1.         Coro et son port (Venezuela (République bolivarienne du)) (C 658)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1993

Critères  (iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2005-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/5965  

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/5965 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/5965
Mis à jour en 2015 : voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/6263 

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/658/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/658/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé au bien : 20 000 dollars EU (Fonds-en-dépôt espagnol pour le patrimoine mondial) pour la planification, la mise en œuvre et les publications ultérieures des ateliers participatifs et des réunions avec les artisans et la société civile de Coro et La Vela

Missions de suivi antérieures

Décembre 2003 et septembre 2006 : missions d’évaluation du Centre du patrimoine mondial sur l’état de conservation ; juillet 2002, avril 2005, mai 2008 et février 2011 : missions conjointes de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; octobre 2015 : mission de conseil ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/658/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation le 1er février 2018, qui est disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/658/documents/, et traite les points soulevés par le Comité du patrimoine mondial dans la décision 41 COM 7A.48, et les mesures correctives révisées approuvées dans la décision 38 COM 7A.23. L’État partie a transmis les informations suivantes :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Il est recommandé que le Comité félicite l’État partie pour son engagement continu en faveur de l’amélioration de l’état de conservation et de la gestion du bien. Il est clair que les conseils communautaires, et la communauté dans son ensemble, sont des acteurs essentiels de ces processus et bénéficient d’un éventail d’initiatives de sensibilisation et de renforcement des capacités relatifs au patrimoine culturel.

La redéfinition des limites du bien, qui en est toujours au stade de l’analyse, est critique dans le cadre de l’élaboration du plan de gestion et plus largement du processus décisionnel pour la conservation et la gestion du bien. Il est par conséquent recommandé que le Comité réitère sa demande à l’État partie de finaliser une proposition de définition des limites claire, avec l’aide de l’ICOMOS, et de soumettre de manière prioritaire une modification mineure des limites pour l’agrandissement des zones tampons.

Les progrès effectués pour la phase de diagnostic du plan de gestion, ainsi que les chapitres préliminaires transmis, démontrent des avancées importantes dans la mise en œuvre de cette mesure corrective. Il devrait être demandé à l’État partie de finaliser le plan de gestion, d’y incorporer les plans et actions stratégiques nécessaires pour traiter toutes les vulnérabilités au sein du bien et garantir sa pérennité en matière de conservation, de gestion, d’allocation de ressources et de facteurs socioéconomiques adaptés.

S’agissant de la mise en œuvre d’un système de drainage efficace, il est noté que les avancées ont été limitées au cours de l’année passée. Reconnaissant l’achèvement récent des études de système de drainage du bien et l’examen actuel du budget du projet, il est en outre recommandé que le Comité prie instamment l’État partie de commencer la mise en œuvre des actions proposées selon un échéancier priorisé et chiffré, et démontre que les ressources financières sont assurées pour ce projet.  

Si les informations fournies par l’État partie rendent comptent d’avancées satisfaisantes dans la mise en œuvre de nombreuses mesures correctives, des informations et actions supplémentaires sont nécessaires pour garantir le fait que les problèmes importants précédemment identifiés comme affectant le bien ont été correctement traités. L’État partie devrait également fournir une analyse détaillée des avancées visant à atteindre l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine en péril (DSOCR), tel qu’adopté dans la décision 38 COM 7A.23.

Si les échéanciers de base d’achèvement du plan de gestion et de construction du système de drainage sont appréciés, il est également recommandé que le Comité demande à l’État partie de définir un échéancier actualisé et plus détaillé pour leur mise en œuvre et toute autre mesure corrective importante, étant donné que la période supplémentaire de deux ans indiquée dans la décision 39 COM 7A.48 a expiré en 2017. Les conseils techniques qui doivent être donnés en 2018 par l’ICOMOS contribueront à l’achèvement des mesures correctives restantes, spécialement l’élaboration du plan de gestion et la mise en œuvre d’un système de drainage efficace. 

Décision adoptée: 42 COM 7A.12

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 41 COM 7A.27 adoptée à sa 41session (Cracovie, 2017),
  3. Félicite l’État partie pour son engagement continu en faveur de l’amélioration de l’état de conservation et de la gestion du bien, et pour garantir la pleine participation des conseils communautaires et des communautés dans leur ensemble à ces processus ;
  4. Prenant note du fait que la redéfinition des limites du bien est toujours en cours d’analyse, demande à l’État partie de finaliser en priorité une proposition de définition des limites claire, en coopération avec l’ICOMOS, et de soumettre une modification mineure des limites, conformément aux paragraphes 163 et 164 des Orientations, pour l’agrandissement des zones tampons ;
  5. Reconnaît les avancées effectuées dans la phase de diagnostic d’élaboration du plan de gestion, et demande également à l’État partie d’achever la version préliminaire de ce plan, et de la soumettre dès qu’elle sera disponible au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  6. Prie instamment l’État partie de commencer la mise en œuvre d’un plan priorisé et chiffré pour le projet de système de drainage, et que les ressources financières soient assurées pour en garantir la bonne exécution ;
  7. Demande en outre à l’État partie de fournir des informations complètes et claires sur l’état d’avancement de la mise en œuvre de l’ensemble des mesures correctives, et une analyse détaillée des avancées visant à atteindre l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine en péril (DSOCR) ;
  8. Étant donné que la période adoptée avec la décision 38 COM 7A.23 a expiré, prie aussi instamment l’État partie de fournir des échéanciers actualisés et détaillés pour la mise en œuvre des mesures correctives restantes ;
  9. Encourage l’État partie à tirer parti de la possible assistance technique assurée par l’ICOMOS pour traiter les problèmes ci-dessus avec l’objectif de faire avancer la mise en œuvre des mesures correctives importantes ;
  10. Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 43e session en 2019 ;
  11. Décide de maintenir Coro et son port (Venezuela (République bolivarienne du)) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 42 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/18/42.COM/7A, WHC/18/42.COM/7A.Add et WHC/18/42.COM/7A.Add.2),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :