1.         Zones historiques d'Istanbul (Türkiye) (C 356bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1985

Critères  (i)(ii)(iii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/356/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1986-2004)
Montant total approuvé : 452 208 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/356/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé: 211 900 dollars EU (conservation de Sainte-Sophie) ; 36 686,30 dollars EU (Convention France-UNESCO) ; 155 000 dollars EU (dans le cadre de la Campagne internationale de sauvegarde d'Istanbul et Göreme)

Missions de suivi antérieures

Novembre 1997 : mission de suivi réactif ICOMOS ; octobre 1998 : mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; janvier 2000, mai 2001, 2002, décembre 2003, 2004 : missions du Centre du patrimoine mondial ; avril 2006, mai 2008, avril 2009, novembre 2012 : mission de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; décembre 2016 : mission de suivi Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/356/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

L’État partie a soumis le 31 janvier 2018 un rapport sur l’état de conservation qui est disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/356/documents/, et qui présente les avancées effectuées relativement aux demandes du Comité, et en particulier concernant divers projets, comme suit :

L’État partie a soumis le 30 avril 2018 des informations supplémentaires comprenant un projet finalisé du plan de gestion révisé, des détails sur un projet de démarche pour les EIP culturelles, la structure à jour de la Direction de la gestion du site ainsi que d’autres informations sur la stratégie de conservation d’exemples protégés de structures ottomanes. Ces documents décrivent les avancées suivantes :

D’autres détails sur la stratégie de conservation des édifices ottomans en bois et pierre seront transmis au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

L’État partie a fourni des efforts évidents pour rationaliser divers rapports sur plusieurs projets à l’aide d’une méthode cohérente et pour répondre aux décisions du Comité de manière proactive, y compris grâce à un dialogue suivi et régulier avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives. 

Toutefois, le Comité notait en 2017 que le chapiteau de Yenikapi était en cours de construction alors qu’aucune EIP n’avait été transmise. Cette structure est maintenant terminée alors que l’EIP n’est toujours pas finalisée. Bien que le Comité ait demandé que lui soient transmis les détails complets, pour examen, des projets déjà approuvés du planétarium et du musée de la ville d’Istanbul, seuls des illustrations et des plans limités ont été soumis, et pas d’EIP. Il est simplement indiqué qu’aucun effet de ces projets sur la silhouette des murailles terrestres n’a été observé.

Des détails ont été transmis sur des projets d’infrastructures planifiés de lignes de métro nouvelles et prolongées, et sur un projet qui a déjà commencé, qui consiste à rendre souterraine une courte section d’une ligne de tramway.

Le projet de plan de gestion à nouveau révisé sera examiné. Il est toujours recommandé que le Comité réitère sa demande visant à déterminer dans les meilleurs délais les attributs qui portent la VUE du bien dans la mesure où ces derniers devraient constituer la base du plan de gestion.

L’atelier prévu sur les EIP culturelles est une avancée positive. Les informations détaillées sur les mesures par géoradar du musée Chora et sur la restauration de la mosquée Zeyrek sont accueillies favorablement.

Le lancement d’un projet visant à documenter les maisons ottomanes en bois et pierre est accueilli favorablement, tout comme le sont les travaux de stabilisation prévus dans le cadre de ce projet. Cette étude avait été demandée pour la première fois par le Comité en 1997 et depuis, une proportion significative de ces maisons s’est détériorée ou a été perdue. Aucun détail sur le calendrier des différentes phases du projet n’a été transmis et ce qui a été mis en place ne correspond pas tout à fait au plan d’urgence et à la stratégie à long terme pour les édifices ottomans en bois dont le Comité avait demandé la mise en place d’ici la fin janvier 2018. L’ampleur des ressources consacrées aux projets de conservation demeure remarquable. Des plans ont été soumis pour la reconstruction de la medrese de Saint-Sophie, pour laquelle une EIP a été préparée. Des photographies et des détails descriptifs des études et travaux entrepris ont été fournis pour les murailles terrestres, le palais de Boucoléon, le musée Chora et la mosquée Molla Zeyrek, bien que ces documents ne portent pas sur la méthodologie ni ne justifient la méthode adoptée.

Pour faire suite au rapport de mission de suivi réactif de 2016, il est recommandé que le Comité encourage l’État partie à inviter une mission de conseil pour examiner spécifiquement les projets de restauration et de conservation comme le musée Chora, la mosquée Zeyrek et les murailles terrestres.

Le rapport dans son ensemble donne peu d’éclairages nouveaux sur la conservation, le renouvellement ou le lancement de nouveaux projets, excepté pour certains projets d’infrastructures. De nombreux projets de renouvellement sont toujours en cours. Aucun détail n’a été transmis qui donnerait l’assurance que ces projets ne se traduiront pas par une perte du tissu historique.

Il est recommandé que le Comité réitère sa préoccupation persistante quant à la situation, qui reste extrêmement délicate, et demande fortement que les détails des projets de conservation et de renouvellement ou des projets d’ampleur soient soumis avant toute prise de décision et sur la base d’EIP appropriées.

Il est enfin recommandé que le Comité prie instamment l’État partie de préparer une feuille de route comprenant des stratégies à court et long termes portant sur tous les types de projets (aménagement, rénovation, renouvellement) qui pourraient avoir un impact sur la VUE du bien et détermine tous les détails et étapes nécessaires en étroite coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives avant que toute décision irréversible soit prise.

Décision adoptée: 42 COM 7B.31

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 41 COM 7B.52 adoptée à sa 41session (Cracovie, 2017),
  3. Rappelant également les préoccupations persistantes du Comité au sujet du bien,
  4. Accueille favorablement les efforts fournis par l’État partie de Turquie pour rationaliser les rapports sur les nombreux projets grâce à une méthode cohérente et pour s’impliquer dans un dialogue étroit avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives ;
  5. Accueille également favorablement le lancement d’un projet de documentation des maisons ottomanes en bois et pierre et des travaux de stabilisation prévus qui y sont liés, demande à l’État partie de fournir plus de détails sur la mise en œuvre du projet et sur son articulation avec la stratégie à long terme demandée par le Comité ;
  6. Regrette profondément que les détails et informations sur les projets d’aménagement et de conservation aient été par le passé transmis après la fin desdits projets et sans évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP) ; par conséquent, accueille en outre favorablement l’intégration d’un processus d’EIP culturelle au plan de gestion révisé ;
  7. Réitère sa demande à l’État partie de définir dans le plan de gestion et dès que possible les attributs qui portent la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien avant la finalisation et approbation dudit plan ;
  8. Note les travaux proposés pour la reconstruction de la medrese de Sainte-Sophie et l’EIP qui a été préparée à cette fin, et les travaux entrepris sur les murailles terrestres, le palais de Boucoléon, le musée Chora et la mosquée Molla Zeyrek;
  9. Note également le nombre important de propositions d’infrastructures et d’autres projets, et recommande que l’État partie élabore un rapport d’étape sur ces derniers, ainsi qu’une feuille de route comprenant des stratégies à court et long termes portant sur tous les types de projets (aménagement, rénovation, renouvellement) qui pourraient avoir un impact sur la VUE du bien, et détermine tous les détails et étapes nécessaires en étroite coopération avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives avant que toute décision irréversible soit prise ; et soumette cette feuille de route au Centre du patrimoine mondial d’ici le 1er février 2019 ;
  10. Encourage l’État partie à inviter une mission de conseil ICCROM/ICOMOS pour examiner les projets de restauration et de conservation comme ceux du musée Chora et de la mosquée Zeyrek, conformément aux recommandations du rapport de la mission de suivi réactif de 2016 ;
  11. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.