1.         Ancienne cité maya et forêts tropicales protégées de Calakmul, Campeche (Mexique) (C/N 1061bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2002

Critères  (i)(ii)(iii)(iv)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1061/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1061/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1061/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2021

Le 10 décembre 2019, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, qui est disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/1061/documents et expose ce qui suit :

À la demande du Centre du patrimoine mondial, l’État partie a soumis le 15 juin 2020 une documentation détaillée sur le projet de ligne ferroviaire du Train maya, dans la péninsule du Yucatán, qui vise à offrir un nouveau service de transport de près de 1 500 km reliant les principales villes et zones touristiques de la péninsule du Yucatán. Il s’agit avec ce projet d’améliorer la qualité de vie des habitants du sud et du sud-est du pays tout en reliant les principales villes et circuits touristiques. Le projet de Train maya vise également un tourisme inclusif au bénéfice des communautés.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

La préparation d'un plan de gestion intégré élaboré dans le cadre d’un processus consultatif entre le CONANP, l'INAH et d'autres parties prenantes constitue une avancée importante dans la gestion coordonnée et intégrée du bien mixte. Il est recommandé que, tout en se félicitant de cette importante évolution, le Comité réitère également sa demande, exprimée dans sa décision 38 COM 8B.16, que l'État partie accorde des ressources financières adéquates pour la mise en œuvre effective du plan de gestion.

Il est en outre noté que l'État partie a examiné les demandes du Comité relatives aux limites et à la protection juridique du bien et de sa zone tampon et que, tandis que cet examen se poursuit, la protection du bien est déjà suffisamment assurée par les dispositions existantes. À cet égard, il est pris note du zonage du bien et de sa zone tampon proposé dans le nouveau plan de gestion. Bien que le zonage du bien soit clairement défini et expliqué, on ne saurait dire comment le zonage proposé de la zone tampon, qui comprend la zone d'utilisation durable des écosystèmes couvrant un large éventail d'activités, peut renforcer la protection du bien en tant que zone tampon fonctionnelle. Par conséquent, il est recommandé au Comité de demander à l'État partie de suivre et d'évaluer l'efficacité du zonage mis en place, tant sur le territoire du bien que dans sa zone tampon, pour donner suite aux demandes du Comité.

L'État partie devrait être félicité pour les nombreux projets et programmes mis en œuvre au cours de la période 2018-2019 qui concernent la conservation et la gestion du bien. Cependant, une attention particulière est requise pour sauvegarder l'état de conservation des tunnels creusés du site de Calakmul qui concernent les sous-structures et les stucs et peintures murales exposés. On estime qu'en principe, ceux-ci ne devraient pas être ouverts au public et qu'un diagnostic et une intervention spécifiques de conservation sont nécessaires, pouvant inclure le ré-enfouissement de ces tunnels.

Dans ce contexte, on estime qu’il est essentiel de renforcer les procédures qui permettent la documentation systématique et le suivi continu de chaque structure individuelle dans la zone afin d'identifier les problèmes de conservation et les impacts des facteurs externes. Un formulaire de conservation comprenant des informations sur l'histoire des fouilles, des photographies, des illustrations, des relevés de température et des niveaux d'humidité, entre autres données, devrait être conservé sur le site.

L’ICOMOS a entrepris une revue technique approfondie de la documentation soumise par l’État partie en juin 2020, qui concerne principalement les questions liées aux biens culturels dans la zone potentiellement affectée par le projet de Train maya Il a émis une série de recommandations à l’intention de l’État partie et a conclu, étant donné l’impact potentiel sur six biens du patrimoine mondial et six biens inscrits sur la Liste indicative du Mexique, que des études d’impact appropriées devraient être réalisées avant toute mise en œuvre de ce projet. Il est par conséquent recommandé au Comité de demander également à l'État partie, conformément au paragraphe 172 des Orientations, de fournir des détails supplémentaires et actualisés sur l’évolution de ce projet et ses itinéraires au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives. Il est essentiel que l'État partie entreprenne en priorité des évaluations d'impact environnemental (EIE) et des évaluations d'impact sur le patrimoine (EIP), y compris une évaluation spécifique des impacts potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien et de tous les autres biens du patrimoine mondial concernés (Sian Ka’an (N), Cité préhispanique et parc national de Palenque (C), Ville préhispanique de Chichen-Itza (C), Ville précolombienne d’Uxmal (C), Ville historique fortifiée de Campeche (C), Ancienne cité maya et forêts tropicales protégées de Calakmul, Campeche (C/N).

Décision adoptée: 44 COM 7B.78

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B,
  2. Rappelant les décisions 38 COM 8B.16 et 42 COM 7B.63, adoptées respectivement à ses 38e (Doha, 2014) et 42e (Manama, 2018) sessions,
  3. Félicite l'État partie pour le vaste programme de conservation et de gestion qui a été mis en œuvre au cours de la période 2018-2019 et qui comprend des actions essentielles à la préservation de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien ;
  4. Accueille favorablement la finalisation d'un nouveau plan de gestion intégré pour le bien et sa zone tampon, et réitère sa demande à l’État partie afin qu’il accorde des ressources financières adéquates pour sa mise en œuvre effective ;
  5. Prend note du zonage du bien et de sa zone tampon proposé dans le nouveau plan de gestion et demande à l’État partie de suivre et d'évaluer l'efficacité du zonage mis en place pour donner suite à ses demandes précédentes et de soumettre les résultats de cette évaluation au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  6. Prend acte des assurances de l'État partie selon lesquelles les recommandations du Comité concernant la délimitation du bien et de sa zone tampon en vue d'inclure des sites culturels supplémentaires et pertinents sont en cours d'examen, et demande également à l’État partie de le tenir informé de toute action ultérieure à cet égard ;
  7. Recommande à l'État partie de renforcer les procédures de documentation et de suivi de toutes les structures, et en particulier des tunnels creusés pour lesquels il est recommandé d'élaborer des plans de conservation spécifiques ;
  8. Demande en outre à l'État partie prendre en compte les recommandations issues de l’examen technique de l’ICOMOS de juillet 2020 et de soumettre au Centre du patrimoine mondial des informations supplémentaires et détaillées sur le projet de Train maya et son tracé, et de veiller à ce que tous les impacts potentiels du projet sur la VUE de ce bien et d'autres biens de la région au sens large soient correctement évalués au moyen des études d'impact environnemental (EIE) et des études d'impact sur le patrimoine (EIP) appropriées, conformément au paragraphe 172 des Orientations, et demande vivement de les soumettre pour examen par les Organisations consultatives dès qu’elles seront disponibles, et ce avant de prendre toute décision qui serait difficile à annuler ;
  9. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, y compris une évaluation spécifique du zonage mis en place tant sur le territoire du bien que dans la zone tampon pour donner suite aux demandes du Comité, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e