1.         Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (Afghanistan) (C 208rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2003

Critères  (i)(ii)(iii)(iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2003-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/1287

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/1287 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/1593

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/208/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2002-2002)
Montant total approuvé : 30 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/208/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 7 324 120 dollars EU (2003-2018) du Fonds-en-dépôt UNESCO/Japon ; 159 000 dollars EU (2011-2012) du Fonds-en-dépôt UNESCO/Suisse ; 6 845 121 dollars EU (2013-2021) du Fonds-en-dépôt UNESCO/Italie ; 7 336 166 dollars EU (2013-2019) du Fonds-en-dépôt UNESCO/République de Corée ; 1 500 000 dollars EU (2017-2026) du gouvernement afghan

Missions de suivi antérieures

Novembre 2010 : mission de conseil Centre du patrimoine mondial/ICCROM ; Avril 2011 : mission de conseil UNESCO Kaboul/ICOMOS ; Mai2014 : missions technique de conseil ICOMOS ; missions d’experts UNESCO dans le cadre de la mise en œuvre de projets spécifiques

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/208/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2019

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation le 9 février 2019, disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/208/documents et qui présente les informations suivantes :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Les récents progrès réalisés dans les consultations sur le plan de gestion et son harmonisation avec les autres outils de gestion sont accueillis avec satisfaction. Il est pris note des recommandations de la réunion technique internationale sur l’avenir du bien. Toutefois, des progrès restent d’abord à accomplir, notamment en ce qui concerne les points suivants :

Il est recommandé que le Comité réitère sa demande à l'État partie de procéder à une modification des limites et à une révision de sa législation nationale afin de renforcer la protection permanente des ressources du patrimoine, notamment le paysage culturel de la vallée de Bamiyan qui n’est pas actuellement inclus dans la zone protégée.

Il est suggéré que le Comité recommande vivement que toutes les décisions adoptées, ainsi que le plan d'action concernant le traitement à venir des statues et des niches des Bouddhas de Bamiyan, soient soumises à l’examen du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives, une fois la décision du Comité de travail national approuvée par les autorités. Ces décisions devraient garder à l'esprit les résultats de la réunion de septembre 2017 tenue à Tokyo, Japon, qui a souligné la nécessité de poursuivre les études sur toute reconstruction possible, mais n'a toutefois formulé aucune recommandation spécifique ou finale quant au traitement à venir des niches et/ou statues des Bouddhas de Bamiyan, considérant que « le gouvernement local et national devrait mener de vastes consultations avec les communautés locales, la société civile ainsi que les chefs religieux afin de garantir la prise en considération des intérêts de toutes les parties prenantes ».

L'une des plus grandes préoccupations demeure le manque de ressources pour la préservation du patrimoine, en particulier l'absence de budgets additionnels pour poursuivre la stabilisation de la niche du Bouddha ouest et mener d'autres actions de conservation indispensables pour les composantes du bien qui sont gravement menacées d'effondrement. Ces actions seraient nécessaires pour parvenir à l'état de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) tel qu’adopté.

Le déploiement permanent de gardes dans toutes les composantes du bien demeure vital. Étant donné que presque toutes les activités importantes pour le bien ont été mises en œuvre grâce à l'assistance internationale, et bien qu'il ne faille pas sous-estimer les contraintes financières existantes, il est recommandé que le Comité rappelle à l’État partie d'élaborer une stratégie à long terme pour garantir la mise à disposition durable des ressources nécessaires aux opérations les plus importantes.

Il est regrettable qu’aucune information n’ait été communiquée sur le Centre culturel de Bamiyan malgré les dispositions du paragraphe 172 des Orientations et les demandes réitérées du Centre du patrimoine mondial et du Comité (cf. décisions 38 COM 7A.15, 39 COM 7A.39 et 41 COM 7A.54). Le bâtiment, qui sera bientôt achevé, pourrait également servir de centre d’interprétation pour le bien du patrimoine mondial, dispensant des informations sur les valeurs du patrimoine bâti ainsi que sur ses valeurs associatives.

Enfin, le Comité pourra peut-être noter avec regret qu’un calendrier révisé de la mise en œuvre des mesures correctives n’a pas été présenté.

