Recommande en outre que l’État partie prenne en considération les points suivants :
    1. planifier et mettre en œuvre avec rigueur les projets de restauration, de mise en valeur et de reconstruction dans le respect des normes, en s’appuyant sur des données probantes et une documentation de référence,
    2. informer le Centre du patrimoine mondial de l’intention d’entreprendre ou d’autoriser tout projet d’envergure susceptible d’affecter la valeur universelle exceptionnelle du bien, conformément au paragraphe 172 des Orientations,
    3. élaborer et mettre en œuvre une évaluation d’impact sur le patrimoine pour tout projet d’aménagement au sein du bien, de sa zone tampon et/ou de l’environnement plus large, susceptible d’affecter la valeur universelle exceptionnelle du bien.