Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Système naturel de la Réserve de l'île Wrangel

Fédération de Russie
Facteurs affectant le bien en 2019*
  • Déchets solides
  • Identité, cohésion sociale, modifications de la population locale / des communautés
  • Infrastructures de transport maritime
  • Pétrole/gaz
  • Autres menaces :

    Présence humaine accrue

Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Absence de plan de gestion (problème résolu)
  • Pétrole/gaz (Activités de prospection géophysique dans la zone maritime entourant le bien)
  • Infrastructures de transport maritime (Projet de construction d’une base navale sur le territoire du bien)
  • Présence humaine accrue
  • Déchets
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2019
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2019**
Août 2017 : Mission conjointe de suivi réactive Centre du patrimoine mondial/UICN
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2019

Le 28 janvier 2019, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, qui est disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/1023/documents et qui présente les éléments suivants :

  • Le personnel de la réserve a poursuivi les activités de nettoyage et a collecté 50 fûts de déchets et plus de 5 tonnes de déchets métalliques. 330 tonnes ont été retirées de l’île Wrangel et 9 ha ont été nettoyés aux alentours de l’ancienne zone habitée d’Ushakovskoe. Il est prévu que le nettoyage d’Ushakovskoe soit achevé en 2019 avec le transport de 150 autres tonnes de déchets, et que le nettoyage de l’ancienne zone habitée de Somnitelnaya débute ;
  • Selon le rapport, les activités de prospection sismique menées dans les mers environnantes des Tchouktches et de Sibérie orientale n’ont pas de répercussions sur la partie marine du bien, ni sur sa zone de protection. Sur le territoire du bien, aucune activité de forage pétrolier n’est en cours et aucune zone de production pétrolière n’existe ;
  • Des mesures qui, selon le rapport, sont destinées à assurer le maintien de la sécurité de l’État partie sont mises en place dans une zone qui a connu de précédentes activités anthropogéniques. Ces mesures n’affecteront pas la végétation, le sol ou les habitats clés pertinents ;
  • Outre les 6 huttes préexistantes construites entre 2012 et 2014, il n’y a aucun projet de construction d’autres huttes. Chaque année, jusqu’à 500 touristes visitent l’île Wrangel soit en débarquant de l’un des 5 à 6 paquebots de croisière, soit en faisant l’une de 8 petites excursions terrestres organisées, sans impact significatif sur le bien ;
  • La population d’ours polaires des Tchouktches et d’Alaska est suivie en collaboration avec des chercheurs américains depuis 2016.

Lors d’une réunion de concertation entre l’État partie et le Centre du patrimoine mondial qui s’est tenue le 25 février 2019, puis par écrit le 27 février et le 15 mars 2019, le Centre du patrimoine mondial a demandé des informations complémentaires sur le retrait des déchets, les installations militaires et la prospection d’hydrocarbures. Aucune information complémentaire n’a été reçue à l’heure de la rédaction du présent rapport.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2019

Il convient de saluer le fait que le tourisme demeure une activité limitée avec un nombre stable de visiteurs et qu’il n’y ait aucun nouveau projet de construction d’installations touristiques. Il convient également de saluer la poursuite des activités de suivi, y compris en ce qui concerne la population des ours polaires des Tchouktches et d’Alaska. Bien que cette sous-population d’ours polaires, dont la présence est un attribut de la VUE, se soit reproduite au cours des dernières années, il est important de noter que la mission de suivi réactif de 2017 a souligné que le changement climatique représentait une grave menace, non seulement pour cet attribut mais également pour l’intégrité générale du bien. Il est donc recommandé que le Comité encourage l’État partie à poursuivre le suivi de la sous-population d’ours polaires, et à évaluer et contrôler systématiquement les impacts du changement climatique sur les écosystèmes du bien. Le retrait progressif des déchets de l’île Wrangel est apprécié, 330 tonnes ayant été retirées en 2018. L’État partie ne précise toutefois pas de quelle façon l’objectif de retrait des 25 000 tonnes de déchets métalliques et des 100 000 fûts métalliques, dénombrés dans le plan de gestion 2013-2017, peut être atteint en cinq ans, l’échéance proposée par l’État partie et demandée par le Comité. Le plan de gestion pour la période postérieure à 2017 n’a pas été soumis par l’État partie. Il est recommandé que le Comité réitère sa demande auprès de l’État partie afin qu’il présente un calendrier précis pour la soumission du plan de gestion et le nettoyage des déchets et des polluants associés.

Si, selon le rapport, la prospection sismique dans les parcelles de sous-sol autorisées de Yuzhno-Chukotski, Severo Vrangelski 1 et Severo Vrangelski 2 n’a aucun impact, on ne saurait dire sur quelles bases une telle conclusion repose. Cette situation est tout à fait préoccupante car deux des trois autorisations accordées recoupent la zone de protection de 36 milles nautiques de la Réserve naturelle intégrale de l’île Wrangel, à seulement 12 milles nautiques de la limite maritime du bien. Il est rappelé que le Comité a demandé qu’avant la mise en œuvre de toute activité de forage d’hydrocarbures, une évaluation d’impact environnemental (EIE) soit réalisée, et que celle-ci satisfasse les normes 2012 de performance environnementale d’IFC (International Finance Corporation) et comprenne une évaluation rigoureuse des impacts sur la VUE du bien, conforme à la Note consultative de l’UICN sur le patrimoine mondial : l'évaluation environnementale.

