1.         La Grande Muraille (Chine) (C 438)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1987

Critères  (i)(ii)(iii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/438/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/438/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/438/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2019

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 26 novembre 2018, disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/438/documents/, qui donne les informations suivantes :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Les améliorations apportées aux système et cadre juridiques de conservation et de gestion de la Grande Muraille aux niveaux national et local sont accueillies favorablement et doivent se poursuivre. Il est recommandé en particulier que le Comité encourage l’État partie à mettre en œuvre le Plan directeur de la Grande Muraille 2018-2035 après son approbation par le Conseil d’État chinois.

Les nouvelles réglementations concernant les études d’impact des projets susceptibles d’affecter le bien, qui doivent maintenant être soumises à l’approbation de la NCHA avant leur mise en œuvre, sont également les bienvenues. Toutefois, l’évaluation de 2015 de la ligne ferroviaire interurbaine Beijing-Zhangjiakou ne suit pas les directives de l’ICOMOS sur les EIP, contrairement à ce qu’a demandé le Comité. L’État partie devrait veiller à ce que les futures EIP suivent ce modèle. La mise en œuvre du projet de ligne ferroviaire interurbaine Beijing-Zhangjiakou a eu lieu avant que le Comité et les Organisations consultatives n’aient donné leur avis, et il est recommandé que le Comité rappelle à l’État partie les prescriptions du paragraphe 172 des Orientations et la nécessité de recevoir et de répondre aux commentaires sur les projets avant toute décision ou mesure irréversible.

Les mesures de conservation signalées, y compris l’utilisation de matériaux et de techniques appropriés, conformément à la Décision 41 COM 7B.86, sont accueillies favorablement, de même que l’intention d’utiliser de nouvelles technologies pour la conservation. Des informations sur ces processus et leurs résultats pourraient être mises à disposition en tant que cas de bonnes pratiques sur le site web du Centre du patrimoine mondial. Les cinq principes directeurs des activités de conservation et de restauration du bien (protection de l’état initial de la Grande Muraille ; intervention minimale ; conservation préventive ; classement du patrimoine ; protection par niveau selon l’état de conservation) devraient s’étendre à toutes les activités de conservation et de formation.

Les activités et possibilités de formation pour les différentes parties prenantes impliquées dans la conservation et la promotion de la Grande Muraille, y compris les communautés locales, doivent être encouragées. De même, les programmes visant à accroître le financement par le biais de partenariats public-privé et la création de l’Alliance pour la conservation de la Grande Muraille sont des initiatives positives. Il est recommandé que le Comité encourage l’État partie à partager avec les parties prenantes les principes directeurs généraux pour la conservation et la gestion du bien et des versions accessibles des cadres juridique et de gestion. Les efforts de l’État partie en matière de coopération internationale, notamment avec le Royaume-Uni, sont également accueillis favorablement et des exemples de telles bonnes pratiques pourraient également être partagés en ligne en temps utile.

L’État partie n’a pas fourni d’informations en réponse à la demande du Comité exprimée dans la Décision 41 COM 7B.86 concernant la nécessité d’une gestion durable du tourisme. Aucune information n’a été fournie sur la manière dont la construction de la nouvelle ligne ferroviaire et de la nouvelle gare pourrait jouer sur le nombre de visiteurs, ni sur les mesures à prendre pour résoudre ce problème. L’EIP de 2015 ne répond pas de manière adéquate à cette question importante pour un bien qui souffre déjà d’un surtourisme potentiel, ni ne répond directement aux préoccupations exprimées dans la déclaration de VUE, à savoir que « [l’authenticité de la Grande Muraille et de son cadre] est toutefois fragilisée par la construction d’infrastructures touristiques inappropriées ». Étant donné l’afflux accru de touristes prévu dans les années à venir, il est recommandé que le Comité prie instamment l’État partie d’établir et de mettre en œuvre dès que possible une stratégie de gestion touristique durable pour ce bien. Le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives sont prêts à soutenir l’État partie à cet égard, si nécessaire, notamment par le biais du Programme sur le tourisme durable.

