1.         Ensemble culturel et historique des îles Solovetsky (Fédération de Russie) (C 632)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1992

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/632/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/632/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Août 2013 : mission de suivi réactif conjointe Centre du patrimoine mondial/ICCROM/ICOMOS ; Juillet 2015 : mission de conseil de l’ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/632/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2017

Le 28 février 2017, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/632/documents. Bien qu’il reconnaisse la complexité et l’étendue du bien recouvrant un groupe d’îles au sein de l’archipel Solovetsky, le rapport rend compte des points suivants, concernant essentiellement l’île principale :

De plus, un projet de Déclaration rétrospective de valeur universelle exceptionnelle (VUE) a été soumis et sera examiné par le Comité au point 8E.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Comme souligné par l’État partie, la majeure partie du régime hydrologique de l’archipel a été négligé pendant plus d’un siècle. Il est noté avec inquiétude qu’en raison du délaissement des lacs, canaux, digues et ouvrages pour réguler le drainage de l’eau, la pratique traditionnelle de régulation de l’eau a été perdue, conduisant à des modifications dramatiques du paysage et de ses prairies et lacs autrefois productifs.

Alors que des travaux de prévention d’urgence ont commencé en 2016, il est noté que les ouvrages hydrauliques sont, d’une manière générale, dans un état très critique.

Il est recommandé au Comité de réitérer son inquiétude à propos de l’état de conservation alarmant du système d’irrigation monastique, et demande à l’État partie de définir, mettre en œuvre et garantir, de toute urgence, des ressources pour toutes les mesures préventives nécessaires à moyen et à long terme pour la conservation et la gestion.

Il est également souligné que l’île principale est soumise à une pression considérable de la part de diverses parties prenantes et que réconcilier les besoins de l’Église, des communautés locales et des visiteurs, tout en respectant la VUE du bien, constitue un défi. Des plans de développement majeurs sont en cours d’élaboration pour les services essentiels des communautés et pour faciliter le tourisme et il est nécessaire que ces plans soient clairement intégrés dans un cadre de développement et de conservation convenu, et soient basés sur une déclaration de VUE approuvée.

Il est recommandé au Comité d’exprimer ses préoccupations quant au fait que, malgré l’engagement manifesté par l’État partie d’entreprendre des EIP pour ces développements, ces évaluations peuvent difficilement être effectuées au cas par cas d’une manière satisfaisante, sans que l’impact cumulatif général soit apprécié et sans que les cadres de planification nécessaires soient en place.

L’État partie a noté l’élaboration, comme demandée par le Comité, du plan directeur, du plan de gestion basé sur une approche de paysage culturel, et d’un plan de conservation afin d’exposer les approches de conservation pour des bâtiments monastiques, le système d’irrigation monastique, les chemins de pèlerinage et les constructions vernaculaires en bois, ainsi que l’ensemble du paysage des îles.

Il est recommandé au Comité de demander à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine des projets des plans ci-dessus mentionnés, pour examen par l’ICOMOS.

Ces plans, une fois complétés et approuvés, doivent fournir le cadre pour des propositions d’éventuels développements. Ils doivent également indiquer clairement l’ampleur réelle des transformations prévues dans un avenir proche et la manière dont elles peuvent être prises en compte sans impacts négatifs sur la VUE.

Il est noté que le ministère de la Culture de la Fédération de Russie a publié un décret portant création d’un groupe de travail pour classer l’archipel et les territoires voisins en tant qu’objets du patrimoine culturel d’importance fédérale, notamment au titre de sites religieux et historiques.

Le Comité a exprimé, à plusieurs reprises, ses préoccupations quant à l’emplacement et à l’envergure du bâtiment du musée figurant dans les propositions. La mission de conseil de l’ICOMOS 2015 a soutenu le transfert de la fonction muséale, de l’ensemble monastique vers un nouveau bâtiment, facilitant le renouveau de la vie monastique au sein des édifices traditionnels, mais n’a pas supporté les travaux qui avaient déjà débuté sur un vaste ensemble muséal occupant un site important – dont les plans n’avaient pas été soumis au Centre du patrimoine mondial. Á sa 40e session, le Comité a demandé à l’État partie d’interrompre tous les travaux, de démonter les parties déjà construites, et de soumettre de nouvelles propositions. En novembre 2016, lors d’une réunion au Centre du patrimoine mondial, l’État partie a soumis des propositions révisées prévoyant le même emplacement, sans offrir de solutions de rechange. La réunion n’a approuvé aucune de ces propositions, et les plans sont en cours d’examen par l’ICOMOS.

