1.         Aires protégées du Cerrado : Parcs nationaux Chapada dos Veadeiros et Emas (Brésil) (N 1035bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2001

Critères  (ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1035/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1035/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 100 000 dollars EU du programme du patrimoine mondial pour la biodiversité pour le Brésil ; 30 000 dollars EU des fonds de réponse rapide pour lutter contre les incendies

Missions de suivi antérieures

Mars 2013 : mission de suivi réactif de l’UICN ; février 2016 : mission de conseil de l’UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1035/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2021

Le 1er décembre 2020, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/1035/documents/, qui fait état des progrès suivants :

Le 6 octobre 2020, le dispositif de réponse rapide (RRF) a reçu une demande de soutien urgent pour lutter contre les incendies dans le PNCV et sa zone tampon. Selon les termes de la demande, le feu avait déjà affecté 16000 ha du parc et 46000 ha de sa zone tampon. Le 7 octobre, un courrier a été adressé à l'État partie pour demander davantage d'informations sur l’impact des incendies.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Les mesures prises par l'État partie pour s’assurer que les approches de gestion soient harmonisées et axées sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien sont les bienvenues. Compte tenu de la multiplicité des dispositifs de gestion et de gouvernance des différentes unités de conservation qui composent l’élément Chapada dos Veadeiros, il est essentiel de veiller à poursuivre harmonisation de la gestion entre ces unités. Il est regrettable que l'État partie n'ait fourni aucune information indiquant si l’élaboration d'un plan de gestion global de ces unités de conservation a été envisagée. Reconnaissant les retards imposés par la pandémie mondiale de COVID-19 et notant les mesures positives prises en vue de la révision du plan de gestion du PNCV, il est recommandé au Comité de demander à l'État partie d'accélérer la révision du plan et de veiller à ce que les unités de conservation adjacentes comprenant l'élément Chapada dos Veadeiros, ainsi que les RPPN et la station écologique de Nova Roma, soient prises en compte dans ce processus, afin d’assurer une meilleure harmonisation des approches de gestion dans l'ensemble du bien.

Il est noté avec satisfaction que les ressources financières importantes mobilisées pour le processus de régularisation foncière ont permis de prendre un certain nombre de mesures pour clarifier le régime foncier dans le bien. En particulier, l'identification des propriétés privées et de leurs propriétaires respectifs, le géo-référencement et la délimitation correcte des limites sont des mesures bienvenues. Cependant, il est regrettable que l'État partie n'ait pas fourni le calendrier d’achèvement de ce processus. Notant également que les dispositions foncières pour plus de la moitié de la zone de l’élément PNCV restent inconnues, il est recommandé de demander à l'État partie de poursuivre le processus de régularisation foncière dans le bien et de soumettre son calendrier d’achèvement au Centre du patrimoine mondial.

Il est regrettable que le rapport ne fournisse pas davantage d'informations sur les impacts de l'incendie d'octobre 2020 dans le bien. Alors que le Cerrado est un écosystème dépendant du feu, des incendies plus intenses se produisent à quelques années d’intervalle depuis le début des années 2000, en lien avec des conditions météorologiques extrêmement chaudes et sèches. Les incendies intenses, comme celui de 2017, peuvent avoir un impact sérieux sur des espèces sauvages telles que le jaguar, le loup à crinière et le tatou géant, ainsi que sur la végétation sensible des forêts riveraines et autres zones humides, qui ne sont pas affectées par les incendies normaux.

L’approche de gestion intégrée des incendies dans le bien, qui comprend des actions de brûlage contrôlé pour éviter des incendies extrêmement chauds, est accueillie favorablement, en particulier les mesures visant à renforcer les capacités du CNR de l'ESEC et des RPPN pour répondre aux incendies de manière appropriée par la planification et l'exécution d'activités liées à la gestion des incendies. Il est recommandé au Comité de demander à l'État partie d’assurer la mise en œuvre permanente de l'approche de gestion intégrée des incendies dans toutes les unités de conservation du bien et de continuer à renforcer les capacités de réponse aux incendies sur le long terme. L'État partie devrait également être encouragé à évaluer l'efficacité de l'approche de gestion intégrée des incendies pour réduire la fréquence et les impacts des incendies intenses.

Décision adoptée: 44 COM 7B.194

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B,
  2. Rappelant les décisions 43 COM 7B.22 et 43 COM 8B.42, adoptées à sa 43esession (Bakou, 2019),
  3. Se déclare préoccupé par le nombre croissant d'incendies intenses dans le bien et ses environs, et regrette qu'aucune information sur les impacts de l'incendie d'octobre 2020 n'ait été fournie par l'État partie ;
  4. Se félicite des mesures prises par l'État partie pour s'assurer que la gestion du bien est davantage harmonisée et axée sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien ;
  5. Prend note des mesures prises en vue de la révision du plan de gestion du parc national Chapada dos Veadeiros (PNCV), mais regrette également qu'aucune information n’a été fournie, indiquant si l'élaboration d'un plan de gestion global des unités de conservation comprenant l’élément Chapada dos Veadeiros du bien a été envisagée ;
  6. Demande à l'État partie d'accélérer la finalisation du plan de gestion du PNCV et de s'assurer que les unités de conservation adjacentes comprenant l'élément Chapada dos Veadeiros sont prises en compte dans ce processus, afin d'assurer une plus grande harmonisation des approches de gestion dans l'ensemble du bien, et de soumettre le plan révisé au Centre du patrimoine mondial ;
  7. Prend note des nouvelles mesures prises par l'État partie pour clarifier le régime foncier dans le bien grâce au processus de régularisation foncière, mais regrette également qu'aucune information n'ait été fournie concernant le calendrier d'achèvement de ce travail, et prie instamment l'État partie de préciser le calendrier et d’accorder la priorité à la finalisation de ce processus ;
  8. Se félicite également de la consolidation en cours de la gestion intégrée des incendies dans le bien, demande également à l'État partie de garantir la mise en œuvre continue de l'approche de gestion intégrée des incendies et de continuer à renforcer les capacités de réponse aux incendies à long terme dans toutes les unités de conservation du bien et encourage l'État partie à évaluer l'efficacité de l'approche de gestion intégrée des incendies pour réduire la fréquence et les impacts des incendies intenses ;
  9. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés.