1.         Volcans du Kamchatka (Fédération de Russie) (N 765bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1996

Critères  (vii)(viii)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/765/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/765/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1997: mission d’information de l’UICN; mai 2004 et août 2007: mission conjointe de suivi réactif Centre du patrimoine mondial/UICN

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/765/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2016

Le 29 janvier 2016, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, qui est disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/765/documents/, et qui relate ce qui suit :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et de l’UICN

Les informations de l’État partie, selon lesquelles aucun projet hydroélectrique n’est prévu sur le territoire du bien ou dans les zones environnantes, et il a été demandé au gouvernement du Kamchatka d’envisager des sources alternatives de production électrique, sont accueillies avec satisfaction.

S’agissant des limites du bien, et particulièrement des quatre composantes que sont les Parcs naturels régionaux de Nalychevo, Kamchatka sud, Bystrinsky et Klucheskoy, il est pris bonne note des précisions données par l’État partie selon lesquelles leurs limites n’ont pas été modifiées, et du matériel cartographique soumis dans le rapport. L’État partie déclare que la superficie totale des quatre parcs naturels est de 2 475 036 ha, ce qui diffère de la superficie de 2 526 150 ha annoncée dans le Rapport périodique de 2014 auquel l’État partie se réfère. Il est donc recommandé au Comité du patrimoine mondial de demander à l’État partie de préciser une fois de plus la superficie totale de chacun des quatre parcs naturels et d’expliquer tout éventuel écart entre des chiffres différents.

Les mesures prises par l’État partie en ce qui concerne le suivi des espèces sont notées. Il est recommandé au Comité du patrimoine mondial de demander à l’État partie de poursuivre ses efforts, en particulier s’agissant du suivi des populations de rennes sauvages à propos desquelles des baisses ont été signalées.

Les informations selon lesquelles la coopération est active entre les autorités en charge de la gestion des différentes composantes du bien sont accueillies avec satisfaction. Toutefois, il est regrettable qu’aucun progrès significatif n’ait été réalisé dans la mise en œuvre de la recommandation de la mission de suivi réactif de 2007 d’élaborer un plan et un cadre de gestion conjoints pour l’ensemble du bien.

Les préoccupations exprimées par l’État partie en ce qui concerne les menaces potentielles sur le bien, en particulier le braconnage en augmentation, sont alarmantes. Il est recommandé au Comité du patrimoine mondial de demander à l’État partie de renforcer les activités de lutte contre le braconnage sur tout le territoire du bien et d’allouer les ressources nécessaires à ces activités. Les informations selon lesquelles les quatre parcs naturels semblent être menacés par des sites de chasse et de pêche situés au sein de leurs limites suscitent également de vives préoccupations. Il conviendrait de rappeler que la mission de 2007 avait recommandé le renforcement du régime de protection des quatre parcs naturels, soit en élevant leur statut au niveau de parc national, soit en révisant leur zonage. Il est essentiel que le régime de protection de toutes les composantes du bien soit approprié afin de garantir la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien et son intégrité. Il est donc recommandé au Comité de demander à l’État partie d’envisager un renforcement du régime de protection des quatre parcs naturels au moyen de mécanismes appropriés et de soumettre au Centre du patrimoine mondial des informations détaillées sur les réglementations relatives au zonage de chaque parc naturel et sur les activités autorisées dans chaque zone. Il est par ailleurs recommandé au Comité de demander à l’État partie de garantir qu’aucune activité susceptible d’avoir un impact négatif sur la VUE du bien n’est autorisée au sein de ses limites.

Décision adoptée: 40 COM 7B.100

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 39 COM 7B.20, adoptée à sa 39e session (Bonn, 2015),
  3. Accueille avec satisfaction la confirmation qu’aucun projet hydroélectrique n’est prévu sur le territoire du bien ou dans les zones environnantes et qu’il a été demandé au Gouvernement du Kamchatka d’envisager des sources d’énergie alternatives ;
  4. Prend note des mesures prises par l’État partie en matière de suivi des espèces et demande à l’État partie de poursuivre ses efforts ;
  5. Accueille également avec satisfaction les informations communiquées par l’État partie selon lesquelles il n’y a eu aucune modification des limites des quatre composantes du bien qui sont des parcs naturels régionaux, ainsi que le matériel cartographique fourni, mais note cependant que des écarts persistent entre la superficie totale des quatre parcs naturels déclarée par l’État partie dans son rapport sur l’état de conservation et les chiffres de son Rapport périodique de 2014, et demande également à l’État partie de préciser la superficie totale de chaque composante du bien et d’expliquer tout écart éventuel dans les chiffres ;
  6. Note avec préoccupation la conclusion de l’État partie selon laquelle le bien pourrait à l’avenir être menacé par la chasse et la pêche illégales en augmentation, et prie instamment l’État partie de renforcer les activités de lutte contre le braconnage sur tout le territoire du bien et d’allouer les ressources nécessaires à ces activités ;
  7. Note avec la plus vive préoccupation que les zones des quatre parcs naturels sont également menacées par la chasse et la pêche au sein de leurs limites, et demande en outre à l’État partie d’envisager le renforcement du régime de protection des quatre parcs naturels régionaux du bien, comme recommandé par la mission de 2007, et de soumettre au Centre du patrimoine mondial, de toute urgence, des informations détaillées sur la réglementation actuelle en matière de zonage de chaque parc naturel et sur les activités autorisées dans chaque zone ;
  8. Prie également instamment l’État partie de garantir qu’aucune activité susceptible d’avoir des conséquences négatives sur la valeur universelle exceptionnelle et l’intégrité du bien n’est autorisée dans le périmètre du bien ;
  9. Demande enfin à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2017, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 42e session en 2018.