Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

Parc national de Chitwan

Népal
Facteurs affectant le bien en 2019*
  • Espèces envahissantes/exotiques terrestres
  • Infrastructures de transport de surface
  • Modification du régime des sols
  • Système de gestion/plan de gestion
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Infrastructures de transport de surface (Projets de construction d’une route et d’une voie ferrée qui traverseraient le bien ; Projets d’infrastructures)
  • Espèces envahissantes/exotiques terrestres (Propagation d’espèces envahissantes ; empiètement des habitats fauniques dans la zone tampon) 
  • Systèmes de gestion/Plan de gestion (Manque de consultation inter-agences et inter-ministérielle appropriée et de coordination des propositions de développement)
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2019
Demandes approuvées : 2 (de 1988-1989)
Montant total approuvé : 80 000 dollars E.U.
1989 Public awareness programmes and development of an ... (Approuvé)   50 000 dollars E.U.
1988 Consultancy services for the preparation of a plan for ... (Approuvé)   30 000 dollars E.U.
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2019

Le 10 juillet 2018, l’État partie a soumis au Centre du patrimoine mondial une évaluation d’impact environnemental (EIE) du projet de pont suspendu Ashram de Balmiki-Trivenidham. Le Centre du patrimoine mondial et l’UICN ont fourni une évaluation technique et des commentaires à l’État partie en octobre 2018.

Le 30 novembre 2018, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien qui est disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/284/documents/ et contient les informations suivantes :

  • En 2016-2017, pour une autre année consécutive, aucun braconnage de rhinocéros n’a été signalé, grâce aux efforts concertés entre le Parc national de Chitwan, l’Armée népalaise, les communautés locales et autres partenaires ;
  • Les observations de l’UICN relatives à l’EIE soumise pour le pont suspendu Ashram de Balmiki-Trivenidham proposé seront prises en compte ;
  • Une EIE de la route Terai Hulaki (section Bharatpur-Thori) est en cours de préparation. Toutefois, le Département des parcs nationaux et de la conservation de la faune sauvage (DNPWC) s’est fermement prononcé contre une amélioration de la section de route traversant le bien ;
  • Aucune décision n’a été prise au sujet de l’alignement proposé de la liaison commerciale Chine-Inde par les routes nationales 3 et 4, la route Madi-Balmiki Ashram et la route Malekhu-Thori qui traverseraient le bien. Le DNPWC reste opposé à ces aménagements routiers à travers le bien. Le DNPWC est officiellement contre le projet routier Dumkibas-Tribeni ;
  • Le DNPWC participe activement aux débats avec les autres instances autour des demandes du Comité du patrimoine mondial. Le Service des Chemins de fer a accepté de modifier le tracé de la voie électrifiée Est-Ouest proposée de manière à ce qu’elle ne passe pas à travers le bien, mais seulement dans une partie de sa zone tampon. La préparation d’une EIE de ce tracé alternatif est en cours et sera soumise au Centre du patrimoine mondial dès qu’elle sera disponible et avant d’avoir été approuvée ;
  • Il a été confirmé que l’appel d’offres relatif au goudronnage de la route Bharatpur-Thori ne concerne que la section RiuKhola-Devendrapur qui traverse la zone tampon. Le DNPWC a demandé qu’aucune amélioration ne soit apportée aux sections de route à travers le bien ;
  • Le DNPWC a demandé au Département routier d’entreprendre une EIE de la route Thori-Birgunj proposée, y compris une évaluation des effets potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien ;
  • Suite à la révision des limites en 2016 et à leur démarcation sur le terrain, le lieu sacré de Gajendra Dham se trouve maintenant dans la zone tampon du Parc national de Chitwan. Les modalités de gestion des visiteurs figurent dans le plan de gestion du Parc national révisé depuis peu ;
  • Une mise à jour est apportée aux mesures prises pour mettre en œuvre les autres recommandations émises par la mission de suivi réactif de l’UICN en 2016.

Le 14 février 2019, l’État partie a soumis une EIE pour l’amélioration du tronçon Thori-Madi-Bharatpur.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2019

Les efforts remarquables consentis par l’État partie en vue de répondre aux demandes du Comité dans la décision 41 COM 7B.37 sont appréciables, notamment les actions concertées menées dans la lutte contre le braconnage du rhinocéros ; la décision de déplacer la ligne ferroviaire électrifiée Est-Ouest pour éviter qu’elle traverse le bien et réaliser une EIE ; et l’EIE commandée pour la route Thori-Birgunj proposée. L’État partie confirme que ces EIE, une fois disponibles, seront soumises au Centre du patrimoine mondial.

S’agissant de la route Thori-Madi-Bharatpur, la mission de 2016 a émis des recommandations spécifiques à suivre attentivement en ce qui concerne l’utilisation de la route suite à son aménagement à l’extérieur du bien. L’EIE relative à ce projet, soumise séparément par l’État partie, confirme que l’amélioration de la section routière à l’intérieur du bien entraînerait d’importantes répercussions négatives et recommande donc d’améliorer uniquement les tronçons situés en dehors du bien. Cependant, elle ne semble pas mesurer le plein impact des changements potentiels de l’utilisation de la route sur la VUE du bien. C’est pourquoi il est recommandé que le Comité demande à l’État partie d’évaluer ces impacts potentiels et de veiller à les atténuer, en tenant compte de la recommandation de la mission à cet égard.