Il est noté que l’État partie a invité une mission de conseil pour examiner les propositions concernant un projet de nouveau bâtiment de musée dans les environs du monastère de Solovetsky.

Toutefois, compte tenu des importantes pressions dues au développement s’exerçant sur l’île principale, des propositions actuelles concernant d’importants ensembles de nouveaux bâtiments (comme des hôpitaux, des écoles et immeubles d’habitation) préalablement à l’approbation et mise en œuvre d’un cadre de planification et de gestion, il est recommandé au Comité de demander à l’État partie d’inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS à se rendre sur le bien pour examiner l’ensemble des défis, auxquels l’archipel Solovetsky est confronté, et la portée des développements proposés dans la prochaine décennie, et de déterminer si et comment cela peut être adapté d’une manière satisfaisante au paysage sensible de l’île principale, et si les structures de gestion actuelles sont assez efficaces pour garantir que tout nouveau développement n’affaiblira pas les caractéristiques particulières de l’île principale et n’aura pas un impact négatif sur la VUE, et comment ces structures pourraient être renforcées.

La mission devrait également apprécier la situation actuelle sur le bien, évaluer les impacts potentiels de propositions de développement, et examiner si le bien est exposé à des menaces susceptibles d’avoir des effets néfastes sur ses caractéristiques intrinsèques et répond aux critères d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril, conformément au paragraphe 179 des Orientations. Compte tenu de la vulnérabilité de l’environnement, il est recommandé à l’État partie d’inviter un représentant de l’IUCN à participer à la mission, étant donné que tous les risques et impacts écologiques résultant éventuellement d’une intervention active dans l’équilibre hydrologique et l’écosystème établis du bien seront analysés.

Décision adoptée: 41 COM 7B.49

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.56, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Reconnaît les progrès accomplis par l’État partie pour traiter les décisions du Comité, notamment en publiant un décret portant sur la création d’un groupe de travail chargé de faire avancer le classement de l’archipel Solovetsky et les territoires voisins en tant qu’objets du patrimoine culturel d’importance fédérale, notamment au titre de site religieux et historique ;
  4. Note les avancées dans l’élaboration du plan directeur de l’établissement de Solovetsky et du plan de gestion, et demande à l’État partie de poursuivre ce travail et de soumettre les projets de documents au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives,
  5. Note avec une grande préoccupation le mauvais état du système d’irrigation monastique, avec ses canaux et lacs, et demande également à l’État partie d’élaborer, de toute urgence, un plan de conservation pour l’ensemble du bien, de planifier et mettre en œuvre de manière appropriée des mesures de conservation, ainsi que de définir et mettre en œuvre immédiatement toutes les mesures de conservation préventives pertinentes concernant le système d’irrigation monastique, et de garantir tous les fonds nécessaires pour des mesures de conservation et de maintenance à moyen et à long terme ;
  6. Accueille favorablement la déclaration de l’État partie selon laquelle des évaluations de l’impact sur le patrimoine (EIP) seront entreprises pour tous les projets ;
  7. Note avec préoccupation que l’île principale de Solovetsky est actuellement confrontée à de nombreux projets de développement en relation avec la nécessité de moderniser des logements, des structures éducatives, sanitaires et touristiques sur l’île, et note également avec préoccupation que des propositions concernant de grands complexes immobiliers sont examinées préalablement à l’achèvement, l’approbation et la mise en œuvre du plan directeur, du plan de gestion et du plan de conservation ; et en l’absence d’une Déclaration de valeur universelle exceptionnelle (VUE) officiellement approuvée ;
  8. Notant que de nouveaux plans révisés ont été soumis pour l'ensemble muséal, reconnaît les efforts entrepris par l’État partie pour mettre en œuvre les recommandations du Comité du patrimoine mondial et des Organisations consultatives quant à l’ensemble muséal, et demande à l’État partie de faire un rapport sur l’état d’avancement au Centre du patrimoine mondial d’ici le 1er décembre 2017, pour examen par les Organisations consultatives ;
  9. Demande en outre à l’État partie de ne pas reprendre les travaux sur ce projet avant que toutes les propositions révisées et un éventuel autre emplacement n’aient été pleinement étudiés par les Organisations consultatives et examinés par le Comité du patrimoine mondial;
  10. Demande par ailleurs à l’État partie d’inviter une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS à se rendre sur le bien, en consultation avec l’UICN, à la lumière des défis considérables auxquels le bien est confronté, cette mission devant évaluer l’ensemble des problèmes concernant l’archipel Solovetsky, examiner les plans révisés pour le bâtiment du musée et l’étendue des développements qui sont proposés pour la prochaine décennie, aviser si et comment cela pourra être adapté d’une manière satisfaisante dans l’île principale, et si les structures de gestion actuelles sont suffisamment efficaces pour garantir que tout nouveau développement n’affaiblira pas les caractéristiques particulières de cette île principale et n’aura pas un impact négatif sur la VUE et, sinon, comment ces structures pourraient être renforcées ;
  11. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 43e session en 2019.

