1.         Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo, San Lorenzo (Panama) (C 135)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (i)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2012-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4763

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.orgfr/decisions/4763

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4763
Mis à jour en 2019, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/7558

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/135/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1980-1993)
Montant total approuvé : 76 800 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/135/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1993 : mission technique ; novembre 2001, mars 2009 et mars 2010 : missions conjointes de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; février 2014 : mission de conseil ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/135/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2023

Le 1er février 2022, l'État partie a soumis un rapport sur l'état de conservation, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/135/documents, qui donne des informations sur la mise en œuvre des mesures correctives et les progrès réalisés en 2021, comme suit :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le projet de MML pour l’établissement d'une zone tampon sur le bien sera examiné par le Comité du patrimoine mondial au point 8 de l'ordre du jour (document WHC/23/45.COM/8B).

La contribution financière fournie par la BID a permis de progresser dans les travaux et projets de consolidation, de conservation et de restauration entrepris à San Lorenzo et Portobelo. L'État partie s’est dit déterminé à mettre en œuvre les mesures correctives visant à retirer le bien de la Liste du patrimoine mondial en péril. Les raisons avancées pour prolonger le délai prévu peuvent être considérées comme acceptables mais il devient impératif qu'une feuille de route et un calendrier pour atteindre l'état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) soient arrêtés entre l'État partie et la BID.

L'ouverture de la Commission interinstitutionnelle de Portobelo et de San Lorenzo constitue une étape importante pour garantir un accès public ouvert aux informations sur l'avancement des projets. Le plan de développement communautaire pour Portobelo est une étape clé pour assurer l'inclusion et la participation de la communauté dans le système de gestion. Les programmes et projets prévus dans le plan sont adaptés et conformes aux objectifs de développement durable des Nations Unies mais il est regrettable que peu de progrès aient été réalisés dans l'élaboration et l'adoption du nouveau plan de gestion intégrée pour les deux éléments constitutifs du bien en série et de leurs zones tampons. L’annonce par l'État partie du lancement prochain de l'appel d'offres international pour choisir la société de conseil et de l’achèvement du plan de gestion en 2022 est notée. Si les objectifs et les plans spécifiques à inclure dans le plan de gestion intégrée sont appropriés, il est toutefois conseillé d'inclure des considérations spécifiques sur l'impact réel ou potentiel du changement climatique dans les sections relatives à la gestion des risques.

Les travaux et projets entrepris pour améliorer la qualité de vie à Portobelo sont louables. Le projet final du nouveau plan d’aménagement du territoire de la ville de Portobelo est favorablement accueilli dans la mesure où il permettra de mettre en œuvre des réglementations urbaines, de contrôler l'expansion urbaine et d'éviter les empiétements qui pourraient menacer l'intégrité des éléments de patrimoine de la ville. Il est attendu que le plan soit mis en œuvre comme prévu et que l'État partie soumette le document au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives.

Les travaux actuels de consolidation et de restauration du château de San Lorenzo semblent être effectués selon des normes élevées et en conformité avec les critères de consolidation et de restauration appropriés afin de ne pas entraîner d’impacts négatifs sur l’authenticité et l’intégrité du château. Il convient également de noter que ce projet vise à couvrir 40 % des structures existantes (les 60 % restants seront traités dans le cadre de phases d’intervention ultérieures).

En ce qui concerne le centre d'accueil des visiteurs à l'entrée de la zone du château de San Lorenzo, il est louable que l'État partie ait l'intention de mettre un terme à l'entrée des véhicules privés dans la zone protégée et d'offrir aux visiteurs différentes attractions en plus du château, notamment par l'aménagement de sentiers naturels dans la forêt protégée de San Lorenzo. Le centre des visiteurs est situé à l’intérieur de la zone culturelle (sous-zone terrestre de 35 ha) déclarée par le zonage au moyen du plan de gestion de la forêt et du paysage protégés de San Lorenzo (créé en vertu de la résolution DAPVS-0001-2017 du ministère de l’Environnement). Cependant, la conception globale et la hauteur de ce centre sont peu harmonieuses et disproportionnées par rapport au cadre plus large et au paysage naturel environnant. Il est donc très probable qu’il pose un impact négatif significatif et permanent sur la zone tampon et le cadre plus large. Il existe au Panama des exemples de centres d’accueil des visiteurs semblables à des tours de guet et conçus pour se fondre dans l’environnement naturel. Plusieurs autres possibilités de conception auraient pu être envisagées avant d’entamer les travaux de construction proprement dits. Même si la construction a déjà commencé, et étant donné que l’État partie signale qu’un travail est en cours sur les termes de référence du projet de réglementation visant à intégrer les évaluations d’impact sur le patrimoine (EIP) dans la gestion des biens du patrimoine mondial et du patrimoine national, il serait souhaitable que l’État partie réalise une EIP dès que possible afin d’évaluer pleinement l’ensemble des impacts du projet et d’appliquer toutes les mesures correctives et/ou compensatoires nécessaires. Par ailleurs, l’absence de plan de gestion approprié pour le bien ne permet pas de déterminer si le centre des visiteurs a été conçu dans le cadre d’un plan de gestion orienté vers la valeur universelle exceptionnelle (VUE) pour cet élément. Il était noté avec regret dans les décisions précédentes du Comité qu’aucun plan de gestion n’était encore en place.

