1.         Ancienne cité maya et forêts tropicales protégées de Calakmul, Campeche (Mexique) (C/N 1061bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2002

Critères  (i)(ii)(iii)(iv)(ix)(x)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1061/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 2015-2015)
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1061/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Néant

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Menaces identifiées lors de l'extension/nouvelle proposition d’inscription du bien en 2014:

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/1061/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2016

L'État partie a soumis, le 7 mars 2016, un rapport sur les progrès accomplis pour répondre aux recommandations formulées par le Comité du patrimoine mondial à sa 38e session (Doha, 2014), disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/1061/documents.  

Le rapport indique que des mesures ont été entreprises pour renforcer la collaboration entre l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH) et la Commission nationale des aires naturelles protégées (CONANP), que les Principes généraux de collaboration entre l’INAH et la CONANP sont en cours de révision juridique et que ces deux organisations ont commencé à préparer un plan de travail conjoint pour le bien.

Un Sous-conseil technique pour le patrimoine mondial est en cours de mise en place au sein du Conseil consultatif de la Réserve de biosphère de Calakmul, pour assurer la coordination des activités menées dans la Réserve et dans le bien mixte du patrimoine mondial.

Avec le soutien de la Coopération technique allemande (GIZ), la ville de Calakmul a lancé un Programme d’aménagement–grande vision pour la municipalité de Calakmul 2013 – 2040 (PDGV), avec pour objectif d’établir un programme de développement équilibré qui réponde aux besoins des populations locales et prenne en compte le potentiel du patrimoine naturel et culturel et des capacités des communautés. La GIZ assiste également la CONANP en mettant en œuvre le programme régional pour la protection et l’utilisation durable de la forêt maya (Mexique).

Le renforcement de la protection est en cours pour le bien du patrimoine mondial étendu et le projet de justification de l’étude antérieure (EPJ) a été préparé pour décembre 2015 : il prévoit des modifications du décret instaurant la Réserve de biosphère de Calakmul, de manière à aligner le zonage de la Réserve de biosphère à la nouvelle réalité du bien du patrimoine mondial étendu, conformément aux dispositions de la loi générale relative à l’équilibre écologique et à la protection de l’environnement (LGEEPA).

En 2015, des activités furent menées par l’INAH et la CONANP afin d’élaborer un plan de gestion intégré pour le bien mixte : des attributs de la Valeur universelle exceptionnelle (VUE) et des menaces associées ayant été identifiés, la structure préliminaire du plan de gestion a été conçue et présentée. Le calendrier qui s’y rattache prévoit l’achèvement et l’approbation du plan à la fin de l’année 2016.

Pour renforcer la protection du patrimoine archéologique, neuf sites archéologiques mexicains figurant sur la Liste du patrimoine mondial, dont Calakmul, ont été inscrits par l’UNESCO, le 30 mars 2016, à la demande de l’État partie, au Registre international des biens culturels sous protection spéciale, conformément à l’article 5 du deuxième Protocole de la Convention de la Haye (1954).

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives

Les actions entreprises par l’État partie montrent son engagement pour assurer la protection et la gestion efficaces du bien mixte, tout en prenant en considération les besoins des communautés locales.

Il est urgent et essentiel de terminer la mise à jour de la protection juridique et du zonage associé pour le bien mixte étendu, y compris les sites archéologiques situés dans l’extension approuvée, dans la mesure où cela constituera également une base solide pour garantir des conditions favorisant une gestion efficace. Alors qu’il convient d’accueillir favorablement le processus en cours, il est noté que le rapport soumis par l’État partie ne fournit pas les détails exacts du nouveau zonage proposé. Il est en conséquence recommandé au Comité du patrimoine mondial de demander à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives, le projet d’EPJ qui comprend le nouveau zonage proposé pour la Réserve de biosphère de Calakmul, avec des cartes. Il convient également de rappeler que le Comité a demandé à l’État partie d’envisager dans le futur une révision des délimitations du bien, afin d’y inclure des sites culturels additionnels identifiés à proximité, qui se rapportent à Calakmul. Un tel examen, concernant d’éventuelles révisions des délimitations à l’avenir doit être associée au processus en cours de rezonage de la Réserve de biosphère de Calakmul, afin de garantir une approche de la protection et de la gestion du bien mixte, qui soit cohérente et intégrée.

