1.         Centre ville historique de Paramaribo (Suriname) (C 940rev)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  2002

Critères  (ii)(iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/940/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0
Montant total approuvé : 0 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/940/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

Août 2013 : mission de conseil de l’ICOMOS

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/940/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2016

L’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien le 6 janvier 2016, disponible à https://whc.unesco.org/fr/list/940/documents/, qui aborde les questions suivantes :

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Les progrès réalisés dans la mise en œuvre du plan d’action d’urgence de 2014 sont salués. Toutefois, il est à noter qu’un grand nombre d’actions n’ont pas encore été mises en œuvre ou ne sont pas encore achevées, en particulier, celles visant à renforcer la structure de gestion, à améliorer la réglementation et la législation, et à financer la mise en œuvre du plan de gestion et des actions de conservation. Il est regrettable qu’un manque chronique de financement persiste pour restaurer et conserver les bâtiments historiques du gouvernement et pour mettre en œuvre pleinement le plan d’action.

Il est préoccupant de constater qu’aucun progrès conséquent n’a été réalisé dans la mise à jour et l’harmonisation des cadres législatif et réglementaire. La Loi sur les monuments de 2002 doit encore être révisée et, à ce jour, aucune disposition légale ne définit le rôle et la position de l’Autorité en charge de la gestion du site.

Il est recommandé que le Comité félicite l’État partie pour l’adoption officielle du Plan de gestion du patrimoine mondial de Paramaribo 2011-2015 par le Conseil des ministres en janvier 2014. Toutefois, l’État partie devrait être instamment prié d’intégrer le plan de gestion au sein des plans de développement locaux et nationaux et de prévoir des dispositions budgétaires pour sa mise en œuvre. En outre, une mise à jour du plan de gestion pour la période 2016-2020 devrait être envisagée.

De même, il est recommandé que l’État partie soit instamment prié de mettre en œuvre l’élaboration d’un plan de zonage et de réglementations urbaines comme le prévoit le Plan d’action d’urgence.

Note a été prise de la désignation, en novembre 2015, d’un Comité des bâtiments auquel siège l’Autorité en charge de la gestion.

La révision et l’extension des zones tampon et la modification mineure des limites de la zone du patrimoine mondial afin d’intégrer 50 mètres de rivière, ce qui constitue un moyen de protéger le paysage urbain depuis la rivière, sont considérées comme de la plus grande importance. Cela s’avère particulièrement urgent au vu des potentiels projets de construction dans ce secteur qui auraient de graves conséquences sur l’intégrité et l’authenticité du bien. Il est extrêmement préoccupant qu’un terrain sur le bord de la rivière ait été concédé à une société privée afin qu’elle y construise un centre commercial, un hôtel et un parking. Il conviendrait de recommander vivement à l’État partie de procéder à l’extension des limites, de retirer le permis accordé à la société privée et de revoir les réglementations appropriées.

Il est noté qu’aucune autorisation de démolition de structures monumentales sur le territoire du bien du patrimoine mondial n’a été accordée au cours de la période couverte par le rapport, il est vivement conseillé à l’État partie de poursuivre cette politique.

S’agissant du « Monument aux victimes » sur le bord de la rivière, il est recommandé que le Comité regrette qu’aucune documentation complémentaire n’ait été soumise, comme précédemment demandé, et que l’ICOMOS n’ait pas été en mesure d’achever l’examen technique du projet et de l’emplacement du bâtiment. S’il était confirmé que le bâtiment était en cours d’achèvement, une évaluation serait demandée afin de déterminer s’il affecte la valeur universelle exceptionnelle (VUE) du bien et de ses attributs.

L’élaboration du Programme de réhabilitation urbaine de Paramaribo, avec le soutien de la Banque interaméricaine de développement, est considérée comme un développement positif. L’autorité en charge de la gestion du bien devrait être étroitement associée à la conception et à la mise en œuvre du projet et, si nécessaire, des conseils devraient être sollicités auprès du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives.

Décision adoptée: 40 COM 7B.9

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC/16/40.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 38 COM 7B.47, adoptée à sa 38e session (Doha, 2014),
  3. Félicite l’État partie pour l’adoption du Plan de gestion du patrimoine mondial de Paramaribo 2011-2015 et du Plan d’action d’urgence 2014 ;
  4. Prie instamment l’État partie de prendre les mesures nécessaires à leur mise en œuvre, en prenant également en considération les recommandations de la mission de conseil ICOMOS de 2013 et en accordant une attention toute particulière au renforcement de l’Autorité en charge de la gestion et à la mise à disposition du financement de ses opérations, ainsi qu’aux indispensables travaux urgents de conservation et de restauration des bâtiments monumentaux appartenant au gouvernement ;
  5. Exprime ses plus vives préoccupations quant à l’aménagement immobilier de la zone située au bord de l’eau et prie instamment et fortement l’État partie de retirer le permis accordé à une société privée, de prendre les mesures nécessaires à la conservation appropriée de la zone au bord de l’eau et de poursuivre le projet d’extension du bien du patrimoine mondial afin d’inclure une bande de rivière d’au moins 50 mètres ;
  6. Invite l’État partie à soumettre l’extension ci-dessus mentionnée sous la forme d’une modification mineure des limites, conformément aux paragraphes 163-165 des Directives opérationnelles, pour examen par le Comité du patrimoine mondial ;
  7. Regrette que l’examen technique du « Monument aux victimes » dans la zone au bord de l’eau n’ait pu être achevé par les Organisations consultatives en raison d’une documentation incomplète fournie par l’État partie et demande à ce dernier de fournir d’urgence les informations relatives à la construction de ce monument ;
  8. Accueille avec satisfaction l’initiative de l’État partie consistant à élaborer, avec le soutien de la Banque interaméricaine de développement, un grand programme de réhabilitation urbaine auquel l’Autorité en charge de la gestion du bien devrait être étroitement associée et invite également l’État partie à solliciter des conseils auprès du Centre du patrimoine mondial et des Organisations consultatives sur sa conception et sa mise en œuvre ;
  9. Demande également à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2017, un rapport actualisé sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 42e session en 2018.