1.         Réserve de biosphère du papillon monarque (Mexique) (N 1290)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2008

Critères  (vii)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1290/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1290/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Janvier 2011: mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1290/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2017

Le 23 juin 2016, l’État partie a répondu à une lettre envoyée par le Centre du patrimoine mondial demandant des informations concernant des projets de réouverture d’une mine de cuivre à proximité du bien, confirmant ce qui suit :

Le 1er février 2017, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/1290/documents/, fournissant les informations suivantes :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Les informations détaillées fournies par l’État partie concernant diverses activités au niveau national ainsi que les efforts trilatéraux du Canada, du Mexique et des USA pour préserver la migration du papillon monarque sont les bienvenues. Les mesures entreprises par l’État partie pour combattre l’abattage illégal du bois au sein du bien semblent avoir abouti à une décrue des activités illégales ces dernières années. Toutefois, un incident est survenu en 2015 lorsque 10 ha ont été exploités illégalement au sein du bien, démontrant que ce dernier reste vulnérable. Il est par conséquent recommandé que le Comité demande à l’État partie de poursuivre et intensifier ses efforts.

L’information indiquant que la réouverture d’une mine de cuivre dans la zone tampon de la RBPM et à sa périphérie continue d’être discutée et soulève de sérieuses inquiétudes, sachant en particulier que la CONAMP avait conclu que le projet serait incompatible avec les objectifs de conservation de la Réserve de biosphère. Si la société décide de présenter un projet modifié, il est recommandé que le Comité demande à l’État partie de réaliser une étude d’impact environnemental (EIE) du projet avec une évaluation spécifique des impacts potentiels sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien, conformément à la Note de conseil sur le patrimoine mondial de l’UICN concernant l’évaluation environnementale.

Enfin, les données de suivi montrant une augmentation de la superficie occupée par les colonies en hivernage dans la Réserve de biosphère en 2015-2016 par rapport aux chiffres extrêmement faibles des deux précédentes saisons sont encourageantes. Toutefois, ces chiffres sont encore bas et il n’est pas certain que la tendance soit confirmée étant donné que le bien reste vulnérable face à l’abattage illégal du bois et qu’il est actuellement menacé par des projets de réouverture d’une mine de cuivre au niveau de sa périphérie. Étant donné les graves stress subis par le papillon monarque dans son habitat et tout le long de sa migration, y compris le changement climatique, il est extrêmement important de réduire les menaces actuelles et potentielles pesant sur les colonies dans les sites d’hivernage au sein du bien. Il est recommandé que le Comité demande à l’État partie d’inviter une mission de suivi réactif de l’UICN sur place afin d’évaluer les menaces actuelles et potentielles pesant sur sa VUE et de déterminer si les sites d’hivernage du papillon monarque sont suffisamment protégés sur le territoire du bien, en prenant en compte les données récentes du suivi et l’emplacement rapporté des colonies en hivernage.

Décision adoptée: 41 COM 7B.16

Le Comité du patrimoine mondial,
  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 39 COM 7B.31, adoptée à sa 39e session (Bonn, 2015),
  3. Accueille favorablement les efforts trilatéraux entrepris par les États parties du Canada, du Mexique et des États-Unis d’Amerique pour préserver la migration des papillons monarques, y compris l’établissement d’un Groupe de travail trilatéral, et les encourage à poursuivre leurs efforts ;
  4. Accueille aussi favorablement les mesures importantes entreprises par l’État partie pour combattre l’abattage illégal de bois et restaurer les zones précédemment affectées, mais note avec inquiétude que le bien reste vulnérable face à cette menace et demande à l’État partie d’intensifier ses efforts à cet égard ;
  5. Note avec une vive inquiétude que des projets de réouverture d’une mine de cuivre à proximité du bien continuent d’être discutés malgré la conclusion de la Commission nationale mexicaine pour la protection des zones protégées (Comisión Nacional de Áreas Naturales Protegidas - CONANP) que le projet serait incompatible avec les objectifs de conservation de la Réserve de biosphère du papillon monarque, et demande également à l’État partie de garantir vigoureusement qu’aucune activité minière ne sera autorisée à proximité du bien si elle a un impact potentiellement négatif sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien ;
  6. Demande en outre que l’État partie invite une mission de suivi réactif de l’UICN afin d’évaluer les menaces actuelles et potentielles pesant sur sa VUE du fait de l’abattage illégal du bois et des projets miniers proposés, et d’évaluer son état global de conservation et la protection des sites d’hivernage du papillon monarque tant au sein du bien qu’à proximité;
  7. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 43e session en 2019.