1.         Ville de Quito (Équateur) (C 2)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1978

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/2/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-1999)
Montant total approuvé : 391 800 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/2/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 100 000 dollars EU pour le projet “Plan de gestion des risques pour le centre historique de Quito”, mis en œuvre de 2016-2018 (Fonds-en-dépôt espagnol /UNESCO)

Missions de suivi antérieures

Novembre 1988 : mission d’experts ; mars 2009 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; octobre 2013 : mission de conseil ICOMOS ; décembre 2016 : mission de conseil ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/2/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2021

L'État partie a soumis un rapport sur l'état de conservation du bien le 25 novembre 2019, disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/2/documents/, qui comprend des annexes techniques sur les questions de gestion et de conservation, ainsi que sur le contrôle et la construction de la première ligne de métro de Quito et de sa station à la Plaza San Francisco, comme suit :

Le rapport fait également une description des dégâts causés par les troubles civils d'octobre 2019 qui ont surtout abîmé les trottoirs et les espaces publics, et entraîné l'inscription de graffiti sur les murs des bâtiments. Immédiatement après ces événements, les autorités locales et nationales et la population locale ont entrepris les travaux de nettoyage et de restauration nécessaires.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Il est rappelé qu'au cours des cinq dernières années, le Centre du patrimoine mondial et l'ICOMOS  ont accompagné le développement de Quito de manière intensive, comme en témoignent deux rapports de mission depuis 2013 et six études techniques depuis janvier 2015. Leur attention s'est portée notamment sur la préparation d'un plan de gestion du centre historique et la construction d'une ligne de métro à travers le centre historique et d'une station de métro Plaza San Francisco.

Il est regrettable que le plan de gestion (dénommé « Plan partiel pour le développement intégral du centre historique de Quito ») qui est en préparation depuis de nombreuses années, n'ait pas encore été officiellement approuvé. Il est cependant appréciable qu'un projet de plan partiel ait été élaboré. Il est noté que l'État partie a fourni des avis juridiques détaillés sur la révision de l'Ordonnance 260 qui constituera le cadre juridique pour la mise en œuvre du plan partiel. Il est recommandé que le Comité demande à l'État partie de soumettre dès que possible le texte final de la révision de l'Ordonnance 260. L'ICOMOS sera alors en mesure de procéder à un examen technique intégré du plan partiel et de la révision de l'Ordonnance 260 pour transmission à l'État partie.

Le plan de gestion des risques de catastrophe et les stratégies de logements locatifs sont appréciables. Il est recommandé que le Comité encourage l'État partie à poursuivre ces lignes d'action et observer les recommandations de l'étude technique de l'ICOMOS.

En ce qui concerne l'emplacement de la station de métro Plaza San Francisco, aucune suite n'a été donnée à la recommandation du Comité du patrimoine mondial d'explorer d'autres emplacements possibles. Sa construction s'est achevée en décembre 2017. Il est recommandé que le Comité demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial la réglementation concernant les usages et fonctions dans les bâtiments et lieux publics de la Plaza San Francisco dès qu'elle sera disponible.

La construction du tunnel du métro s'est terminée en janvier 2019. Tout en reconnaissant qu'il n'y a eu aucun incident pendant ni après la construction, et que la VUE du bien n'a pas été affectée, il aurait été souhaitable d'appliquer systématiquement le plan de surveillance et les recommandations de l'ICOMOS sur les inclinomètres qui atteignent approximativement deux fois la profondeur d'excavation pour établir, entre autres, la fixité.

Pour ce qui est des incidents qui se sont produits lors des troubles civils en 2019, il est noté que les dégâts ont vite été atténués et réparés de manière participative avec la population locale et les autorités nationales et locales.

Décision adoptée: 44 COM 7B.67

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 42 COM 7B.38, adoptée à sa 42e session (Manama, 2018),
  3. Se félicite des progrès accomplis dans la préparation du plan partiel pour le développement intégral du centre historique de Quito, mais déplore qu'aucun plan de gestion formel du bien n'ait été approuvé à ce jour et prie instamment l'État partie de :
    1. Poursuivre le processus d'harmonisation du plan partiel et du plan de développement et d'aménagement du territoire pour le district métropolitain de la Ville de Quito 2019-2023,
    2. Intégrer dans la version finale du plan partiel toutes les modifications susceptibles d'être apportées durant ce processus et soumettre ce plan, accompagné du projet définitif de révision de l'Ordonnance 260 établissant le cadre juridique de sa mise en œuvre, au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  4. Accueille favorablement la stratégie du programme de logements locatifs dans les bâtiments historiques et le plan de gestion des risques de catastrophe au cœur du centre historique de Quito, et demande à l'État partie d'observer les recommandations de l'étude technique de l'ICOMOS ;
  5. Note que la construction de la station de métro de la Plaza San Francisco et du tunnel du métro creusé sous le bien du patrimoine mondial est terminée et exhorte également l'État partie à :
    1. Poursuivre les programmes de contrôle et d'atténuation,
    2. Développer un programme d'évaluation, une fois que la ligne de métro sera ouverte, permettant de mesurer l'impact de la station sur les flux piétonniers et les usages et fonctions de la place et des bâtiments alentours ;
  6. Félicite l'État partie d'être intervenu de manière rapide et participative suite aux dégradations causées par les troubles civils de 2019 ;
  7. Demande également à l'État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er décembre 2022, un rapport actualisé sur l'état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e