1.         Site archéologique Nalanda Mahavihara à Nalanda, Bihar (Inde) (C 1502)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2016

Critères  (iv)(vi)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1502/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1502/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Facteurs identifiés lors de l'inscription en 2016 :

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1502/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

Le 30 novembre 2017, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, disponible sur http://whc.unesco.org/fr/list/1502/documents/, qui présente ci-après, les progrès réalisés dans le traitement de plusieurs problèmes de conservation évoqués par le Comité lors de ses précédentes sessions :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

L’État partie a réalisé des progrès dans la mise en œuvre de plusieurs recommandations faites par le Comité lors de l’inscription. Les travaux de recherche historique et universitaire fort utiles se poursuivent. Toutefois, un programme de recherche spécifique destiné à établir l’authenticité du bien, accompagné de la documentation correspondante permettant de différencier le tissu archéologique authentique, constituerait un avantage certain. Comme recommandé lors de l'inscription en 2016, le plan de gestion intégrée devra inclure des recommandations et des approches pour tout projet d’aménagement et de développement, envisagé sur le territoire du bien ou de ses alentours, qui soit susceptible de porter atteinte à sa valeur universelle exceptionnelle (VUE), y compris son authenticité ou son intégrité. La confirmation par l’État partie qu’une EIP sera réalisée pour tout projet d’aménagement ou de développement est accueillie avec satisfaction, de même que l’engagement de l’État partie à poursuivre l’élaboration d’une méthodologie et d’un plan de mise en œuvre pour la documentation et la conservation du bien.

L’État partie n’a pas communiqué d’informations actualisées sur la demande du Comité d’élaborer un plan actualisé de conservation des vestiges du bien. Un plan officiel de conservation est un élément important dans l’ensemble des mécanismes destinés à sauvegarder la VUE et l’authenticité d’un bien tel que celui-ci, et il est donc recommandé au Comité de réitérer sa précédente demande. Par ailleurs, bien que l’État partie ait évoqué la modernisation et l’extension du musée de Nalanda, il n’a pas précisé de quelle façon il avait renforcé ses stratégies de gestion des visiteurs et d’interprétation du site en préparant et mettant en œuvre un plan de gestion des visiteurs, une autre demande du Comité lors de l'inscription. Un rappel de cette demande du Comité est également recommandé.

Décision adoptée: 42 COM 7B.6

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 40 COM 8B.20, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Reconnaît les progrès accomplis par l’État partie dans la mise en œuvre de plusieurs recommandations faites par le Comité lors de l’inscription du bien ;
  4. Prend note de la poursuite des recherches historiques et universitaires consacrées au bien et encourage l’État partie à élaborer un programme de recherche spécifique destiné à établir l’authenticité du bien, accompagné de la nécessaire documentation permettant de différencier le tissu archéologique authentique ;
  5. Demande à l’État partie de prévoir, dans le plan de gestion intégré, des recommandations adéquates concernant tout projet d’aménagement ou de développement sur le territoire du bien ou aux alentours, susceptible de porter atteinte à sa valeur universelle exceptionnelle, y compris son authenticité ou son intégrité ;
  6. Réitère sa demande auprès de l'État partie afin qu’il élabore un plan officiel actualisé de conservation des vestiges du bien ;
  7. Réitère également sa demande auprès de l'État partie afin qu’il renforce sa stratégie de gestion des visiteurs et d’interprétation du bien, notamment en préparant et mettant en œuvre un plan de gestion des visiteurs ;
  8. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 44e session en 2020.

Décision adoptée: 42 COM 8B.4

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/8B,
  2. Approuve le changement de nom proposé du bien Site archéologique Nalanda Mahavihara (université de Nalanda) à Nalanda, Bihar tel que proposé par les autorités indiennes. Le nom du bien en français devient Site archéologique Nalanda Mahavihara à Nalanda, Bihar en français, et Archaeological Site of Nalanda Mahavihara at Nalanda, Bihar en anglais.

Décision adoptée: 42 COM 8B.44

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/8B.Add,
  2. Adopte les déclarations de valeur universelle exceptionnelle, pour les biens du patrimoine mondial suivants inscrit lors des sessions précédentes du Comité du patrimoine mondial :