1.         Paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel (Turquie) (C 1488)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2015

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1488/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1488/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1488/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2016

Le Centre du patrimoine mondial a reçu des informations provenant de tierces parties et d’articles de presse au sujet de détériorations subies par le bien du patrimoine mondial du « Paysage culturel de la forteresse de Diyarbakır et des jardins de l’Hevsel ».

Des lettres ont été envoyées par le Centre du patrimoine mondial à l’État partie les 15 décembre 2015, 17 décembre 2015, 6 avril 2016 et 27 avril 2016, lui demandant des informations et une vérification de l’état de conservation du bien.

Le 11 mai 2016, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation de ce bien. Ce rapport fournit des indications sur les dommages subis et les progrès consécutifs réalisés en faveur de la sauvegarde du bien.

Dans son rapport, l’État partie note les détails suivants :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Selon des rapports sur la situation, le bien et sa zone tampon ont été exposés à des attaques généralisées et aux opérations de sécurité qui en ont résulté au cours des derniers mois. Il a ainsi été rapporté que les structures historiques du bien, au même titre que plusieurs bâtiments et monuments historiques dans la zone tampon ont subi des dommages.

La situation sécuritaire à Diyarbakir demeure problématique pour la préservation du patrimoine. En dépit de ces difficultés, il y a eu quelques avancées grâce à des initiatives de conservation à petite échelle. Les efforts de l’État partie en vue du maintien de la valeur universelle exceptionnelle (VUE), de l’authenticité et de l’intégrité du bien sont à noter.

Il est recommandé que les autorités responsables prennent toutes les mesures possibles pour la sauvegarde du bien afin de prévenir d’autres dommages. Il est également recommandé que, dès que les conditions de sécurité le permettent, les autorités compétentes réalisent une étude approfondie sur l’état de conservation du bien et de sa zone tampon. Les résultats de cette étude doivent être soumis au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives pour examen, conformément aux Orientations.

Il est en outre recommandé que le Comité demande à l’État partie d’inviter, à un stade ultérieur et quand la situation le permettra, une mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/Organisations consultatives sur le site pour évaluer la nature et l’ampleur de toutes menaces et proposer les mesures adéquates à prendre.

Décision adoptée: 40 COM 7B.60

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7B.Add.2,
  2. Rappelant la décision 39 COM 8B.32, adoptée à sa 39e session (Bonn, 2015),
  3. Exprime sa préoccupation vis-à-vis de la situation qui prévaut à Diyarbakir ;
  4. Prend acte des mesures prises par l’État partie pour protéger le bien et sa zone tampon et souligne l’importance de prévenir tout dommage supplémentaire au bien;
  5. Demande à l’État partie, dès que la situation sécuritaire le permet, de faire une évaluation de l’état de conservation du bien et d’en soumettre les résultats pour examen au Centre du patrimoine mondial et aux Organisations consultatives ;
  6. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er février 2017, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points qui précèdent, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en 2017.

Décision adoptée: 40 COM 8B.50

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/8B.Add,
  2. Adopte les Déclarations de valeur universelle exceptionnelle, pour les biens du patrimoine mondial suivant inscrit lors des 38e (Doha, 2014) et 39e (Bonn, 2015) sessions du Comité du patrimoine mondial :