Il est pris note des informations de l'État partie selon lesquelles « les mesures de maintien de la sécurité » sur l'île Wrangel sont mises en œuvre dans une petite zone autrefois utilisée, qui ne comprend aucun habitat clé ou végétation importante. Toutefois, les informations détaillées demandées sur les impacts actuels et potentiels des installations militaires et des activités associées sur la VUE du bien n'ont pas été communiquées. Il conviendrait de rappeler que la mission de 2017 a conclu que l'inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril pourrait être justifiée en l'absence de preuve que la présence militaire sur le territoire du bien ne constitue pas un péril prouvé pour sa VUE.

Tandis qu'aucune information actualisée sur la mise en œuvre des recommandations de la mission de 2017 n'a été soumise, il est rappelé que cette même mission a recommandé de définir la capacité d’accueil écologique du bien au moyen d’une étude sur ses composantes terrestres et marines. Cela pourrait permettre d'établir un seuil maximum d'activité humaine et d'impact dans le cadre duquel la présence de l’homme pourrait être gérée de manière flexible pour différents objectifs, à condition que toutes les personnes présentes sur l'île respectent les règles de comportement de la réserve. Rappelant que la mission de 2017 a également recommandé de mettre en place en 2021 un suivi de ses recommandations et, compte tenu de l'absence continue de communication des informations demandées par le Comité, il est recommandé que le Comité demande à l'État partie d'inviter une telle mission à se rendre sur le territoire du bien en 2021 afin examiner la mise en œuvre des recommandations de la mission de 2017, et d’obtenir toute information manquante.

Décisions adoptées par le Comité en 2019
43 COM 7B.17
Système naturel de la Réserve de l'île Wrangel (Fédération de Russie) (N 1023rev)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 42 COM 7B.77, adoptée à sa 42session (Manama, 2018),
  3. Accueille avec satisfaction les activités de suivi telles que rapportées, et encourage l’État partie à poursuivre le suivi de l’état de conservation de la sous-population des ours polaires, et à évaluer et suivre systématiquement les impacts du changement climatique sur les écosystèmes du bien ;
  4. Accueille également avec satisfaction la limitation continue des activités touristiques et la confirmation qu’aucune nouvelle amélioration des installations touristiques n’est prévue ;
  5. Note le retrait progressif des déchets de l’île Wrangel, mais réitère sa demande auprès de l’État partie afin qu’il communique un programme de renforcement de ces efforts, assorti de délais, afin d’achever le retrait des déchets et le nettoyage des polluants associés d’ici 2023 ;
  6. Rappelle que si une quelconque activité potentielle de forage d’hydrocarbures était envisagée dans les lots de Yuzhno-Chukotski, Severo Vrangelski 1 et Severo Vrangelski 2, une évaluation d’impact environnemental (EIE) détaillée, conforme à la Note consultative de l’UICN sur le patrimoine mondial : l'évaluation environnementale et aux normes de performance 2012 d’International Finance Corporation (IFC), doit être réalisée et soumise au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives avant que toute activité ne soit autorisée à se poursuivre ;
  7. Regrettant le manque d’informations de la part de l’État partie s’agissant dans la mise en œuvre des recommandations de la mission de suivi réactif de 2017, et suite à plusieurs demandes du Comité du patrimoine mondial exprimées dans des décisions précédentes, demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN à se rendre sur le territoire du bien à l’été 2021 afin d’obtenir les informations manquantes et d’étudier la mise en œuvre des recommandations de la mission de 2017 ;
  8. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport d’avancement détaillé sur la mise en œuvre des recommandations de la mission de suivi réactif de 2017, et d’ici le 1er décembre 2021 un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e session en 2022.
Projet de décision : 43 COM 7B.17

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 42 COM 7B.77, adoptée à sa 42esession (Manama, 2018),
  3. Accueille avec satisfaction les activités de suivi telles que rapportées, et encourage l’État partie à poursuivre le suivi de l’état de conservation de la sous-population des ours polaires, et à évaluer et suivre systématiquement les impacts du changement climatique sur les écosystèmes du bien ;
  4. Accueille également avec satisfaction la limitation continue des activités touristiques et la confirmation qu’aucune nouvelle amélioration des installations touristiques n’est prévue ;
  5. Note le retrait progressif des déchets de l’île Wrangel, mais réitère sa demande auprès de l’État partie afin qu’il communique un programme de renforcement de ces efforts, assorti de délais, afin d’achever le retrait des déchets et le nettoyage des polluants associés d’ici 2023 ;
  6. Rappelle que si une quelconque activité potentielle de forage d’hydrocarbures était envisagée dans les lots de Yuzhno-Chukotski, Severo Vrangelski 1 et Severo Vrangelski 2, une évaluation d’impact environnemental (EIE) détaillée, conforme à la Note consultative de l’UICN sur le patrimoine mondial : l'évaluation environnementale et aux normes de performance 2012 d’International Finance Corporation (IFC), doit être réalisée et soumise au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives avant que toute activité ne soit autorisée à se poursuivre ;
  7. Regrettant le manque d’informations de la part de l’État partie s’agissant dans la mise en œuvre des recommandations de la mission de suivi réactif de 2017, et suite à plusieurs demandes du Comité du patrimoine mondial exprimées dans des décisions précédentes, demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/UICN à se rendre sur le territoire du bien à l’été 2021 afin d’obtenir les informations manquantes et d’étudier la mise en œuvre des recommandations de la mission de 2017 ;
  8. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2019, un rapport d’avancement détaillé sur la mise en œuvre des recommandations de la mission de suivi réactif de 2017, et d’ici le 1er décembre 2021 un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 46e session en 2022.
Année du rapport : 2019
Fédération de Russie
Date d'inscription : 2004
Catégorie : Naturel
Critères : (ix)(x)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2019) .pdf
arrow_circle_right 43COM (2019)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top