1.         Centre historique de la ville de Salzbourg (Autriche) (C 784)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1996

Critères  (ii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/784/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/784/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Janvier 2009: mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

a) Pression due au développement urbain, projets de construction d’édifices élevés ;

b) barrage hydroélectrique Salzburg-Lehen ;

c) Projet de gare ferroviaire à l’extérieur de la zone tampon.

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/784/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2011

Le 31 janvier 2011, l’État partie a soumis, pour donner suite à la décision 33 COM 7B.88, un rapport sur l’état de conservation du bien reflétant les préoccupations de la mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS de 2009, relatives à des projets de développement ne respectant pas l’échelle urbaine et les structures historiques de la ville, ainsi qu’à la nécessité de renforcer les systèmes de gestion coordonnée.

a) Evaluation de l’impact environnemental et culturel de la centrale hydroélectrique

L’État partie indique que l’évaluation de l’impact environnemental et culturel de la centrale hydroélectrique a été réalisée et soumise au Centre du patrimoine mondial en 2010. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives estiment que cette évaluation est insuffisante et inadaptée car elle ne traite pas de l’impact potentiel de la centrale, proposée en amont sur la rive gauche de la Salzach, sur la valeur universelle exceptionnelle du bien. L’évaluation réalisée décrit plutôt l’évolution dans le temps du cours de la Salzach et de ses rives. L’État partie a déjà entamé les travaux sans avoir reçu la réponse du Comité du patrimoine mondial et des Organisations consultatives.

 

b) Approche intégrée de la gestion

L’État partie indique que plusieurs domaines nécessitant une meilleure coordination systématique ont été identifiés. Il s’agit de la protection de la nature, de la législation sur les chemins de fer et des questions générales relatives au trafic. L’État partie rappelle qu’en octobre 2010, lors de la sixième conférence autrichienne sur les sites du patrimoine mondial, ICOMOS Autriche a proposé la création d’un mécanisme de consultation unitaire pour améliorer le processus de communication. Les représentants du bien ont accueilli favorablement la proposition de créer des tables rondes pour la coordination avec des représentants de l’Etat fédéral et de la province. L’État partie précise que dès que ce mécanisme de coordination amélioré sera en place, une révision du plan de gestion pourra être envisagée.

c) Autres questions

Le rapport de l’État partie fournit des informations sur un éventail de projets en cours ou planifiés sur 33 lieux situés dans les limites du bien et dans le centre historique tout autour, y compris la gare de chemin de fer. Ces projets sont supervisés par l’Office fédéral de protection des monuments historiques, le Comité d’experts pour la préservation de la Vieille Ville et des experts de la ville de Salzbourg. On ne sait trop, toutefois, si des évaluations d’impact environnemental ont été effectuées pour ces projets en cours ou à venir, comme le demandait en 2009 la décision 33 COM 7B.88,auparagraphe 5.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives notent que le rapport sur l’état de conservation du bien soumis par l’État partie ne traite que superficiellement des différents problèmes identifiés lors de la mission de suivi réactif de 2009 et, notamment, ne décrit dans le détail aucune avancée répondant aux recommandations de cette mission. En particulier, aucun progrès n’a été accompli concernant le renforcement du système de gestion et l’actualisation du plan de gestion. En outre, on ignore si l’impact des nombreux projets en cours sur la valeur universelle exceptionnelle du bien a été formellement évalué. L’évaluation d’impact de la centrale électrique présentée en janvier 2010 est insuffisante car elle ne contient pas d’analyse structurée de l’impact de celle-ci sur la valeur universelle exceptionnelle du bien. Etant entendu que des travaux ont commencé, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives estiment nécessaire qu’une véritable évaluation d’impact soit entreprise et soumise dans les meilleurs délais au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives.

Décision adoptée: 35 COM 7B.83

Le Comité du patrimoine mondial,

1. Ayant examiné le document WHC-11/35.COM/7B,

2. Rappelant la décision 33 COM 7B.88 qu'il a adoptée à sa 33esession (Séville, 2009),

3. Reconnaît les efforts de l'Etat partie pour mettre en place des mécanismes clairs en vue d'une approche coordonnée et intégrée entre tous les décideurs institutionnels concernés, et demande à l'Etat partie de prendre l'initiative de mettre en place des tables rondes de coordination;

4. Note avec préoccupation que seules quelques recommandations de la mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ont été prises en compte, et réitère sa demande à l'Etat partie de prendre des mesures pour appliquer toutes les recommandations de cette mission;

5. Regrette que l'évaluation d'impact de la centrale hydroélectrique qui est soumise n'apporte pas d'éléments suffisants pour évaluer cet impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, et prie instamment l'Etat partie de soumettre dans les meilleurs délais au Centre du patrimoine mondial une évaluation d'impact conformément au Guide de l'ICOMOS pour les évaluations d'impact sur le patrimoine appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial ;

6. Prend note des différents projets en cours à l'intérieur des limites du bien du patrimoine mondial et dans le centre historique tout autour, et demande également à l'Etat partie d'entreprendre des évaluations d'impact sur le patrimoine en tant que de besoin et, conformément au paragraphe172 des Orientations, de fournir des informations sur les projets de développement d'envergure qui pourraient avoir un impact sur la valeur universelle exceptionnelle du bien, conformément au Guide de l'ICOMOS cité dans le paragraphe5 ci-dessus;

7. Réitère sa demande à l'Etat partie de réviser le projet de plan de gestion, comme stipulé dans la décision 33 COM 7B.88;

8. Demande en outre à l'Etat partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d'ici le 1er février 2013, un rapport sur l'état de conservation du bien et la mise en œuvre des points ci-dessus, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 37e session en 2013.