Faites une recherche à travers les informations du Centre du patrimoine mondial.

New Lanark

Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord
Facteurs affectant le bien en 2016*
Facteurs* affectant le bien identifiés dans les rapports précédents
  • Projet Pleasance Housing (projet de lotissement résidentiel dans la zone tampon)
  • Projet d'extension de la carrière de Hynford
Assistance internationale : demandes reçues pour le bien jusqu'en 2016
Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars E.U.
Missions sur le bien jusqu'en 2016**
Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2016

Le 10 décembre 2015, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation (disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/429/documents/) qui fait état des progrès accomplis dans la mise en œuvre de la décision 38 COM 7B.37 du Comité du patrimoine mondial, adoptée à sa 38e session (Doha, 2014) et relative aux impacts négatifs potentiels de l’extension de la carrière de Hyndford et du projet immobilier Pleasance Housing sur la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien et de sa zone tampon.

S’agissant du projet de Hyndford, l’État partie a répondu que, suite à une enquête publique, le projet d’extension de la carrière dans la zone tampon du bien a été soumis aux ministres écossais et a été rejeté. Par ailleurs, le Centre du patrimoine mondial et les Organisations consultatives relèvent que suite aux conclusions négatives de l’enquête, la société CEMEX qui avait présenté la demande d’extension, a fait part d’un nouvel engagement vis à vis de tous les sites du patrimoine mondial. Dans son engagement, CEMEX mentionne spécifiquement ce bien, tout en s’engageant en faveur du patrimoine mondial dans son ensemble : « CEMEX reconnaît explicitement que les sites du patrimoine mondial sont des zones d’exclusion pour les activités d’extraction et que rien sur les territoires des sites ou de leurs zones tampons ne doit ni porter atteinte à leur valeur universelle exceptionnelle (VUE), ni affecter de quelque manière que ce soit leur environnement ». Il est en outre précisé que : « S’agissant du site du patrimoine mondial de New Lamark, CEMEX prend acte de la récente décision des ministres écossais et s’engage à travailler en collaboration avec les ministres, les autorités locales, les ONG concernées et les autres parties intéressées afin de garantir au mieux les intérêts actuels du site du patrimoine mondial, de sa VUE et de son environnement. » L’arrêt du projet de développement de la carrière de Hyndford dans la zone tampon et le nouvel engagement explicite pris par l’exploitant devraient être accueillis avec satisfaction.

En ce qui concerne le projet immobilier Pleasance Housing, l’État partie a répondu qu’un accord de principe avait été donné en 2012 pour ce projet. Bien que le conseil municipal ait stipulé que les plans détaillés seraient attentivement examinés par l’organisme public Historic Environment Scotland, il se pourrait que ceux-ci ne soient pas soumis dans le cadre de la demande officielle de permis de construire. S’ils le sont, une évaluation d’impact sur le patrimoine (EIP) sera réalisée avant que la décision finale ne soit rendue. Dans cette éventualité, l’État partie soumettra l’EIP au Centre du patrimoine mondial, pour examen par les Organisations consultatives.

L’État partie a par ailleurs précisé que le financement récemment alloué au New Lanark Trust serait consacré à des travaux de restauration concernant d’importants problèmes de conservation identifiés par le plan de gestion.

L’environnement du bien est toutefois vulnérable car le projet immobilier Pleasance Housing a reçu un accord de principe alors qu’il est situé dans un paysage visible depuis le bien et sans qu’aucune EIP n’ait été réalisée. Il est précisé que des EIP ne seront pas nécessairement exigées pour les plans détaillés de ce projet, à moins que ceux-ci ne soient soumis pour une demande complète de permis de construire.

Analyse et Conclusion du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives en 2016

À la lumière de ces deux projets, il semble que l’environnement du bien nécessite d’être mieux défini, en particulier s’agissant de la manière dont il soutient la VUE du bien. Ainsi des EIP seront réalisées bien avant qu’on ait à examiner des projets de développement dans l’environnement du bien.