Décision adoptée: 43 COM 7A.41

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7A,
  2. Rappelant la Décision 42 COM 7A.1, adoptée à sa 42e session (Manama, 2018),
  3. Note les initiatives prises par l’État partie et les partenaires internationaux en faveur de la conservation d’importantes composantes de ce bien en série ;
  4. Accueille avec satisfaction l’établissement et les réunions régulières du Comité de travail national, en charge de l’examen des propositions relatives aux statues des Bouddhas de Bamiyan, et rappelant également les résultats du symposium international sur l’avenir des statues des Bouddhas de Bamiyan, qui s’est tenu à Tokyo, au Japon, en septembre 2017, demande que l’État partie soumette au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, toute future décision adoptée et tout plan d'action concernant le traitement des statues et des niches des Bouddhas de Bamiyan ;
  5. Accueille également avec satisfaction les progrès réalisés dans l’élaboration du plan de gestion et son harmonisation avec les autres outils de gestion, en particulier le schéma directeur stratégique (SDS), approuvé par le Président de l’Afghanistan, et demande également à l’État partie de :
    1. Maintenir des consultations étroites avec toutes les parties prenantes pour garantir une approche intégrée de la sauvegarde du patrimoine en lien avec le développement urbain et d'autres initiatives de développement et d’aménagement de plus grande envergure ;
    2. Soumettre le SDS au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, et ;
    3. Soumettre au Centre du patrimoine mondial toute la documentation nécessaire en ce qui concerne le plan de circulation et le projet de route de contournement inclus dans le SDS, qui nécessitent des études complémentaires de faisabilité technique, géologique et économique, notamment des études d’impact environnemental et sur le patrimoine réalisées conformément à la réglementation nationale et au Guide de l'ICOMOS et à la Note de l’UICN à ce sujet;
  6. Demande en outre à l’État partie d’utiliser une cartographie culturelle et des informations de zonage obtenues au moyen d’un système d’information géographique, comme ce fut le cas pour le schéma directeur culturel, pour toute élaboration à venir d’outils de planification à Bamiyan ;
  7. Accueille en outre avec satisfaction les recommandations de la Réunion technique internationale sur l’avenir du bien du patrimoine mondial de Bamiyan (Salalah, Oman, 3-5 décembre 2018) ;
  8. Note toutefois avec regret que l’État partie n’a pas communiqué de calendrier révisé pour la mise en œuvre des mesures correctives adoptées par le Comité à sa 32esession (Québec, 2008) ;
  9. Regrette l’absence de progrès réalisés dans l’élaboration de mécanismes efficaces de régulation destinés à faire face à la croissance à venir de la population et au développement industriel futur à proximité du bien, et réitère sa demande auprès de l’État partie afin qu’il procède à une modification des limites, conformément aux paragraphes 163-164 des Orientations, et à une révision de la législation nationale afin de renforcer la protection permanente des ressources du patrimoine, et notamment le paysage culturel de la vallée de Bamiyan, qui n’est pas actuellement inclus dans la zone protégée, ainsi que son cadre ;
  10. Note avec une grande préoccupation que les travaux de stabilisation de la niche du Bouddha ouest sont en suspens et lance un appel à la communauté internationale afin qu’elle accorde un soutien technique et financier à la conservation des composantes qui menacent de s’effondrer, afin d’aider l’État partie à parvenir à l'état de conservation souhaité pour le retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) tel qu’adopté ;
  11. Note par ailleurs que le personnel de sécurité est actuellement financé par le biais d’une coopération internationale et prie instamment et fermement l’État partie d’identifier et d’avoir recours à des ressources financières nationales pour que du personnel de sécurité soit affecté de façon permanente à toutes les composantes du bien ;
  12. Note en outre que les plus importantes interventions techniques pour le bien ont été réalisées grâce à des mécanismes d’assistance internationale, et encourage fermement l’État partie à préparer une stratégie à long terme destinée à garantir durablement des ressources pour les plus importantes opérations, et à coordonner les fonds de la coopération internationale afin de permettre la mise en œuvre d’actions de haute priorité ;
  13. Réitère son profond regret que des décisions irréversibles concernant le Centre culturel de Bamiyan et le musée aient été prises sans en informer le Comité, malgré les dispositions du paragraphe 172 des Orientations et les multiples demandes préalables du Comité, et que la construction se soit poursuive sans qu’une évaluation d’impact sur le patrimoine n’ait été réalisée et soumise à l’examen des Organisations consultatives, et recommande que l’État partie envisage avec beaucoup de soin le contenu du Centre culturel en présentant aux visiteurs non seulement les valeurs culturelles de la région, mais également le bien du patrimoine mondial sur le territoire duquel se trouve le Centre culturel ;
  14. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2020, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020 ;
  15. Décide de maintenir le Paysage culturel et vestiges archéologiques de la vallée de Bamiyan (Afghanistan) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 43 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/19/43.COM/7A, WHC/19/43.COM/7A.Add, WHC/19/43.COM/7A.Add.2, WHC/19/43.COM/7A.Add.3 et WHC/19/43.COM/7A.Add.3.Corr),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :