Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Églises de Moldavie

Roumanie
Facteurs affectant le bien en 2011*
  • Eau (pluie/nappe phréatique)
  • Humidité relative
  • Autres menaces :

    problèmes structurels et déterioration des peintures murales

Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2011
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2011**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 31 janvier 2011.

a) État matériel

Le rapport fournit une description individuelle de chacune des églises, avec un résumé sur son état matériel, l’état de ses réparations et de sa restauration ou d’autres travaux de remise en état en cours.

En général, certains problèmes sont communs à toutes les constructions, notamment les infiltrations d’eau, les phénomènes biologiques et l’augmentation des niveaux d’humidité associés, les dégâts causés à la maçonnerie et/ou aux plâtres, et une certaine détérioration des décorations murales.

Le rapport fournit de brèves informations sur les projets d’actions à entreprendre pour conserver et protéger chaque monument. L’État partie indique que des fonds ont été alloués au Plan national de restauration de 2011 à cet égard, sauf pour l’église de l’Annonciation du Monastère de Moldovita, pour laquelle des fonds de l’Union européenne ont été réservés.

Des problèmes structurels sont signalés en particulier à l’église de l’Élévation de la Sainte-Croix et à l’église « Saint-Georges » du monastère « Saint-Jean le Nouveau » de Suceava. Il faudra effectuer des réparations sur les toits de l’église de la Décollation de Saint-Jean Baptiste d’Arbore, de l’église Saint-Nicolas du monastère de Probota, de l’église « Saint-Georges » du monastère « Saint-Jean le Nouveau » de Suceava, et de l’église de la Résurrection du monastère de Suceviţa.

Il n’est pas fait référence à un projet de laboratoire de conservation qui était mentionné dans la décision 33 COM 8B.35.

b) Gestion

L’État partie indique brièvement que la Direction culturelle de Suceava inspecte et suit les activités à l’intérieur de la zone protégée du bien. En décembre 2010, la législation roumaine a approuvé un plan général de protection et de gestion des monuments de l’UNESCO. L’État partie annonce la nomination d’un coordinateur et la création d’un Comité de coordination pour chaque bien du patrimoine mondial.

Comme mesure de protection, le Comité du patrimoine mondial avait précédemment demandé que l’on entreprenne une planification de la gestion du tourisme à l’église de Suceviţa. Cela n’a pas encore été soumis pour étude. L’État partie signale l’augmentation du nombre de visites sur plusieurs des sites et rappelle aussi la nécessité de créer un parking et de lutter contre les graffitis. Le contrôle ou la planification concernant l’impact touristique ne sont pas mentionnés dans le rapport.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2011

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que le plan de gestion a été finalisé et comporte le programme des travaux de conservation prévus. La mise en œuvre des travaux et des mesures correctives devrait améliorer l’état matériel de tous les biens. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent également avec préoccupation que les infiltrations d’eau et autres problèmes structurels ont entraîné une certaine détérioration des peintures murales. Ils considèrent donc nécessaire de disposer de davantage d’informations sur ce problème précis de conservation.

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives avaient précédemment demandé d’être informés sur « le fonctionnement effectif du Comité de coordination » mais ce point n’a pas été clairement précisé. La définition des plans de développement du tourisme pour les différents éléments du bien, et notamment pour le monastère de Suceviţa n’a pas non plus été mentionnée.

Décisions adoptées par le Comité en 2011
35 COM 7B.102
Eglises de Moldavie (Roumanie) (C 598 bis)

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 34 COM 8B.39, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Prend note des informations fournies par l'État partie sur les actions en cours pour mettre en œuvre des mesures correctives, et engage l'État partie à poursuivre son important programme de conservation;

4. Demande à l'État partie de fournir des informations plus précises sur les menaces qui mettent en péril les peintures murales, et sur les mesures à prendre pour traiter ces menaces;

5. Reconnaît les efforts de l'État partie pour adopter une législation nationale afin de protéger le bien et réitère sa demande qu'il définisse la fonction du Comité de coordination qui est essentiel pour une bonne gestion;

6. Réitère également sa demande à l'État partie d'établir un plan pratique d'accueil et de contrôle des visiteurs autour du monastère de Suceviţa et demande également que des mécanismes de planification du tourisme soient inclus dans le plan de gestion du bien;

7. Réitère en outre sa demande à l'État partie de tenir le Comité du patrimoine mondial informé des projets architecturaux relevant du laboratoire de conservation, ainsi que d'autres aménagements potentiels, conformément au paragraphe 172 des Orientations;

8. Demande enfin à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien et sur la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013.

Projet de décision : 35 COM 7B.102

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 34 COM 8B.39, adoptée à sa 34e session (Brasilia, 2010),

3. Prend note des informations fournies par l’État partie sur les actions en cours pour mettre en œuvre des mesures correctives, et engage l’État partie à poursuivre son important programme de conservation ;

4. Demande à l’État partie de fournir des informations plus précises sur les menaces qui mettent en péril les peintures murales, et sur les mesures à prendre pour traiter ces menaces ;

5. Reconnaît les efforts de l’État partie pour adopter une législation nationale afin de protéger le bien et réitère sa demande qu’il définisse la fonction du Comité de coordination qui est essentiel pour une bonne gestion ;

6. Réitère également sa demande à l’État partie d’établir un plan pratique d’accueil et de contrôle des visiteurs autour du monastère de Suceviţa et demande également que des mécanismes de planification du tourisme soient inclus dans le plan de gestion du bien ;

7. Réitère en outre sa demande à l’État partie de tenir le Comité du patrimoine mondial informé des projets architecturaux relevant du laboratoire de conservation, ainsi que d’autres aménagements potentiels, conformément au paragraphe 172 des Orientations ;

8. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2013, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre de ce qui précède, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013.

Année du rapport : 2011
Roumanie
Date d'inscription : 1993
Catégorie : Culturel
Critères : (i)(iv)
Documents examinés par le Comité
arrow_circle_right 35COM (2011)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top