Les progrès accomplis dans les travaux et projets de conservation et de restauration sont notés mais il est clair que l'état de conservation des éléments du bien est encore fragile et que la plupart des facteurs qui ont justifié son inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 2012 sont toujours présents. Une fois l'extension du prêt convenue avec la BID, une feuille de route et un calendrier des actions à entreprendre dans un futur immédiat s’avèreraient nécessaires.

Décision adoptée: 45 COM 7A.19

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/23/45.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 44 COM 7A.36, adoptée à sa 44e session élargie (Fuzhou/en ligne, 2021),
  3. Reconnaissant l'importante contribution du projet financé par la Banque interaméricaine de développement (BID) pour la conservation et la gestion du bien, prend note de l'engagement exprimé par l'État partie de mettre en œuvre l’intégralité des mesures correctives ;
  4. Prend également note que le calendrier initial pour atteindre l'état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) n'est plus adapté et demande à l’État partie de tenir régulièrment le Centre du patrimoine mondial informé des négociations avec la BID pour prolonger le prêt jusqu'en 2025, et de mettre à jour la feuille de route et le calendrier pour atteindre le DSOCR ;
  5. Prend de plus note de la soumission par l'État partie d'une proposition d’instauration de zone tampon pour le bien sous la forme de modification mineure des limites, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à l’actuelle 45e session au point 8 de l'ordre du jour ;
  6. Accueille favorablement l'achèvement du plan de développement communautaire de Portobelo mais regrette que peu de progrès aient été réalisés dans l'élaboration du nouveau plan de gestion intégrée du bien en série et de ses zones tampons, et demande également à l'État partie d’intensifier les efforts qui permettraient l'achèvement du plan en 2022 et de soumettre le document, une fois finalisé, au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  7. Accueille également favorablement les travaux et projets visant à améliorer la qualité de vie des habitants de la ville de Portobelo et l'achèvement du nouveau plan d’aménagement du territoire, et demande en outre à l'État partie de soumettre le plan au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  8. Se félicite en outre des travaux et projets de consolidation, conservation et restauration des éléments qui constituent les deux composantes du bien en série et de ceux en lien avec le centre d'accueil et les sentiers naturels de San Lorenzo, et prend acte de la soumission par l'État partie de la documentation relative à ces travaux et projets au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  9. Se félicite par ailleurs que des mesures visant à inclure l’évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP) dans les biens du patrimoine mondial soient en cours, et demande en outre qu’une EIP pour le centre des visiteurs soit réalisée dès que possible et que ses conclusions soient soumises au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  10. Demande enfin à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erfévrier 2024, un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e session ;
  11. Décide de maintenir Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo, San Lorenzo (Panama) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 45 COM 8B.63

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les documents WHC/23/45.COM/8B et WHC/23/45.COM/INF.8B1,
  2. Renvoie l’examen de la modification mineure des limites et des zones tampons des Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo, San Lorenzo, Panama, à l’État partie afin de lui permettre de :
    1. clarifier les motifs justifiant la définition des limites de la zone tampon du Château de San Lorenzo et, éventuellement, envisager son extension, si nécessaire,
    2. examiner la possibilité d’adopter la zone de l’ensemble historique monumental de Portobelo créée par la loi 91 de 1976 en tant que zone tampon unique qui comprend les éléments constitutifs situés dans la zone de Portobelo,
    3. élaborer un plan de gestion intégral pour le bien en série, qui clarifie la protection et la gestion de ses éléments constitutifs et de leurs zones tampons.

Décision adoptée: 45 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/23/45.COM/7A, WHC/23/45.COM/7A.Add, WHC/23/45.COM/7A.Add.2, WHC/23/45.COM/7A.Add.3, WHC/23/45.COM/7A.Add.4),
  2. Ayant examiné les recommandations des Organisations consultatives, décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :
3.   Rappelle que les biens suivants ont été inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril à sa 18e session extraordinaire (UNESCO, 2023) :