1.         Ancienne ville d'Alep (République arabe syrienne) (C 21)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1986

Critères  (iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2013-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

Destruction et menaces avérées et potentielles à la suite du conflit armé en Syrie qui a démarré en mars 2011

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Pas encore rédigé

Mesures correctives identifiées

Pas encore identifiées

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Pas encore identifié

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/21/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1986-2023)
Montant total approuvé : 80 250 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/21/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 95 255 dollars EU par le Fonds d’urgence de l’UNESCO pour le patrimoine
Montant total accordé aux six biens syriens du patrimoine mondial : 200 000 euros du Gouvernement italien ; pour le patrimoine mobilier et le patrimoine immatériel: 2,46 millions d’euros de l’Union européenne, 170 000 dollars EU du Gouvernement flamand, 63 000 euros du Gouvernement autrichien, 200 000 dollars EU du Gouvernement allemand ; pour le patrimoine en conflit : 200 000 dollars EU du Centre régional arabe pour le patrimoine mondial à Bahreïn

Missions de suivi antérieures

Janvier 2017 : mission d’évaluation rapide de l’UNESCO, février 2023 : Mission d’évaluation rapide de l’UNESCO

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Avant le conflit :

Depuis 2013 :

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/21/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2023

Le 3 janvier 2022 et le 24 janvier 2023, l'État partie a soumis des rapports sur l'état de conservation des six biens syriens du patrimoine mondial, disponibles à https://whc.unesco.org/fr/list/21/documents, qui communiquent les informations actualisées suivantes sur les progrès et les défis concernant un certain nombre de questions de conservation du bien :

Le tremblement de terre de magnitude 7,8 qui a frappé le sud-est de la Türkiye près de la frontière syrienne le 6 février 2023, et les répliques qui ont suivi, ont causé des dommages importants au bien, dont le tissu historique était déjà fragilisé par l'impact du conflit. Une mission d'évaluation rapide de l'UNESCO s'est déroulée du 25 au 27 février 2023 et a confirmé que la Citadelle et ses structures, les souks historiques, les musées, les monuments, les bâtiments historiques résidentiels et de nombreux édifices religieux ont subi des dommages à des degrés divers. Les dommages dans les zones résidentielles ont été aggravés par des travaux de stabilisation et de réparation inappropriés entrepris après le conflit. Une demande d'assistance d'urgence du Fonds du patrimoine mondial a été approuvée le 17 mars 2023. Elle vise à évaluer et à documenter les dommages ainsi qu'à entreprendre des travaux de consolidation et de conservation sur la tour ouest de la muraille de la ville.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Cf. la décision générale 45 COM 7A.46 de ce document sur les biens du patrimoine mondial de la République arabe syrienne.

Il est extrêmement regrettable que le tremblement de terre de février 2023 et les répliques qui ont suivi aient causé d’autres dommages importants au bien, ce qui représente un défi supplémentaire pour son relèvement alors que les travaux de planification, de coordination et de restauration progressaient bien. Il est recommandé que le Comité accueille avec satisfaction les efforts de la Direction générale des antiquités et des musées (DGAM), de ses partenaires et de la communauté locale, malgré les défis, et encourage la poursuite des activités prévues pour le relèvement du bien.

Il convient de noter que de grands efforts ont été déployés pour le relèvement des infrastructures et la relance de la vie économique dans la vieille ville, comme décrit dans le rapport de l’État partie rédigé avant le tremblement de terre de février 2023. Parmi les travaux, figurent la restauration et la revitalisation de la plupart de ses souks anciens et d'un certain nombre de places publiques. La réhabilitation du souk al-Saqatiyya, un projet pilote, a été présentée comme étude de cas dans la publication conjointe ICOMOS-ICCROM (uniquement en anglais) Analysis of Case Studies in Recovery and Reconstruction (Analyse des études de cas en matière de relèvement et de reconstruction), publiée en 2020 et lancée en mars 2021, et constitue un exemple remarquable à la fois de conservation physique et de revitalisation. Des mesures de sécurité ont été mises en œuvre dans la vieille ville pour protéger les habitants des risques d'effondrement des structures endommagées, comme précédemment demandé par le Comité, mais il serait préférable que, dans la mesure du possible, le tissu et les détails architecturaux importants soient stabilisés et consolidés plutôt que démantelés. La question de la stabilisation et de la sécurisation des monuments et des bâtiments est devenue encore plus critique à la lumière des dommages causés par le tremblement de terre. Il est prévu que l'assistance d'urgence contribue aux travaux de stabilisation et de consolidation.

D'autres travaux importants ont été réalisés ou sont en cours sur le territoire du bien. Les nombreuses images fournies dans le rapport de l’État partie et son annexe illustrent les efforts entrepris avant le tremblement de terre. Il convient de noter qu'il y a quelques différences apparentes dans la pierre utilisée, et l'État partie devrait être encouragé à entreprendre des travaux de réparation et de reconstruction en utilisant des pierres assorties et à veiller à l’authenticité de la conception et des matériaux lorsque la reconstruction est planifiée. Remarquant que l'État partie a indiqué que de nombreux permis de restauration ont également été délivrés en 2021 et 2022, il est recommandé que le Comité rappelle à l'État partie son obligation de soumettre des informations sur tout projet important au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, conformément au paragraphe 172 des Orientations.