Décisions adoptées par le Comité en 2016
40 COM 7B.105
Décision omnibus

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7B,
  2. Prend note avec satisfaction des mesures prises par les États parties concernés pour répondre à ses demandes antérieures visant à atténuer les menaces qui pèsent sur la valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial suivants :
    • Cité fortifiée de Bakou avec le palais des Chahs de Chirvan et la tour de la Vierge (Azerbaïdjan),
    • L’ensemble historique et archéologique de Bolgar (Fédération de Russie),
    • New Lanark (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord),
    • Tertres monumentaux de Poverty Point (États-Unis d'Amérique) ;
  3. Encourage les États parties concernés à poursuivre leurs efforts visant à assurer la conservation des biens du patrimoine mondial ;
  4. Rappelant les avantages pour les États parties de faire systématiquement appel à des études d'impact patrimonial (EIPs) et des études d'impact environnemental (EIE) pour examiner les projets de développement, encourage également les États parties à intégrer les processus des EIE/EIP dans la législation, dans les mécanismes de planification et dans les plans de gestion, et réitère sa recommandation aux États parties d'utiliser ces outils dans l'évaluation des projets, y compris l’évaluation des impacts cumulatifs sur la valeur universelle exceptionnelle des biens, le plus tôt possible et avant que toute décision finale ne soit prise ;
  5. Rappelle aux États parties concernés d'informer le Centre du patrimoine mondial, en temps utile de tout projet de développement majeur qui pourrait nuire à la valeur universelle exceptionnelle d'un bien, avant toute décision irréversible, conformément au paragraphe 172 des Orientations.
Projet de décision : 40 COM 7B.105

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7B,
  2. Prend note avec satisfaction des mesures prises par les États parties concernés pour répondre à ses demandes antérieures visant à atténuer les menaces qui pèsent sur la valeur universelle exceptionnelle des biens du patrimoine mondial suivants:
  • Cité fortifiée de Bakou avec le palais des Chahs de Chirvan et la tour de la Vierge (Azerbaïdjan),
  • L’ensemble historique et archéologique de Bolgar (Fédération de Russie),
  • New Lanark (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord),
  • Tertres monumentaux de Poverty Point (Etats-Unis d'Amérique) ;
  1. Encourage les États parties concernés à poursuivre leurs efforts visant à assurer la conservation des biens du patrimoine mondial;
  2. Rappelant les avantages pour les États parties de faire systématiquement appel à des études d'impact patrimonial (EIPs) et des études d'impact environnemental (EIE) pour examiner les projets de développement, encourage les États parties à intégrer les processus des EIE/EIP dans la législation, dans les mécanismes de planification et dans les plans de gestion, et réitère sa recommandation aux États parties d'utiliser ces outils dans l'évaluation des projets, y compris l’évaluation des impacts cumulatifs sur la valeur universelle exceptionnelle des biens, le plus tôt possible et avant que toute décision finale ne soit prise ;
  3. Rappelle aux États parties concernés d'informer le Centre du patrimoine mondial, en temps utile de tout projet de développement majeur qui pourrait nuire à la valeur universelle exceptionnelle d'un bien, avant toute décision irréversible, conformément au Paragraphe 172 des Orientations.
Année du rapport : 2016
Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord
Date d'inscription : 2001
Catégorie : Culturel
Critères : (ii)(iv)(vi)
Documents examinés par le Comité
Rapport de lʼÉtat partie sur lʼétat de conservation
Rapport (2015) .pdf
arrow_circle_right 40COM (2016)
Exports

* : Les menaces mentionnées sont présentées par ordre alphabétique ; cet ordre ne constitue nullement un classement selon l’importance de leur impact sur le bien. De plus, elles sont présentées de manière indifférenciée, que le bien soit menacé par un danger prouvé, précis et imminent (« péril prouvé ») ou confronté à des menaces qui pourraient avoir des effets nuisibles sur sa valeur universelle exceptionnelle (« mise en péril »).

** : Tous les rapports de mission ne sont pas toujours disponibles électroniquement.


top