En dépit de ces progrès louables, un certain nombre d’autres projets d’infrastructure linéaire demeurent source de préoccupation, en particulier le projet de voie rapide Terai Hulaki, les liaisons commerciales Chine-Inde par les routes nationales 3 et 4, la route Madi-Balmiki Ashram et la route Malekhu-Thori qui traverseraient toutes le bien si l’autorisation en était donnée, comme proposé actuellement. Tout en notant que le DNPWC demeure opposé à l’amélioration de ces routes à travers le bien, il est regrettable que la demande du Comité adressée à l’État partie de ne pas autoriser la voie rapide Terai Hulaki à traverser le bien n’ait pas été observée. Il est recommandé que le Comité réaffirme sa position, à savoir que si un quelconque projet routier décrit ci-dessus devait être mis en œuvre, il représenterait manifestement un danger potentiel pour la VUE du bien, conformément au paragraphe 180 des Orientations.

En ce qui concerne l’empiètement dans la zone de Gajendra Dham, comme souligné dans les décisions antérieures du Comité et le rapport de la mission de suivi réactif de l’UICN en 2016, il est noté que, suivant la révision des limites de 2016, Gajendra Dham ne se trouve plus à l’intérieur du Parc national de Chitwan. Si les limites révisées et leur démarcation sur le terrain, qui étaient recommandées par la mission, sont satisfaisantes, il est regrettable que cette révision des limites n’ait pas été soumise pour examen par le Comité du patrimoine mondial, comme l’exigent les Orientations. Par conséquent, il est recommandé que le Comité prie instamment l’État partie d’apporter davantage de précisions sur les limites révisées afin de juger de la nécessité ou non d’une modification des limites, conformément au paragraphe 164 des Orientations. Sachant que la mission de 2016 a recommandé d’établir un plan de gestion de Gajendra Dham, le Comité pourrait demander à l’État partie d’apporter un complément d’information sur les dispositions prises pour ce site dans le plan de gestion révisé du bien, y compris dans la manière dont elles répondent aux recommandations de la mission.

Décisions adoptées par le Comité en 2019
43 COM 7B.11
Parc national de Chitwan (Népal) (N 284)

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B,
  2. Rappelant la Décision 41 COM 7B.31, adoptée à sa 41e session (Cracovie, 2017),
  3. Accueille avec satisfaction les efforts concertés entre le Parc national de Chitwan, l’Armée népalaise, les communautés locales et les autres partenaires dans la lutte contre le braconnage des rhinocéros et prie instamment l’État partie de respecter ces actions anti-braconnage ;
  4. Accueille également avec satisfaction la décision de l’État partie de modifier le tracé de la ligne ferroviaire électrifiée Est-Ouest pour qu’elle ne traverse pas le bien et de réaliser une évaluation d’impact environnemental (EIE) pour cette ligne alternative, et demande à l’État partie de s’assurer que tous les impacts potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien soient pleinement évalués par l’EIE, conformément à la Note consultative de l’UICN sur l’évaluation environnementale ;
  5. Note la confirmation selon laquelle le goudronnage de la route Thori-Madi-Bharatpur ne concernera que la section traversant la zone tampon du bien et non le bien lui-même, mais rappelle que la mission de suivi réactif de l’UICN en 2016 a également émis des recommandations spécifiques sur l’utilisation de la route suite à son réaménagement à l’extérieur du bien, y compris le fait de s’assurer que la route ne sera pas utilisée pour le transport de marchandises commerciales vers des destinations au-delà de Thori, et demande également à l’État partie de les mettre en application ;
  6. Note également la décision de réaliser une EIE de la route Thori-Birgunj proposée, y compris une évaluation des impacts potentiels sur la VUE du bien ;
  7. Réitère son inquiétude face aux autres projets d’infrastructure qui continuent de présenter un risque pour le bien, en particulier la voie rapide Terai Hulaki proposée, les liaisons commerciales Chine-Inde par les routes nationales 3 et 4, la route Madi- Balmiki Ashram et la route Malekhu-Thori, et réitère sa demande auprès de l’État partie de s’engager sans équivoque à ne pas autoriser l’aménagement de la voie rapide Terai Hulaki selon son tracé proposé à travers le bien et de n’approuver aucune nouvelle autre route ni la réouverture/amélioration d’anciennes routes traversant le bien ;
  8. Réaffirme sa position à savoir que, si un quelconque aménagements routier et ferroviaire susmentionné devait traverser le bien, il représenterait un péril potentiel pour la VUE du bien, conformément au paragraphe 180 des Orientations, ce qui motiverait ainsi clairement l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;
  9. Demande en outre à l’État partie de soumettre des informations sur tout projet proposé au Centre du patrimoine mondial pour examen par l’UICN, conformément au paragraphe 172 des Orientations, et de veiller à ce que la construction d’infrastructures ne soit pas autorisée si elle était susceptible d’exercer un impact négatif sur la VUE du bien ;
  10. Prenant note de l’information selon laquelle Gajendra Dham ne se trouverait plus à l’intérieur des limites du Parc national de Chitwan, suite à une révision des limites en 2016 et à sa démarcation sur le terrain, prie aussi instamment l’État partie d’apporter des précisions supplémentaires sur toute altération des limites afin d’évaluer la nécessité d’une modification des limites conformément au paragraphe 164 des Orientations ;
  11. Notant la confirmation selon laquelle les modalités de gestion des visiteurs à Gajendra Dham figuraient dans le plan de gestion actualisé du Parc national de Chitwan, et rappelant également les recommandations de la mission de suivi réactif de l’UICN en 2016 à cet égard, demande par ailleurs à l’État partie d’apporter des précisions sur la manière dont ces modalités de gestion répondent aux recommandations de la mission ;
  12. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2020, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2021.
Projet de décision : 43 COM 7B.11