Les travaux de relèvement qui ont été entrepris semblent avoir été bien coordonnés jusqu’à présent. Néanmoins, et afin de planifier à plus long terme, il est recommandé de rappeler à l'État partie les précédentes demandes du Comité d'accorder la priorité à un plan directeur de reconstruction et de relèvement et à l'élaboration d'un plan de gestion actualisé, à concevoir conformément à la Recommandation concernant le paysage urbain historique (UNESCO, 2011), en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives.

L'un des principaux défis pour le relèvement du bien est le manque constant de fonds disponibles. Compte tenu des immenses défis liés à la reconstruction et au relèvement du bien, et considérant qu'il est essentiel d'intervenir rapidement pour éviter d'autres pertes irréversibles, la communauté internationale doit être encouragée à soutenir la mise en œuvre des activités en faveur de la stabilisation et du relèvement du bien.

Compte tenu de la dynamique actuelle des projets de relèvement et de l'impact du tremblement de terre de février 2023, la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM, qui a été invitée, doit avoir lieu dès que les conditions de sécurité le permettront, afin d’évaluer de façon exhaustive l'état de conservation du bien. Il est également tout à fait souhaitable que l'ensemble des mesures correctives requises et l'État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) soient élaborés aussi rapidement que possible.

Aucune information n'a été communiquée sur la création d'une zone tampon précédemment mentionnée. Il est recommandé que le Comité rappelle à l'État partie la nécessité de soumettre une modification mineure des limites au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, au cas où le tracé d'une zone tampon serait accepté par les parties prenantes.

Décision adoptée: 45 COM 7A.40

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/23/45.COM/7A.Add,
  2. Rappelant les décisions 44 COM 7A.18 et 44 COM 7A.24, adoptées à sa 44e session élargie (Fuzhou/en ligne, 2021),
  3. Prenant en considération la décision 45 COM 7A.46 sur les biens du patrimoine mondial de la République arabe syrienne,
  4. Prenant note de la mission d'évaluation rapide de l'UNESCO effectuée sur le territoire du bien en février 2023 à la suite du tremblement de terre dévastateur, exprime de vives inquiétudes quant aux dommages subis par le bien, qui constituent des défis supplémentaires pour les efforts de relèvement ;
  5. Note avec satisfaction que des mesures de sécurité ont été mises en œuvre dans la vieille ville afin de protéger les habitants des risques d'effondrement des structures endommagées, comme précédemment demandé par le Comité, et encourage l'État partie à stabiliser et consolider le tissu d'origine et les détails architecturaux, dans la mesure du possible, plutôt que de procéder à un démantèlement ;
  6. Prenant note des efforts constants en vue du relèvement du bien depuis décembre 2016, réitère ses encouragements à toutes les parties prenantes afin qu’elles poursuivent leurs efforts, et demande que la réparation et la reconstruction utilisent des pierres assorties et que la planification de la reconstruction veille à l'authenticité de la conception et des matériaux ;
  7. Rappelle à l’État partie son obligation de soumettre des informations sur les projets importants au Centre du patrimoine mondial, conformément au paragraphe 172 des Orientations ;
  8. Rappelle également à l'État partie la nécessité d'élaborer un plan directeur de reconstruction et de relèvement ainsi qu'un plan de gestion actualisé pour le bien, et recommande que ces plans soient élaborés conformément à la Recommandation de 2011 concernant le paysage urbain historique et en concertation avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;
  9. Appelle à nouveau tous les États parties à soutenir les mesures de sauvegarde et de relèvement d'urgence, y compris par le biais du Fonds d'urgence pour le patrimoine de l'UNESCO ;
  10. Réitère la nécessité d'effectuer la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS/ICCROM, qui a été invitée, dès que la situation le permettra, afin d’évaluer de façon exhaustive l'état de conservation du bien ;
  11. Invite l'État partie, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives à faciliter l'élaboration de l'État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) et d'un ensemble de mesures correctives dans les meilleurs délais ;
  12. Notant la publication précédemment mentionnée d'un règlement pour la création d'une zone tampon, réitère également ses encouragements à l'État partie afin qu’il soumette une proposition de modification mineure des limites au Centre du patrimoine mondial avant le 1erfévrier 2024, conformément aux paragraphes 163-164 des Orientations, pour examen par l'ICOMOS ;
  13. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erfévrier 2024, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e session ;
  14. Décide de maintenir Ancienne ville d'Alep (République arabe syrienne) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 45 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/23/45.COM/7A, WHC/23/45.COM/7A.Add, WHC/23/45.COM/7A.Add.2, WHC/23/45.COM/7A.Add.3, WHC/23/45.COM/7A.Add.4),
  2. Ayant examiné les recommandations des Organisations consultatives, décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :
3.   Rappelle que les biens suivants ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril à sa 18e session extraordinaire (UNESCO, 2023) :