1.         Ville de Quito (Équateur) (C 2)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1978

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/2/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1981-1999)
Montant total approuvé : 391 800 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/2/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Novembre 1988 : mission d’experts ; mars 2009 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; octobre 2013 : mission de conseil ICOMOS ; décembre 2016 : mission de conseil ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/2/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2017

L’État partie a soumis un rapport le 24 mars 2017, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/2/documents, qui est parvenu après réception du rapport de la mission de conseil de l’ICOMOS effectuée en décembre 2016 et qui intègre comme suit les réponses à ses recommandations :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

L’ICOMOS a réalisé en janvier 2015 et mai 2016 des études techniques sur la construction du métro de Quito et notamment sur le projet de construction de la station de métro à Plaza San Francisco. Enfin, une mission de conseil de l’ICOMOS a eu lieu du 7 au 10 décembre 2016 pour faire suite aux questions énumérées au paragraphe 7 de la décision 40 COM 7B.5. Le rapport de la mission aborde les points suivants :

En conclusion, des avancées importantes ont été réalisées dans le domaine du cadre institutionnel et du plan de gestion, ainsi que dans l’exécution du projet de la Compañía de Jésus. S’agissant de la construction du métro, il est entendu que l’unique station souterraine du centre historique sera située sous la très importante et très emblématique Plaza San Francisco. L’État partie devrait être instamment prié de veiller avec le plus grand soin à préserver la cohérence de l’ensemble urbain de la place et de son environnement et de prendre les mesures préventives nécessaires contre les vibrations pendant et après la phase de construction, et pour le pavage de la place. Considérant que la place a peut-être été une zone d’interaction entre la population autochtone et les colonisateurs, une attention particulière devrait être accordée aux recherches archéologiques, à une documentation détaillée de tout le pavage avant le commencement des travaux, au suivi pendant les travaux et, enfin, à des interventions d’urgence, le cas échéant. De plus, des mesures devraient être élaborées pour garantir une continuité d’usage de la place et pour une gestion appropriée du développement immobilier.

Décision adoptée: 41 COM 7B.61

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7B.5, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Prenant note des informations fournies sur la structure de gestion et les mécanismes d’aménagement du centre historique de Quito, recommande à l’État partie de préciser davantage les rôles, responsabilités et interactions des institutions à différents niveaux de gouvernement et demande à l’État partie de communiquer le Plan global d’action et de gestion dès qu’il sera disponible au Centre du patrimoine mondial, pour évaluation par les organisations consultatives ;
  4. Concernant le projet de métro et l’éventuel emplacement de sa principale station dans le centre historique, regrette que l’État partie ait commencé l’installation de la station de métro dans l’un des attributs les plus importants et les plus emblématiques du bien, la place de San Francisco ;
  5. Prie instamment l’État partie de prendre les mesures nécessaires pour assurer la continuité de la cohérence urbaine de la place en tant qu’attribut essentiel de la valeur universelle exceptionnelle et d’assurer la mise en œuvre complète des recommandations de la mission de conseil de l’ICOMOS de 2016 ;
  6. Demande également à l’État partie de préparer et de soumettre un rapport sur les dispositions institutionnelles et administratives qui ont été prises concernant l’aménagement et la construction de la ligne de métro et de la station souterraine, notamment des recherches archéologiques, d’éventuelles interventions d’urgence, et toute modification au pavage de la place ;
  7. Demande en outre à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 43e session en 2019.