L’instauration officielle de principes de collaboration entre la CONANP et l’INAH et leur coopération pour élaborer un plan de travail conjoint doivent être accueillies favorablement et poursuivies. Il est particulièrement important que soit créé au sein du Conseil consultatif de la Réserve de biosphère de Calakmul un Sous‑conseil technique, qui puisse garantir la coordination et l’harmonie dans l’approche et les activités en matière de gestion des deux autorités responsables, la CONANP et l’INAH, et renforcer l’intégration du bien du patrimoine mondial dans un contexte de gestion plus large. La préparation en cours d’un plan de gestion intégrée pour le bien mixte, qui est effectuée par la CONANP et l’INAH et prévoit la prise en compte des valeurs naturelles et culturelles de ce bien, représente une initiative importante de la part de l’État partie et doit être terminée rapidement. La préparation de ce plan de gestion donne également l’occasion de concevoir et déterminer des indicateurs de suivi pour l’ensemble complet des attributs du bien. Il est donc recommandé au Comité de demander à l’État partie de garantir que le plan de gestion intégrée sera finalisé à titre prioritaire et de soumettre la version finale au Centre du patrimoine mondial pour examen par les Organisations consultatives, dès qu’elle sera disponible.

Le programme d’aménagement de grande vision pour la municipalité de Calakmul 2013-2040 semble être un document stratégique essentiel qui pourrait fixer des conditions favorisant la création d’opportunités de développement durable. Il est important que de plus amples informations soient fournies sur ce document, y compris les plans et actions qui y sont envisagés. Pour que ce plan garantisse de manière solide la protection, la gestion et la promotion des valeurs du bien et favorise, à la fois, le développement socio-économique et les avantages des communautés locales, il doit reconnaître les valeurs naturelles et culturelles du bien et de son cadre et donner l’occasion d’améliorations socio-culturelles en s’appuyant sur ces valeurs. L’État partie devrait être encouragé à se référer à la politique sur l'intégration d'une perspective de développement durable dans les processus de la Convention du patrimoine mondial, adoptée à la 20e réunion de l’Assemblée générale (UNESCO, 2015), pour alimenter l’élaboration future de ce document stratégique fondamental.

Décision adoptée: 40 COM 7B.63

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7B.Add,
  2. Rappelant la décision 38 COM 8B.16, adoptée à sa 38e session (Doha,2014),
  3. Accueille favorablement les progrès accomplis par l’État partie pour répondre aux recommandations du Comité du patrimoine mondial ;
  4. Accueille aussi favorablement l’élaboration en cours d’un programme d’aménagement de grande vision pour la municipalité de Calakmul 2013-2040 et encourage l’État partie à se référer à la politique sur l'intégration d'une perspective de développement durable dans les processus de la Convention du patrimoine mondial, adoptée à la 20e réunion de l’Assemblée générale (UNESCO, 2015), pour alimenter l’élaboration future de ce document stratégique, et demande à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial de plus amples informations sur les plans et actions qui y sont envisagés ;
  5. Encourage fortement l’État partie à :
    1. Achever la mise à jour et le renforcement de la protection juridique du bien étendu en tant que site mixte, y compris par le biais de la révision en cours du zonage de la Réserve de biosphère de Calakmul, afin de garantir que les valeurs naturelles et le patrimoine et les sites culturels compris dans l’ensemble du bien sont protégés de manière appropriée,
    2. Soumettre au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consutatives, le projet de proposition concernant la révision du zonage de la Réserve de biosphère de Calakmul, cartes comprises,
    3. Finaliser la révision des Principes généraux de collaboration entre l’Institut national d’anthropologie et d’histoire (INAH) et la Commission nationale des aires naturelles protégées (CONANP), et la mise en place du Sous-conseil technique pour le patrimoine mondial au sein du Conseil consultatif de la Réserve de biosphère de Calakmul, en tant qu’instrument de coordination,
    4. Terminer et approuver le plan de gestion intégrée pour le bien mixte étendu, qui comprend également un programme de suivi pour les attributs naturels et culturels du bien, ainsi que des mesures de gestion des risques traitant spécifiquement des menaces pesant sur ces attributs, et soumettre le projet final au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consutatives ;
  6. Réitère sa demande à l’État partie d’envisager à l’avenir la révision des limites du bien pour y inclure des sites culturels supplémentaires identifiés qui se rapportent à Calakmul, et d’améliorer la configuration de la zone tampon de manière à ce qu’elle fournisse au bien un surcroît de protection efficace ;
  7. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2017, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 42e session en 2018.