1.         Îles de Gough et Inaccessible (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord) (N 740bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1995

Critères  (vii)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/740/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/740/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Espèces terrestres exotiques/envahissantes (souris) (problème mentionné depuis 1999)

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/740/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2018

Le 1er décembre 2017, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, disponible à http://whc.unesco.org/fr/list/740/documents/, qui rend compte des dernières informations suivantes :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Il est recommandé que le Comité accueille favorablement la mise en œuvre prévue du programme d’éradication des souris sur l’île de Gough en 2019. Il est préoccupant, toutefois, que l’intégralité du budget estimé n’ait pas été garantie. Par conséquent, il est recommandé au Comité de demander à l’État partie de veiller à ce que le déficit de financement actuel soit comblé. La réalisation de l’étude de faisabilité pour l’éradication des souris domestiques et les efforts entrepris pour protéger les espèces d’oiseaux terrestres endémiques, qui font partie de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, sont grandement appréciés.

Considérant l’intérêt de l’île pour plusieurs espèces importantes d’oiseaux de mer dont l’albatros de Tristan da Cunha, en danger critique d’extinction, il est impératif que les impacts potentiels sur ces espèces soient également atténués et suivis. Par conséquent, il est important que l’État partie tienne le Centre du patrimoine mondial informé des résultats de la campagne d’éradication et des progrès accomplis pour éviter un impact collatéral sur toutes espèces non ciblées, en particulier celles qui sont essentielles pour la VUE du bien.

Le travail en cours pour éradiquer Sagina procumbens est apprécié et il est recommandé que le bilan de l’efficacité de son programme d’éradication soit soumis au Centre du patrimoine mondial dès qu’il sera disponible.

L’expérience et les leçons tirées des projets d’éradication sur le bien pouvant être très instructives pour les autres biens du patrimoine mondial dont les écosystèmes insulaires sont envahis par des espèces exotiques, il est par conséquent recommandé que l’État partie soit encouragé à partager son expérience sur ses programmes d’éradication.

Décision adoptée: 42 COM 7B.81

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/18/42.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.103, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Accueille favorablement la mise en œuvre prévue du programme d’éradication de la souris domestique (Mus musculus) sur l’île de Gough en 2019 et demande à l’État partie de garantir le financement adéquat pour pleinement mettre en œuvre le programme de toute urgence ;
  4. Apprécie qu’une étude de faisabilité pour l’éradication des souris domestiques ait été entreprise et que la gestion d’individus en captivité de deux espèces d’oiseaux terrestres endémiques soit planifiée pour atténuer le risque d’empoisonnement de ces espèces, et demande également à l’État partie de tenir le Centre du patrimoine mondial informé des résultats du programme d’éradication des souris et des progrès accomplis pour éviter un impact collatéral sur des espèces non ciblées, en particulier celles qui sont des éléments constitutifs de la valeur universelle exceptionnelle du bien ;
  5. Demande en outre à l’État partie de soumettre le bilan de l’efficacité du programme d’éradication de l’espèce végétale envahissante Sagina procumbens au Centre du patrimoine mondial dès qu’il sera disponible ;
  6. Encourage l’État partie à partager son expérience en matière de programmes d’éradication d’espèces exotiques envahissantes afin de promouvoir un échange de connaissances avec les autres États parties confrontés à des défis similaires ;
  7. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2019, un rapport d’avancement pour confirmer que le financement a été obtenu pour le programme d’éradication et que sa mise en œuvre a commencé comme prévu, et d’ici le 1er décember 2020, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 45e session en 2021.