Décision adoptée: 41 COM 8E

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/8E,
  2. Félicite les États parties pour l’excellent travail accompli dans l’élaboration de Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle pour les biens du patrimoine mondial dans leurs territoires ;
  3. Adopte les Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle, telles que présentées dans l’Annexe du document WHC/17/41.COM/8E, pour les biens du patrimoine mondial suivants :

    AMÉRIQUE LATINE ET CARAÏBES

    • Dominique, Parc national de Morne Trois Pitons

    ÉTATS ARABES
          Égypte, Memphis et sa nécropole – les zones des pyramides de Guizeh à Dahchour


    EUROPE ET AMÉRIQUE DU NORD
    • Arménie, Cathédrale et les églises d’Etchmiadzine et le site archéologique de Zvarnotz
    • Arménie, Monastères de Haghbat et de Sanahin
    • Canada, Lieu historique national de L’Anse aux Meadows
    • Fédération de Russie, Citadelle, vieille ville et forteresse de Derbent
    • Fédération de Russie, Ensemble historique, culturel et naturel des îles Solovetsky
    • Fédération de Russie, Ensemble historique et architectural du Kremlin de Kazan
    • Fédération de Russie, Monuments de Vladimir et de Souzdal
    • France, Abbaye cistercienne de Fontenay
    • France, Cathédrale de Bourges
    • France, Cathédrale de Chartres
    • France, Centre historique d’Avignon : Palais des papes, ensemble épiscopal et Pont d’Avignon
    • France, Chemins de Saint-Jacques-de-Compostelle en France
    • France, Juridiction de Saint-Émilion
    • France, Palais et parc de Fontainebleau
    • France, Paris, rives de la Seine
    • France, Places Stanislas, de la Carrière et d'Alliance à Nancy
    • France, Site historique de Lyon
    • Irlande, Sceilg Mhichíl
    • Italie, Portovenere, Cinque Terre et les îles (Palmaria, Tino et Tinetto)
    • Portugal, Paysage culturel de Sintra
    • République tchèque, Château de Litomyšl
    • Suède, Gravures rupestres de Tanum
    • Suède, Ville hanséatique de Visby ;

  4. Décide que les Déclarations rétrospectives de valeur universelle exceptionnelle des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril seront examinées par les Organisations consultatives en priorité ;
  5. Demande aux États parties de fournir un soutien au Centre du patrimoine mondial pour la traduction des Déclarations de valeur universelle exceptionnelle adoptées vers l’anglais ou le français selon les cas, et demande en outre au Centre du patrimoine mondial de publier les versions dans les deux langues sur son site internet.