1.         Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (État de Palestine) (C 1492)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2014

Critères  (iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2014-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/6245

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/6245

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page http://whc.unesco.org/fr/decisions/6989

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1492/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2016-2016)
Montant total approuvé : 30 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1492/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1492/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2021

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation le 28 janvier 2020, suivi d’un rapport actualisé le 29 janvier 2021. Ces deux rapports, disponibles à https://whc.unesco.org/fr/list/1492/documents, présentent comme suit les progrès accomplis à l’égard de plusieurs questions de conservation soulevées précédemment par le Comité :

De plus, l'État partie fait état de plusieurs menaces ayant un impact négatif sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, notamment :

L'État partie souhaite maintenir le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Tout au long de 2019 et 2020, l'État partie a démontré des progrès dans la mise en œuvre des mesures nécessaires pour atteindre le DSOCR et répondre aux recommandations du Comité du patrimoine mondial. Le rapport 2021 confirme l'engagement de l'État partie, même s’il admet que la pandémie de COVID-19 a ralenti les processus et les activités.

Le PCG a été finalisé, mais le système de gestion envisagé, qui est essentiel pour une gestion efficace, n'est pas encore opérationnel. Il est en particulier urgent de mettre en place le comité de pilotage et un groupe de travail pour la mise en œuvre, associant les décideurs des autorités locales et, dans le groupe de travail, le personnel technique du ministère du Tourisme et des Antiquités (MOTA), les municipalités et toute autre institution concernée. Il est recommandé au Comité de demander à l'État partie d'allouer les ressources nécessaires pour un gestionnaire de site et, dans l'intervalle, de mettre en œuvre des alternatives, telles que la création d'un bureau conjoint avec le MOTA et le personnel des municipalités et des autres ministères concernés, afin d'assurer coordination et synergie dans la mise en œuvre du PCG. Ce système peut s'appuyer sur l'approbation récente du PCG par toutes les parties concernées et sur les réunions de gestion/coordination qui ont été tenues avec les municipalités et qui devraient se poursuivre régulièrement à l'avenir.

Des projets d'entretien et de réhabilitation des attributs du paysage agricole, des initiatives de sensibilisation et de promotion des produits locaux ont été ou sont en cours de réalisation malgré les limitations et les conditions défavorables. Des alternatives et des mesures temporaires ont été adoptées pour pallier le manque de fonds nécessaires à l'amélioration du système d’égouts ; cependant, la solution adoptée – des réservoirs à moindre coût – exige de suivre de très près les modalités et la régularité de la vidange périodique de ces réservoirs dans les stations d'épuration et doit être considérée comme une solution de court terme. Il est recommandé au Comité de prier instamment l'État partie de continuer prioritairement la recherche de fonds pour l'amélioration du système d'égouts.

L'élaboration envisagée d'un plan d’utilisation des sols et des règlements connexes est essentielle pour éviter une expansion urbaine incontrôlée : ce plan devrait être élaboré avec la participation pleine et entière des municipalités et des communautés locales pour garantir que son objectif et ses dispositions sont appropriés.

L'UNESCO a reçu une lettre du Secrétaire général de l'Organisation de libération de la Palestine (le 5 septembre 2019) et deux lettres de la Délégation permanente de la Palestine auprès de l'UNESCO (les 10 octobre 2019 et 18 juin 2021) concernant des violations et des constructions illégales entreprises à l’intérieur et à proximité du bien. Le Secrétariat a assuré le suivi auprès de l'État partie d'Israël, en demandant les informations pertinentes.

Le retour à l'agriculture est un signe positif qui mérite d’être soutenu afin de veiller à ce que l'agriculture continue après l'urgence pandémique.

Il est recommandé au Comité de demander à l'État partie d'informer le Centre du patrimoine mondial de tout projet de restauration majeure ou de construction nouvelle susceptible d'affecter la valeur universelle exceptionnelle du bien, conformément au paragraphe 172 des Orientations, avant de prendre toute décision difficilement réversible.

Afin de suivre l’avancement de la mise en œuvre des mesures correctives par rapport à l'état de conservation réel du bien, il est fondamental que ces progrès soient mesurés à l’aune des inventaires réalisés lors de l’élaboration du PCG, qui montrent la situation actuelle évaluée sur le terrain.

Il est recommandé que le bien soit maintenu sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 44 COM 7A.17

Décision : 44 COM 7A.17

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/21/44.COM/7A.Add.2,
  2. Rappelant la décision 43 COM 7A.30 adoptée à sa 43e session (Bakou, 2019),
  3. Félicite l'État partie de ses efforts pour améliorer l'état de conservation du bien et mettre en œuvre les mesures correctives pour atteindre l'état de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR), s’agissant en particulier de la restauration du système d'irrigation ;
  4. Demande à l'État partie d'allouer les ressources nécessaires pour rendre opérationnel le système de gestion et mettre en œuvre le plan de conservation et de gestion (PCG), et prie instamment l'État partie d'adopter entre-temps des alternatives pour s'assurer que le comité directeur et un groupe de travail soient créés et dotés d'un mandat pour la prise de décision et la mise en œuvre du PCG ;
  5. Prie aussi instamment l'État partie de continuer à rechercher les fonds nécessaires pour réaliser en priorité la mise en place d'un système d'égouts suffisant ;
  6. Encourage l'État partie à élaborer un plan d’utilisation des sols et les règlements connexes pour éviter une croissance urbaine incontrôlée à l'intérieur du bien et de sa zone tampon, avec la participation pleine et entière des municipalités et des communautés locales ;
  7. Prend note avec inquiétude des rapports sur les constructions illégales en cours et autres développements et transformations à l'intérieur du bien et de sa zone tampon ;
  8. Demande également à l'État partie d'informer le Centre du patrimoine mondial de tout projet de restauration majeure ou de toute nouvelle construction susceptible d'affecter la valeur universelle exceptionnelle du bien, conformément au paragraphe 172 des Orientations, avant de prendre des décisions qui seraient difficilement réversibles ;
  9. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erfévrier 2022, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2022 ;
  10. Décide de maintenir Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (Palestine) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 44 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/21/44.COM/7A, WHC/21/44.COM/7A.Add, WHC/21/44.COM/7A.Add.2, WHC/21/44.COM/7A.Add.2.Add),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :