1.         Centre historique de Lima (Pérou) (C 500bis)

Année d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial  1988

Critères  (iv)

Année(s) d’inscription sur la Liste du patrimoine mondial en péril  Néant

Décisions antérieures du Comité  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/500/documents/

Assistance internationale

Demandes approuvées : 0 (de 1989-2013)
Montant total approuvé : 94 500 dollars EU
Pour plus de détails, voir page https://whc.unesco.org/fr/list/500/assistance/

Fonds extrabudgétaires de l’UNESCO

Néant

Missions de suivi antérieures

1994 : rapport de suivi systématique PNUD/UNESCO ; mars/avril 2003 : mission de suivi réactif ICOMOS ; janvier 2010 : mission de suivi réactif WHC / ICOMOS.

Facteurs affectant le bien identifiés dans les rapports précédents

Matériel d’illustration  voir page https://whc.unesco.org/fr/list/500/

Problèmes de conservation présentés au Comité du patrimoine mondial en 2015

Le 13 février 2015, l’État partie a soumis un rapport sur l’état de conservation du bien, annexé de très nombreuses pièces. Un résumé du rapport est disponible à l’adresse suivante : https://whc.unesco.org/fr/list/500/documents.

Le projet intitulé « Amélioration des procédures institutionnelles de la Municipalité métropolitaine de Lima dans les domaines de la planification urbaine et de la gestion du centre historique de Lima » est actuellement mis en œuvre avec l’aide des services de la Banque interaméricaine de développement (BID) afin d’optimiser le fonctionnement de l’Unité de gestion du centre historique de Lima. La conception du Plan directeur pour le centre historique de Lima est achevée. Le document est désormais dans l’attente d’un examen et de son adoption par le Ministère de la culture.

En ce qui concerne le projet de couloir de bus de grande capacité sur une voie dédiée, les projets de création de trois stations (Colmena, España-Quilca et Ramon Castilla) sont dans leur dernière phase d’évaluation par le Ministère de la culture.

En ce qui concerne le projet de téléphérique, l’État partie a soumis une volumineuse documentation en septembre 2014. Le téléphérique reliera, d’un seul tenant d’environ 1293 mètres et sur un dénivelé de 224 mètres, le Parque Malecón del Río (situé sur le territoire du bien) au Cerro San Cristobal (située dans la zone tampon). Le téléphérique utilisera un câble tracteur double voie reposant sur 4 pylônes. Il desservira deux gares, celle de départ dans le district de Lima et celle d’arrivée en haut du Cerro San Cristobal. Une partie du tracé du téléphérique traverse le territoire du patrimoine mondial alors que la partie restante et la gare d’arrivée sont situées dans la zone tampon.

L’État partie signale que le projet de téléphérique a été soumis une première fois en mai 2012, et finalement approuvé par le Ministère de la culture, après quelques modifications, en avril 2013. Les critères retenus pour justifier l’accord donné au projet étaient que les gares s’intégraient dans les paysages, soit parce qu’elles se mêlaient harmonieusement à la configuration en terrasse de la colline soit parce qu’elles étaient à demi enfouies parmi les structures préexistantes, des plateformes et des points de vue. En ce qui concerne le pylône No 2, il est précisé qu’il se situe sur un talus escarpé entre la Vía de Evitamiento et Jirón Malañón, là où l’ancienne Alameda de Acho, également appelée Tajamar de Acho, se situait. L’aménagement paysager et végétal consiste principalement à planter des arbres d’espèces semblables à celles de l’ancienne Alameda de Acho.

L’État partie souligne que les travaux n’ont pas encore commencé car les services de l’état sont dans l’attente de l’approbation de l’addendum au contrat de concession, un document indispensable pour lancer l’étude technique du projet.

Analyse et conclusions du Centre du patrimoine mondial, de l’ICOMOS et de l’ICCROM

Les efforts entrepris afin de poursuivre l’amélioration du système de gestion et d’élaborer un Plan directeur pour le centre historique de Lima, dans un contexte de zone urbaine complexe et très vaste, sont vivement appréciés. En temps voulu, un examen approfondi de l’efficacité des instruments et mécanismes sera nécessaire. Le Plan directeur de 250 pages semble inclure tous les éléments appropriés. Toutefois, une analyse détaillée et des observations du Ministère de la culture seraient nécessaires pour permettre un examen technique approfondi.

Il est pris bonne note des informations sur le couloir de bus de grande capacité sur une voie dédiée. Cependant, bien que certains plans et photomontages aient été annexés au rapport de l’État partie, les évaluations d’impact sur le patrimoine (EIP), mentionnées dans la décision 37 COM 7B.102, n’ont pas été soumises. L’échelle et l’impact potentiel des stations demeurent préoccupants.

L’ICOMOS a réalisé un examen technique du projet de téléphérique et remarque qu’il sera situé dans un secteur très visible depuis le centre historique puisque la colline, le Cerro San Cristóbal, domine de façon très imposante le paysage urbain. En conséquence, il conviendrait de prendre des mesures extrêmement rigoureuses afin que l’équipement n’ait pas d’impact négatif.

Dans les informations soumises, l’État partie mentionne l’accord donné au projet par le Ministère de la culture, projet qui a été révisé en prenant en considération les exigences de ce même ministère, destinées à réduire l’impact sur le paysage et le patrimoine.

Outre les informations sur l’avancée du projet, l’État partie a soumis les plans définitifs, les spécifications techniques et la localisation exacte du tracé du projet de téléphérique en lien avec le bien inscrit. Ces informations n’incluent cependant pas les évaluations d’impact visuel et patrimonial demandées par la décision 37 COM 7B.102.

Pour conclure, le Comité est invité à demander à l’État partie de se conformer à la décision 37 COM 7B. 102 et de soumettre les informations demandées restant à fournir. Il est recommandé à l’État partie de réaliser une EIP, conforme au Guide de l'ICOMOS pour les évaluations d'impact sur le patrimoine appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial (janvier 2011), et des simulations visuelles de la totalité du tracé du projet de téléphérique au moyen de projections coniques depuis les lieux concernés du centre historique de Lima et depuis la Plaza de Toros de Acho qui est très proche du pylône No 2. Ces simulations devraient également concerner les quatre pylônes et les gares d’arrivée et de départ.

Décision adoptée: 39 COM 7B.92

Le Comité du patrimoine mondial,

  1. Ayant examiné le document WHC-15/39.COM/7B,
  2. Rappelant la décision 37 COM 7B.102, adoptée à sa 37e session (Phnom Penh, 2013),
  3. Apprécie les efforts entrepris par l’État partie afin de renforcer les mécanismes de gestion et de planification pour le centre historique de Lima et demande à l’État partie de finaliser l’adoption du Plan directeur et de soumettre une analyse critique de ce document par les autorités compétentes ainsi qu’une évaluation de l’efficacité des dispositions de gestion proposées pour le bien ;
  4. Exprime à nouveau ses préoccupations quant aux aménagements d’infrastructures dans la zone du patrimoine mondial en lien avec le projet de couloir de bus de grande capacité sur une voie dédiée et demande également à l’État partie de réaliser et de soumettre des évaluations d’impact sur le patrimoine (EIP) dans les secteurs du bien du patrimoine mondial qui seraient susceptibles de subir des impacts du projet ;
  5. Constate avec regret que les évaluations d’impact patrimonial et culturel appropriées, demandées dans le cadre de la décision 37 COM 7B.102, ne figurent pas parmi les informations concernant le projet de téléphérique, et demande en outre à l’État partie, avant de prendre tout engagement relatif à la mise en chantier du projet, de soumettre d’ici le 1er février 2016, un rapport d’avancement incluant :
    1. Une EIP conforme au Guide de l'ICOMOS pour les évaluations d'impact sur le patrimoine appliquées aux biens culturels du patrimoine mondial (janvier 2011),
    2. Des simulations visuelles de la totalité du tracé du projet de téléphérique, au moyen de projections coniques, depuis les lieux concernés par le projet dans le centre historique et depuis la Plaza de Toros de Acho, qui est aux abords du pylône No 2. Les simulations devraient concerner les quatre pylônes ainsi que les gares de départ et d’arrivée ;
  6. Demande par ailleurs à l’État partie de soumettre au Centre du patrimoine mondial, d’ici le 1er décembre 2016, un rapport actualisé, incluant un résumé analytique d’une page, sur l’état de conservation du bien et sur la mise en œuvre des points ci-dessus mentionnés, pour examen par le Comité du patrimoine mondial à sa 41e session en 2017.