1.         Zones archéologiques de Pompéi, Herculanum et Torre Annunziata (Italie) (C 829)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1997

Critères  (iii)(iv)(v)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/829/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/829/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Montant total accordé : 183 487 dollars EU : Fond-en-dépôt italien

Missions de suivi antérieures

Décembre 2010 et janvier 2011 : Mission conjointe de conseil Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; janvier 2013 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS ; novembre 2014 : mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/829/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2017

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 1er décembre 2016, ainsi que le plan de gestion finalisé. Ces deux documents sont disponibles à https://whc.unesco.org/fr/list/829/documents/. Les avancées concernant divers problèmes de conservation examinés par le Comité lors de ses sessions précédentes sont présentées comme suit dans le rapport :

Une demande de modification mineure des limites, accompagnée d’une proposition de modification de la zone tampon, a été soumise à nouveau au Centre du patrimoine mondial, conformément aux recommandations de la décision 38 COM 8B.51. Cette demande a été jugée incomplète par le Secrétariat, qui a fourni des conseils à l’État partie sur une future demande.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Les efforts de l’État partie pour répondre aux problèmes de conservation et de gestion ont conduit à des améliorations importantes pour le bien. Le plan de gestion comporte dans l’ensemble d’excellentes caractéristiques et constitue une amélioration du projet précédemment examiné par l’ICOMOS. Toutefois, son contenu présente toujours des manques importants. La gestion du bien n’est en particulier pas liée à la protection de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) par l’utilisation du projet de Déclaration de VUE ou l’identification des attributs. Des précisions sur l’état des composantes du bien font défaut, et le plan d’action ou le programme de travaux doit encore être amélioré. Le plan de gestion identifie également des problèmes liés à la structure de gestion du bien.

Il semble à première vue que la création du parc archéologique d’Herculanum affaiblit la gestion d’ensemble de ce bien en série, et des clarifications sont souhaitables sur les conditions d’exercice d’une gestion coordonnée efficace. Il serait également utile de clarifier les conditions de la coordination entre les gestionnaires de site et le service du Grand Pompéi, lequel est responsable de ce qui survient dans la zone tampon élargie. Une déclaration claire sur les responsabilités de chacun des acteurs en matière de mise en œuvre du plan de gestion est très souhaitable.

Si la prolongation du GPP jusqu’en 2019 et les contributions financières importantes sont très favorablement accueillies, il est toutefois essentiel que les ressources humaines et financières à long terme, c’est-à-dire après 2019, soient identifiées et garanties pour traiter de manière appropriée les besoins continus au sein du bien en matière de conservation et de gestion des visiteurs. L’inclusion des cinq édifices menacés au sein du GPP est notée, et on peut espérer que les travaux de consolidation et de restauration progressent conformément au plan. La stabilité structurelle des édifices du bien fait l’objet à juste titre d’un traitement prioritaire ; toutefois, il est recommandé que le Comité encourage l’État partie à élaborer un programme de conservation et de restauration à long terme des surfaces décoratives.

L’État partie a réglé presque toutes les questions juridiques, et la sauvegarde nécessaire ainsi que les travaux de restauration de la Schola Armaturarum ont commencé. Il est recommandé que le Comité encourage également l’État partie à régler la difficulté restante de la Porta Nola afin de finaliser la conservation du bâtiment important du magasin.

Les travaux pour mettre fin aux problèmes d’évacuation des eaux dans les régions III et IX sont presque terminés. Il est recommandé que ces travaux soient suivis avec attention et que les mesures d’atténuation dans les régions I, III, IX, IV et V du site archéologique soient partagées avec le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives.

Il est en outre recommandé que les plans du bâtiment de service de la Villa A à Torre Annunziata soient envoyés dès que possible au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives.

Décision adoptée: 41 COM 7B.47

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 39 COM 7B.80, adoptée à sa 39e session (Bonn, 2015),
  3. Reconnaît les efforts de l’État partie pour répondre aux difficultés de conservation et de gestion, lesquels se traduisent par une amélioration importante de l’état de conservation du bien ;
  4. Notant les améliorations apportées au plan de gestion, demande à l’État partie de répondre aux points suivants, qui doivent être clarifiés et améliorés :
    1. Le lien entre la gestion du bien et la protection de la valeur universelle exceptionnelle (VUE),
    2. L’état des composantes et le plan d’action ou le programme de travaux,
    3. La gestion coordonnée entre les gestionnaires de site et le service du Grand Pompéi et la responsabilité de la mise en œuvre du plan de gestion ;
  5. Accueille favorablement la prolongation du Grande Progetto Pompei (GPP) jusqu’en 2019 et les contributions financières importantes, et demande également à l’État partie de garantir le fait que les ressources humaines et financières soient identifiées après 2019 pour traiter de manière appropriée les besoins continus au sein du bien en matière de conservation et de gestion des visiteurs ;
  6. Accueille aussi favorablement les travaux de consolidation et de restauration des cinq édifices menacés au sein du GPP, et encourage l’État partie à élaborer un programme de conservation et de restauration à long terme des surfaces décoratives ;
  7. Encourage également l’État partie à régler la difficulté qui subsiste à la Porta Nola afin d’achever les travaux de conservation du bâtiment important du magasin ;
  8. Note les avancées signalées concernant les travaux d’évacuation des eaux, et demande en outre à l’État partie de suivre avec attention les mesures d’atténuation prévues dans les régions I, III, IX, IV et V du site archéologique et d’en fournir les conclusions au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives ;
  9. Demande par ailleurs à l’État partie de fournir dès que possible au Centre du patrimoine mondial les plans du bâtiment de service de la Villa A à Torre Annunziata, pour examen par les Organisations consultatives ;
  10. Demande de plus à l’État partie de fournir des informations plus précises et des clarifications sur la gestion coordonnée du parc archéologique d’Herculanum, du service du Grand Pompéi et de Torre Annunziata ;
  11. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 43e session en 2019.