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7B,
  2. Rappelant la Décision 41 COM 7B.31, adoptée à sa 41e session (Cracovie, 2017),
  3. Accueille avec satisfaction les efforts concertés entre le Parc national de Chitwan, l’Armée népalaise, les communautés locales et les autres partenaires dans la lutte contre le braconnage des rhinocéros et prie instamment l’État partie de respecter ces actions anti-braconnage ;
  4. Accueille également avec satisfaction la décision de l’État partie de modifier le tracé de la ligne ferroviaire électrifiée Est-Ouest pour qu’elle ne traverse pas le bien et de réaliser une évaluation d’impact environnemental (EIE) pour cette ligne alternative, et demande à l’État partie de s’assurer que tous les impacts potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien soient pleinement évalués par l’EIE, conformément à la Note consultative de l’UICN sur l’évaluation environnementale ;
  5. Note la confirmation selon laquelle le goudronnage de la route Thori-Madi-Bharatpur ne concernera que la section traversant la zone tampon du bien et non le bien lui-même, mais rappelle que la mission de suivi réactif de l’UICN en 2016 a également émis des recommandations spécifiques sur l’utilisation de la route suite à son réaménagement à l’extérieur du bien, y compris le fait de s’assurer que la route ne sera pas utilisée pour le transport de marchandises commerciales vers des destinations au-delà de Thori, et demande également à l’État partie de les mettre en application ;
  6. Note également la décision de réaliser une EIE de la route Thori-Birgunj proposée, y compris une évaluation des impacts potentiels sur la VUE du bien ;
  7. Réitère son inquiétude face aux autres projets d’infrastructure qui continuent de présenter un risque pour le bien, en particulier la voie rapide Terai Hulaki proposée, les liaisons commerciales Chine-Inde par les routes nationales 3 et 4, la route Madi- Balmiki Ashram et la route Malekhu-Thori, et réitère sa demande auprès de l’État partie de s’engager sans équivoque à ne pas autoriser l’aménagement de la voie rapide Terai Hulaki selon son tracé proposé à travers le bien et de n’approuver aucune nouvelle autre route ni la réouverture/amélioration d’anciennes routes traversant le bien ;
  8. Réaffirme sa position à savoir que, si un quelconque aménagements routier et ferroviaire susmentionné devait traverser le bien, il représenterait un péril potentiel pour la VUE du bien, conformément au paragraphe 180 des Orientations, ce qui motiverait ainsi clairement l’inscription du bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril ;
  9. Demande en outre à l’État partie de soumettre des informations sur tout projet proposé au Centre du patrimoine mondial pour examen par l’UICN, conformément au paragraphe 172 des Orientations, et de veiller à ce que la construction d’infrastructures ne soit pas autorisée si elle était susceptible d’exercer un impact négatif sur la VUE du bien ;
  10. Prenant note de l’information selon laquelle Gajendra Dham ne se trouverait plus à l’intérieur des limites du Parc national de Chitwan, suite à une révision des limites en 2016 et à sa démarcation sur le terrain, prie aussi instamment l’État partie d’apporter des précisions supplémentaires sur toute altération des limites afin d’évaluer la nécessité d’une modification des limites conformément au paragraphe 164 des Orientations ;
  11. Notant la confirmation selon laquelle les modalités de gestion des visiteurs à Gajendra Dham figuraient dans le plan de gestion actualisé du Parc national de Chitwan, et rappelant également les recommandations de la mission de suivi réactif de l’UICN en 2016 à cet égard, demande par ailleurs à l’État partie d’apporter des précisions sur la manière dont ces modalités de gestion répondent aux recommandations de la mission ;
  12. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erdécembre 2020, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2021.
Année du rapport : 2019
Népal
Date d'inscription : 1984
Catégorie : Naturel
Critères : (vii)(ix)(x)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2018) .pdf
arrow_circle_right 43COM (2019)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top