1.         Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (Palestine) (C 1492)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2014

Critères  (iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2014-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/6245

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/6245

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page http://whc.unesco.org/fr/decisions/6989

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1492/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2016-2016)
Montant total approuvé : 30 000 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1492/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1492/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2019

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 6 février 2019, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/1492/documents. Les progrès marqués dans un certain nombre de dossiers précédemment abordés par le Comité en termes de conservation sont présentés comme suit :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Après avoir tenu compte de l’évaluation technique de l’ICOMOS d’avril 2018, l’État partie a amélioré le projet de plan de conservation et de gestion (PCG) à propos duquel l’Organisation consultative pourrait ajouter des commentaires le cas échéant. Il est recommandé que le Comité du patrimoine mondial félicite l’État partie de cette initiative et l’encourage à adopter une approche participative pour la mise en œuvre du PCG, où la municipalité, la population locale et les parties prenantes sont pleinement impliquées et engagées (p. ex. au moyen d’une déclaration signée ou d’un accord interinstitutionnel).

Il est également recommandé que le Comité exprime sa satisfaction devant l’obligation que comporte le nouveau décret loi sur le patrimoine culturel matériel en imposant la préparation d’EIP et/ou d’EIE pour tous les développements potentiels dans les biens du patrimoine mondial de l’État partie afin d’évaluer de manière efficace les impacts potentiels sur leur valeur universelle exceptionnelle (VUE).

L’État partie continue à travailler à la mise en œuvre des mesures correctives adoptées en 2015 pour réaliser le DSOCR, parmi lesquelles figurent la finalisation du PCG et la réhabilitation des terrasses agricoles et des murs en pierre sèche.

Peu de progrès ont été constatés quant au développement d’un réseau d’assainissement suffisant, bien qu’un Service des eaux et des égouts ait été créé pour s’occuper de la gestion des eaux usées à l’intérieur du bien et rechercher les fonds nécessaires à l’aménagement d’un système adéquat. Il est recommandé que le Comité prie instamment l’État partie de continuer à rechercher en priorité le financement nécessaire à l’application de cette mesure corrective. Il est également noté que le rejet des plans de construction d’un « mur » le long du bien ou dans son environnement échappe, en fait, au contrôle de l’État partie.

Enfin, il est recommandé que le Comité demande à l’État partie d’informer le Centre du patrimoine mondial de toutes les propositions de plans de restauration majeure ou nouveaux projets de construction susceptibles de porter atteinte à la VUE du bien, conformément au paragraphe 172 des Orientations, avant de prendre des décisions qui seraient difficilement réversibles.

Compte tenu des informations susmentionnées, il est recommandé que le Comité maintienne le bien sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 43 COM 7A.30

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/19/43.COM/7A.Add,
  2. Rappelant la décision 42 COM 7A.29, adoptée à sa 42e session (Manama, 2018),
  3. Reconnaît les efforts consentis par l’État partie pour améliorer l’état de conservation du bien ;
  4. Félicite l’État partie pour les progrès accomplis dans la finalisation du plan de conservation et de gestion (PCG) et l’encourage à adopter une approche participative pour sa mise en œuvre, où la municipalité, la population locale et les parties prenantes seront pleinement impliquées et engagées ;
  5. Note avec satisfaction que le nouveau décret loi sur le patrimoine culturel matériel de l’État partie comporte l’obligation de préparer des évaluations d’impact sur le patrimoine (EIP) et/ou des évaluations d’impact environnemental (EIE) afin d’évaluer de manière efficace l’impact de développements potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) de ses biens du patrimoine mondial ;
  6. Salue les efforts que fait l’État partie pour mettre en œuvre les mesures correctives propices à l’état de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) et prie instamment l’État partie de continuer à rechercher en priorité les fonds nécessaires à l’aménagement d’un réseau d’assainissement suffisant et à la restauration adéquate du système d’irrigation ;
  7. Demande à l’État partie d’informer le Centre du patrimoine mondial de toutes les propositions de plans de restauration majeure ou nouveaux projets de construction susceptibles de porter atteinte à la VUE du bien, conformément au paragraphe 172 des Orientations, avant de prendre des décisions qui seraient difficilement réversibles ;
  8. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2020, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020 ;
  9. Décide de maintenir Palestine : terre des oliviers et des vignes – Paysage culturel du sud de Jérusalem, Battir (Palestine) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 43 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/19/43.COM/7A, WHC/19/43.COM/7A.Add, WHC/19/43.COM/7A.Add.2, WHC/19/43.COM/7A.Add.3 et WHC/19/43.COM/7A.Add.3.Corr),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :