1.         Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo, San Lorenzo (Panama) (C 135)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1980

Critères  (i)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril    2012-présent

Menaces pour lesquelles le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril

État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4763 

Mesures correctives identifiées

Adoptées, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4763 

Calendrier pour la mise en œuvre des mesures correctives

Adopté, voir page https://whc.unesco.org/fr/decisions/4763

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/135/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1980-1993)
Montant total approuvé : 76 800 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/135/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1993 : mission technique ; novembre 2001, mars 2009 et mars 2010 : missions conjointes de suivi réactif Centre du patrimoine mondial / ICOMOS ; février 2014 : mission de conseil ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/135/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2017

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 24 janvier 2017, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/135/documents/, dans lequel il est indiqué qu’en réponse à l’approbation, par le Comité du patrimoine mondial, du programme révisé et de l’échéancier pour la mise en œuvre des mesures correctives pendant la période 2016-2019 (40 COM 7A.3), l’État partie a pris toutes les mesures nécessaires pour cette mise en œuvre. Parmi les actions entreprises en 2016, on notera les suivantes :

Alors que l’Institut national pour la culture (INAC) est légalement responsable du patrimoine culturel national, la gestion du bien est toujours confiée au Patronato de Portobelo y San Lorenzo (PPSL), qui a été financé par l’INAC pour renforcer ses capacités. Le PPSL a nommé un restaurateur en architecture en tant que chef de projet, et le renforcement des mécanismes de gestion et la création d’un bureau technique sont bien avancés. Le rapport d’activité du Patronato comprend aussi des informations sur le projet de nouveau centre d’accueil des visiteurs, lequel sera financé par la direction du tourisme.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Considérant le rapport soumis, il est recommandé que le Comité félicite l’État partie pour sa très bonne compréhension de la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien et des actions nécessaires à la mise en œuvre des mesures correctives et à la réalisation de l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR).

Le renforcement des mécanismes institutionnels entre le ministère de l’Environnement, la direction du tourisme de Panama et les autorités locales est accueilli très favorablement.

Néanmoins, on doit rappeler que le bien a été inscrit sur la Liste du patrimoine mondial en péril en 2012 et que l’État partie n’a pas été en mesure de mettre en œuvre les mesures correctives prévues pour la période 2012-2015. Une stratégie, un plan de travail et un échéancier nouveaux ont été proposés par l’État partie et adoptés par le Comité en 2016. Alors que le rapport sur l’état de conservation confirme l’engagement des institutions directement responsables de la conservation et de la gestion du bien, il est extrêmement préoccupant que les allocations budgétaires pérennes pour la mise en œuvre du plan d’urgence et du programme de mesures correctives fassent toujours défaut. Les efforts effectués pour obtenir un prêt de la BID et des subventions d’autres sources sont louables mais il faut souligner le fait qu’un financement gouvernemental pérenne doit être une priorité et est indispensable à la mise en œuvre du plan d’urgence et du programme de mesures correctives agréé avec le Comité du patrimoine mondial. Plusieurs mesures et interventions correctives prévues par le plan d’urgence n’ont pas pu être appliquées en 2016-2017 en raison du défaut de financement et on peut craindre qu’en l’absence de ce financement, les menaces très importantes qui pèsent sur le tissu matériel du bien, sa conservation et une gestion appropriée puissent rapidement s’amplifier.

Décision adoptée: 41 COM 7A.25

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/17/41.COM/7A,
  2. Rappelant la décision 40 COM 7A.3, adoptée à sa 40e session (Istanbul/UNESCO, 2016),
  3. Accueille favorablement l’engagement des institutions responsables de la conservation et de la gestion du bien et leurs efforts pour renforcer la coopération et la coordination interinstitutionnelle ;
  4. Note avec une grande préoccupation que la mise en œuvre du plan d’urgence et des mesures correctives prévues pour 2016-2019 est compromise faute de financement pérenne par l’État partie, ce qui pourrait par conséquent gravement affecter la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien et de ses attributs, y compris son authenticité et son intégrité ;
  5. Prie instamment l’État partie de pérenniser le financement gouvernemental nécessaire à la mise en œuvre intégrale de la stratégie, du plan de travail et de l’échéancier de 2016-2019 afin de réaliser l’État de conservation souhaité en vue du retrait du bien de la Liste du patrimoine mondial en péril (DSOCR) d’ici 2019 ;
  6. Demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1erfévrier 2018, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 42e session en 2018 ;
  7. Décide de maintenir Fortifications de la côte caraïbe du Panama : Portobelo, San Lorenzo (Panama) sur la Liste du patrimoine mondial en péril.

Décision adoptée: 41 COM 8C.2

Le Comité du patrimoine mondial,
  1. Ayant examiné les rapports sur l’état de conservation des biens inscrits sur la Liste du patrimoine mondial en péril (WHC/17/41.COM/7A, WHC/17/41.COM/7A.Add et WHC/17/41.COM/7A.Add.2),
  2. Décide de maintenir les biens suivants sur la Liste du patrimoine mondial en péril :