Décision adoptée: 43 COM 7B.58

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B,
  2. Rappelant la Décision 41 COM 7B.86, adoptée à sa 41session (Cracovie, 2017),
  3. Félicite l’État partie des efforts qu’il déploie pour actualiser et réviser les cadres juridique et de gestion du bien, l’encourage à poursuivre dans cette direction, à veiller à ce que les réglementations soient appliquées harmonieusement à tous les niveaux et à mettre en œuvre le Plan directeur de la Grande Muraille de Chine 2018-2035 après son approbation par le Conseil d’État de la Chine ;
  4. Accueille favorablement la nouvelle réglementation concernant les évaluations d’impact des projets susceptibles d’avoir une répercussion sur la Grande Muraille et son cadre, mais regrette que la mise en œuvre du projet de ligne ferroviaire interurbaine Beijing-Zhangjiakou ait eu lieu avant que le Comité du patrimoine mondial et les Organisations consultatives n’aient donné leur avis et sans la soumission d’une évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP), conformément au Guide de l’ICOMOS sur les EIP pour les biens du patrimoine culturel mondial, comme demandé dans la Décision 41 COM 7B.86 du Comité ;
  5. Rappelle à l’État partie de se conformer pleinement aux prescriptions du paragraphe 172 des Orientations et d’obtenir et de répondre aux retours sur les projets avant toute décision ou action irréversible ;
  6. Accueille également favorablement les activités de conservation menées par l’État partie et encourage également l’État partie à poursuivre ses efforts pour utiliser des matériaux et techniques appropriés ; note l’intention de l’État partie d’utiliser de nouvelles technologies pour la conservation et la documentation de la Grande Muraille et encourage en outre l’État partie à rendre disponibles les informations sur les processus et résultats de ces activités en tant qu’exemples de bonnes pratiques, notamment sur le site web du Centre du patrimoine mondial ;
  7. Accueille en outre favorablement les efforts de renforcement des capacités et de recherche de l’État partie et encourage par ailleurs l’État partie à continuer d’offrir régulièrement des possibilités de formation à tous ceux qui participent à la conservation et à la promotion du bien, y compris les communautés locales ;
  8. Note également les initiatives de l’État partie visant à accroître le financement par le biais de partenariats public-privé et de collectes de fonds au profit du bien et encourage de plus l’État partie à partager avec toutes les parties prenantes concernées les principes directeurs généraux pour la conservation et la gestion du bien, ainsi que des versions accessibles des cadres juridique et de gestion ;
  9. Accueille par ailleurs favorablement les initiatives de coopération internationale de l’État partie avec le Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d’Irlande du Nord, et considère que les États parties concernés devraient en temps utile partager des informations sur cette initiative et les bonnes pratiques, notamment grâce au site web du Centre du patrimoine mondial ;
  10. Réitère sa préoccupation quant au fait que l’État partie n’a pas fourni les informations demandées indiquant comment la nouvelle gare proposée dans la section de Badaling de la Grande Muraille pourrait jouer sur le nombre déjà élevé de visiteurs, ou quelles mesures sont proposées pour traiter cette question, et prie instamment l’État partie de :
    1. Veiller à ce que les impacts potentiels de l’augmentation de la fréquentation soient pris en compte dans le cadre d’une stratégie de gestion touristique durable qui doit être préparée pour le bien,
    2. Prendre toutes les mesures nécessaires pour atténuer les impacts du tourisme de masse sur le bien,
    3. Prendre toutes les mesures nécessaires pour minimiser les impacts cumulatifs des infrastructures touristiques sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, notamment en ce qui concerne les perspectives vers et depuis la Grande Muraille,

    et note en outre que le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives sont prêts à soutenir l’État partie à cet égard, si nécessaire, par le biais du Programme sur le tourisme durable ;

  11. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2020, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2021.